-->

Une séance avec Alexis Goury : les bienfaits du carré
lundi 17 janvier 2022

Alexis Goury
Alexis Goury © Eric Knoll

Alexis Goury, cavalier membre de l’équipe de France de concours complet, classé par deux fois sur le CCI5*-L de Pau avec son fidèle Trompe l’Oeil d’Emery, donnait un stage au Pôle européen du cheval du Mans il y a quelques jours. Durant deux journées, les cavaliers amateurs participant à ce stage ont pu bénéficier des conseils du complétiste dans les trois tests de la discipline. Débutons par une séance de dressage… au carré !

Serge Cornut a beau ne plus exercer pour le compte de l’équipe de France, son héritage perdure. Preuve en est avec l’exercice proposé par Alexis Goury lors du stage qu’il a tenu au Mans les 8 et 9 janvier derniers. « Cette séance reprend un peu l’exercice du carré de Serge. C’est très utile pour aider les chevaux, notamment les jeunes, à se mobiliser, à se rendre disponibles. L’idée est de faire plein de doublers dans la largeur en respectant les coins, d’abord en changeant régulièrement d’incurvation, puis en introduisant les contre-incurvations. » Une séance aux nombreux bénéfices : améliorer la souplesse, l’équilibre, travailler les mouvements techniques, la régularité de l’allure ou encore la précision du tracé.

Après une détente libre aux trois allures, où il s’est contenté d’observer chaque couple pour déceler les défauts à corriger, Alexis Goury installe ses élèves sur un huit de chiffre au tracé carré et leur demande d’effectuer des changements d’incurvation à chaque changement de main. « L’incurvation part de la jambe intérieure », rappelle-t-il. Ce travail préparatoire permet de mettre gentiment en jambes chevaux et cavaliers afin de les préparer aux difficultés à venir. Au fur et à mesure que les couples fluidifient leurs enchaînements, il introduit des transitions lors des passages dans la largeur, d’abord trot-pas-trot puis trot-arrêt-trot « pour s’assurer de la disponibilité des chevaux ». Alexis corse ensuite un peu plus l’exercice en demandant le même enchaînement en contre-incurvation. Ici, « les épaules doivent rester devant les hanches », martèle le complétiste. Si le cheval se défend ou éprouve des difficultés à se tenir, on peut le remettre droit sur quelques foulées avant de demander à nouveau la contre-incurvation.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 400 de L'Eperon Hebdo (paru le 12 janvier 2022), disponible sur notre boutique en ligne.