Les nouveaux pèlerins de l’endurance dominent à Jullianges
mardi 04 août 2020

Ambiance Julianges
L'hippodrome de Julianges a permis aux concurrents de profiter de conditions d'accueil idéales © Jean-Louis Perrier

Le Raid des Pèlerins, au départ de l’hippodrome de Jullianges (43), a offert une belle image de l’endurance équestre, conciliant tradition de la discipline et modernité. Le palmarès des différents CEI de ces quatre jours est très international.

Il y a trente ans qu’Yves Cuerq organise des compétitions d’endurance. En 1993, le Raid Cévenol avait emmené les cavaliers du sud de l’agglomération lyonnaise à Florac en quatre jours ! Depuis l’endurance équestre a bien changé, pas toujours en bien, mais Yves Cuerq avec une équipe de fidèles renforcée par la jeune génération, et toujours la même fougue, perpétue des organisations qui savent plaire aux cavaliers. A Jullianges, près de la Chaise-Dieu, il a trouvé sur l’hippodrome un site idéal pour des conditions d’accueil répondant aux besoins d’une grande concentration de cavaliers. Les nombreux chemins environnant cette petite commune des plateaux de la Haute-Loire permettent de tracer un circuit alternant pistes galopantes et dénivelées. Bien soutenue par les collectivités locales et avec des partenaires privés apportant un soutien logistique et financier, ce meeting d’endurance avait de bonnes fées autour de lui ! Les conditions météo sont toujours importantes en endurance et les cavaliers ont du gérer une très forte chaleur jusqu’au violent orage le samedi en fin d’après-midi. Il a entrainé une neutralisation pendant 50 minutes de la course, de grosses frayeurs mais, malgré l’envol de quelques tentes et beaucoup de branches cassées sur le site très arboré, aucun incident n’est à déplorer.

Pas de problèmes majeurs non plus du côté des chevaux au cours de ces quatre jours commencés avec une journée dédiée aux cycles SHF qui a enregistré 81 partants avec un bon taux de classés. Malgré des vitesses élevées pour les leaders, les différents CEI ont affiché aussi des pourcentages de classés supérieurs à 50%, preuve de la bonne gestion des cavaliers dans ces conditions météo éprouvantes, et de la qualité du circuit. Si les trois CEI * sont restés sous couleurs françaises, comme le CEI ** sur 2 X 70km remporté par Diane Denayer sur Freeboula devant seulement deux autres partants, les étrangers se sont imposés sur les épreuves majeures.

Entre le nouveau règlement FEI imposant deux qualifications en CEI **, et le retard d’entrainement du à la période de confinement, les partants des CEI *** étaient peu nombreux. Sur 160 km, huit partants et cinq classés, la victoire est pour Kristofer Borges sur Bailora MC 52.54. Ce cavalier de 24 ans sous les couleurs de l’Uruguay est basé en Catalogne tout comme sa dauphine, la française Julia Montagne qui montait ici Lotus Glabière IC. Cette ancienne cavalière de l’écurie Philippe Tomas est installée de l’autre côté des Pyrénées avec son compagnon Robert Diez Noguera. Leur écurie Vilatella compte une quarantaine de chevaux dont une quinzaine d’élevage. Julia Montagne termine également au 2e rang du CEI * du dimanche avec Mallerbi Pagadi battue au sprint par Juliette Migne associée à Orla d’Althéa.  Sur le CEI *** 140km, dix partants, c’est l’Autriche qui était à l’honneur avec la victoire de Jana Kupper, 21 ans, associée Talisman el Takko à une moyenne de 16,6km/h.  Le CEI ** 120 km était beaucoup plus disputé avec 60 partants, 35 chevaux passant favorablement le contrôle vétérinaire final. Cette épreuve a été marquée par la domination de l’écurie M7, qui prend les trois premières places de l’épreuve avant de récidiver par un doublé le lendemain sur le CEI YJ **. De quoi revenir plus en détail très vite sur cette nouvelle antenne des écuries de cheik Mohamed al Makthoum basée en France! 

Tous les résultats ICI