Retour d’Espagne pour Constance
mardi 23 mars 2004

laboute-stage
Constance Laboute et ses stagiaires - Ph. Agnès Lopez

Deux Françaises étaient présentes sur le circuit de dressage du Sunshine Tour, à Vejer de la Frontera, depuis début mars. Julia Chevanne Gimel y a peaufiné avec succès sa préparation olympique.

De son côté, Constance Ménard Laboute espérait quelques bons résultats avec le gris Vanini Ave, en débutant parallèlement la jeune Lianca à ce niveau de compétition. Malheureusement, Vanini a mal supporté le long voyage en camion, et tout particulièrement les heures où Constance et son équipe sont restés bloqués dans la neige. Arrêté dès le premier week-end de compétition à Vejer, Vanini terminera sa convalescence à son retour à Saumur, où sa cavalière est installée depuis septembre. Après quoi, il courra encore quelques épreuves avant de prendre une semi retraite qu’il consacrera au spectacle, discipline dont il est friand étant très cabotin par nature.

Lianca, dite « Noisette », s’est donc retrouvée propulsée sur le devant de la scène. Cette jument hollandaise de 10 ans a été dressée par Jean-Yves Navarro, qui l’a confiée à Constance Ménard Laboute voilà seulement trois mois. D’un physique délicat, elle a en revanche pour elle, selon sa cavalière, « des moyens exceptionnels, un piaffer et un passage hors du commun, et elle est très intelligente ». Au fil des semaines espagnoles, Lianca a su séduire les juges internationaux et terminait le dernier week-end sur des moyennes prometteuses. « Elle a même obtenu ses points de qualification pour les Jeux et les championnats d’Europe ! » se réjouissait Constance, jointe lundi par téléphone

Le retour à Saumur est prévu pour mercredi. Les chevaux y bénéficieront de quelques jours de repos. Notre cavalière, elle, remonte immédiatement sur la brèche, dans son rôle d’entraîneur cette fois. En effet, elle souhaite se rendre disponible pour donner des stages dans les régions. Elle ajoute avec bonne humeur : « J’invite les cavaliers à venir en stage dans la région de Saumur, où il y a de formidables possibilités d’accueil pour les chevaux. » Passionnée par sa discipline, elle ne limite pas son enseignement aux cavaliers déjà expérimentés, et s’adresse volontiers aux moins confirmés : « Je prends les cavaliers en stage dès qu’il savent galoper assis. Généralement à partir du Galop 4, parfois avant. » A bon entendeur…