Retour gagnant pour Sir Donnerhall II et Morgan Barbançon à Mâcon
dimanche 06 juin 2021

Morgan Barbancon et Sir Donnerhall II
A Mâcon, Morgan Barbançon et son fidèle Sir Donnerhall II ont une fois de plus prouvé qu'ils méritaient leur place de couple numéro un français. © Jean-Louis Perrier

Après ses bonnes performances sur le CDI5* de Doha fin février, Sir Donnerhall II n’était pas réapparu en compétition. C’est chose faite, et très bien faite, sur l’étape mâconnaise du circuit Grand National FFE-AC Print Dressage avec la victoire pour Morgan Barbançon et l’écurie Racer Gloves.

Avec près de 700 engagés répartis dans tous la gamme de reprises allant des épreuves Club à la Pro Élite en passant par le circuit SHF, Mâcon-Chaintré a réuni tout les adeptes du dressage. De quoi réjouir la directrice technique nationale adjointe chargée de la discipline, Emmanuelle Schramm : « Nous sommes heureux de voir que l’activité est bien repartie ! Avec vingt-six partants dans le Grand Prix du Grand National, c’est un beau succès ! D’autant que le calendrier est un peu bousculé avec tous les changements de dates après la période d’arrêt. Il vient d’y avoir les internationaux de Compiègne et nous avons pu reprogrammer le CDI 4* du Mans du 18 au 20 juin,qui sera la dernière étape pour les sélections des Jeux Olympiques de Tokyo. Ce qui est très intéressant à Mâcon, c’est de voir des nouveaux couples sur le Grand Prix, et en plus, ils sont performants ! » En effet, le classement de l’étape bourguignonne du circuit fédéral fait apparaître un intéressant renouveau, même si la victoire n’a pas échappé au couple numéro un français, Sir Donnerhall II et Morgan Barbançon.

Gus au top, Lilou sur le bon chemin !

Quand on demandait ses impressions sur le retour en compétition de son cheval de tête surnommé Gus, Morgan Barbançon, actuellement 44e sur le ranking FEI, avait les yeux pétillants d’une adolescente venant de recevoir son premier flot : « C’était trop bien ! », s’est exclamée la cavalière. Les juges ont partagé son sentiment avec une unanimité pour la première place pour une moyenne de 74,848 %, avec un tir groupé de notes entre 7 et 8. On reverra le couple sur le CDI4* du Mans avec ensuite l’objectif des Jeux de Tokyo. Morgan Barbançon, alors sous couleurs espagnoles, avait déjà participé à ceux de Londres avec Painted Black (IPS Gribaldi). L’autre sujet de satisfaction pour la cavalière est le bon comportement de Deodoro, Wesf de 10 ans par Damon Hill (surnommé Lilou pour les intimes), qui se classe dixième avec une moyenne de 66,696 % pour son premier Grand Prix. « Il a gagné le GP Pro 1 hier. Aujourd’hui je l’ai un peu perdu après la détente et il y a quelques fautes par manque de concentration, mais c’est très satisfaisant ! », souligne la cavalière. Morgan Barbançon avait aussi amené à Mâcon, sans les sortir sur les compétitions, Boléro (KWPN de 15 ans par Johnson) qui devrait reprendre les concours sur le CDIO de Rotterdam après deux ans d’arrêt, et son prometteur 9 ans, Habana Libre (KWPN par Zizi Top).

Avec la performance de Morgan Barbançon, l’équipe Racer Glove s’impose sur cette étape du Grand National FFE-AC Print. Sa coéquipière, Barbara Clément Klinger, prend la septième place avec son lusitanien Bolero du Coussoul (Impala des Frettes), juste derrière Pierre Volla qui, avec Silvermoons Mariechen (BYWBL de 13 ans par Silvermoon), fait partie de la nouvelle vague de couples à ce niveau.

Sur la route de Paris 2024

La suprématie des numéro un français a bien failli être bousculée par un nouveau binôme, presque inédit en Grand Prix : Charlotte Chalvignac-Vesin et son Lusitanien de 8 ans Icaro das Figueiras (Epico das Figueiras), qui concluent à 73,348 % pour leur deuxième Grand Prix Pro Élite.Des fautes au galop rassemblé à gauche et dans la transition au trot rassemblé leur coûtent quelques précieux points, mais la cavalière sait que la marge de progression est accessible. Heureux de cette performance, son époux et coach Jean Vesin, explique : « C’est Olivier Arnal avec qui nous travaillons qui a repéré le cheval qui avait été dressé par un cavalier de l’école de Jerez. On est allé le voir au mois d’août 2020 en Andalousie et on a eu un vrai coup de cœur ! Charlotte l’a débuté en fin de saison en Pro 2 et il a fait le Medium Tour sur le CDI2* du Mans en février puis son premier Grand Prix en avril. En concertation avec Emmanuelle Schramm nous avons décidé de ne pas le sortir sur le Grand Prix Spécial ici pour faire le 4* du Mans. » Le podium est bouclé avec un autre jeune couple, Corentin Pottier et Gotilas du Feuillard, KWPN de 10 ans par Totilas. Finaliste du Mondial des 7 ans, ce cheval harmonieux qui a hérité de la belle robe noire de son illustre père a été ensuite bien fait ses classes sur le Medium Tour et ne disputait ici que son deuxième Grand Prix Pro Élite. À la porte du podium en frôlant les 70%, Bernard Bosseaux peut aussi compter sur une jument d’avenir avec Rilkadora Z, une 9 ans par le Trakhener Rilke. Prochaine étape du circuit Grand National de dressage : Vierzon, du 1er au 4 juillet.

Tous les résultats sont à retrouver ici.