Justine Bruyère, la plus rapide à Maisons-Laffitte
lundi 23 septembre 2019

Justine Bruyère et Taifa Line Hfifa
Justine Bruyere et Taifa Line Hfifa lors de l’arrivée au trot imposée sur les pistes cavalières de Maisons-Laffitte © Claude Bigeon

La deuxième édition du concours d’endurance de Maisons-Laffitte s’est déroulée dimanche 22 septembre 2019 avec une belle participation : 140 cavaliers sur 14 épreuves. La plus grosse, une 80 km à vitesse libre, est remportée par une cavalière des Hauts-de-France, Justine Bruyère associée à Taifa Line Hfifa.

Arrivé en 4h42’23, le couple vainqueur de la 80 km VL, Justine Bruyère / Taifa Line Hfifa devance Salvina Deniaud / Byzance de Gardaine en 4h57’33 et Hélène Forge / Alumethane Al Sukran en 4h57’53. Lors de la 80 km vitesse imposée, c’est Agnès Bonnigal Thepenier avec Be Wake up d’Etto qui l’emportent en 5h10’53 devant Sandra Dahl avec C’est Parti d’Etto dans le même chrono, puis Aurélia Feuillette avec Spitfire CS en 5h41’45.

Justine Bruyère est une pure amateur de 29 ans, cadre infirmier de profession, qui monte une jument de l’élevage Line Ffifa de Catherine Joly à Beaudignies au Quesnoy (59). « Je suis venue courir à Maisons-Laffitte car l’organisateur m’a convaincu d’y venir », avoue celle qui a remporté la 80 km libre. « En fait, je suis plus venue pour le fun. J’avais déjà participé en 2018 où je n’avais courue que sur la 80 km imposée. Hormis la première boucle, un peu en plaine le matin, les boucles étaient sur les pistes d’entraînement en forêt. Nous sommes tous partis ensemble puis j’ai eu une minute d’avance sur le vet-gate et j’ai commencé à creuser mon avance ».

Cette jeune femme a débuté à cheval à 7 ans, mais ce n’est que par le hasard de rencontres et de bénévolat sur une course d’endurance qu’elle accroche à cette discipline. En quatre années, elle a franchi progressivement les paliers, de 20, 40, 60, 80 jusqu’à 120 km. Avec Taifa Line Hfifa, Justine Bruyère est souvent première sur 90 km, mais en juin dernier, elles étaient 5e à Compiègne sur 130 km Amateur. « C’est une jument de 12 ans avec de supers origines, sa mère est Bawa El Massan et son père Azziz de Gargasan », explique son éleveuse Catherine Joly. « Elle est dure au mal et a un cardiaque qui revient à 44 en deux minutes au vet-gate. Elle a déjà participé à plusieurs 120, mais elle est souvent première sur 90 ».

L’arrivée de l’endurance à Maisons-Laffitte repose sur les épaules d’une petite équipe de bénévoles autour de Vahid Farashi et sa fille Hélène. D’origine iranienne, le pays des Akahl-Teke - ces chevaux particulièrement adaptés à l’endurance - Vahid Farashi a découvert l’endurance en 2012. Il était déjà impliqué dans le monde du cheval à travers son association « Le souffle du cœur » qui place des chevaux de course auprès de particuliers comme chevaux de selle. Ancien membre de l’équipe de football iranienne, il est devenu entrepreneur dans le bâtiment en France mais vit aussi sa passion du cheval comme compétiteur en endurance jusqu’à 120 km. Généreux et enthousiaste, il a eu envie d’organiser un concours d’endurance à Maisons-Laffitte. Si le pari est gagné en termes de fréquentation, il doit encore affiner son organisation pour éviter les débalisages et assurer des résultats plus rapides. « L’idée est de rester sur ce niveau de compétition et de renouveler ce concours en 2020 », assure Vahid Farashi qui semble bien suivi par la mairie de Maisons-Laffitte qui voit ainsi, une nouvelle discipline équestre s’implanter dans la cité du cheval.