Saut d'obstacles : la Suède impériale, la France dans le coup
vendredi 06 août 2021

La Suédoise Malin Baryard Johsson signe un parcours sans pénalité dans cette épreuve de qualification, comme le reste de son équipe. © Scoopdyga

Après les épreuves individuelles, place à la compétition par équipes ! Ce vendredi, dans le cadre du nouveau format, dix-neuf équipes de trois cavaliers étaient au départ de l'épreuve qualificative. A l'arrivée, la Suède, une fois de plus très en forme, la Belgique, l'Allemagne, la Suisse, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, le Brésil, les Pays-Bas et l'Argentine parviennent à pousser les portes de la finale, qui verra tous les compteurs repartir à zéro samedi, pour la dernière épreuve équestre de ces Jeux Olympiques.

Certains avaient une revanche à prendre, d'autres foulaient pour la première fois la piste du stade équestre Baji Koen à l'occasion de cette épreuve de qualification par équipes. Dans le cadre de ce nouveau format de compétition, l'ordre était donc inversé et les épreuves par équipes se tenaient pour la première fois après celles courues en individuel. Autre nouveauté : les équipes sont désormais composées de trois cavaliers et tous les scores sont pris en compte dans les totaux, là où, auparavant, seuls comptaient les trois meilleures performances sur quatre parcours. Aucun droit à l'erreur n'était permis pour les cavaliers et surtout pas une élimination, synonyme de sortie de la compétition de l'équipe entière. Un point de règlement qui a redistribué les cartes et n'a pas fait les affaires de certaines nations. 

Une fois de plus, le chef de piste Santiago Varela a admirablement bien utilisé l'espace proposé par la piste tokyoïte. Après un début de parcours relativement aéré, se posait la première difficulté : le triple (spa, deux foulées, vertical, une foulée, oxer), situé en numéro 4, qui était suivi d'une ligne de quatre foulées, puis d'un vertical. Première difficulté. Les couples engagés avaient également à composer avec un conséquent mur gris (numéro 7), en sortie de virage, suivi à quatre foulées d'un oxer, puis d'une ligne brisée pour enchainer sur une délicate ligne de bidets oxer/vertical de six foulées. Deuxième difficulté. Enfin, la ligne finale - oxer, cinq foulées, double palanque/vertical à une foulée, puis ultime obstacle à cinq foulées - était à soigner particulièrement. Autre ennemi des cavaliers : le temps accordé. Tout comme beaucoup d'autres, aucun des membres de l'équipe de France n'est parvenu à entrer dans les 82 secondes autorisées... 

Un premier tour déjà éliminatoire

Tandis que certaines nations, à l'instar de la République Tchèque, de la Chine, de la Nouvelle-Zélande, peinent d'emblée à trouver les clefs du parcours, l'Irlande présente son premier cavalier au départ en la personne de Shane Sweetnam. Le cavalier démarre son parcours mais, très vite, sa monture Alejandro (Acorado's Ass) se recule de plus en plus des barres, se décoordonne complètement dans ses sauts, déferre, tandis que son cavalier - bien conscient qu'un abandon éliminerait son équipe - s'efforce tant bien que mal de poursuivre son parcours. Triste spectacle. Alejandro, visiblement perdu, s'écrase finalement dans l'oxer sur bidet numéro 10, précipitant son cavalier à terre. L'Irlande sort de la compétition, et on ne verra par la suite plus aucune veste verte fouler la piste équestre de cette XXXIIe olympiade. 

Au sein de cette première rotation, seuls deux couples parviennent à boucler un parcours parfait : Henrik von Eckermann et King Edward (Edward 38) démontre - s'il le fallait encore ! - la grande forme de la Suède dans ces Jeux, et le Brésilien Marlon Modolo Zanotelli et Edgar M (Arezzo VDL) signent un bon début de compétition pour le Brésil, représenté dans cette compétition par Pedro Veniss et le tout bon Quabri de l'Isle (Kannan), ainsi que Rodrigo Pessoa et Carlito's Way 6 (Casall), deux duos qui n'ont pas pris part à l'épreuve en individuel. Si deux couples signent un sans-faute, cinq terminent leur parcours avec un point de temps ! Enrique Gonzalez et Chacna (Chacco Blue), pour le Mexique, le Suisse Martin Fuchs et Clooney 51 (Cornet Obolensky) - qui avaient leur revanche à prendre après leur deux fautes dans la finale individuelle de mercredi -, l'Allemand Andre Thieme et DSP Chakaria (Chap 47), le Belge Pieter Devos et Claire Z (Clearway) et le Tricolore Simon Delestre, associé à Berlux Z (Berlin) posent de belles options en vue de la suite. En revanche, le cavalier hollandais Willem Greve alourdit d'emblée le score des Pays-Bas avec un parcours à 13 points, aux rênes de Zypria S (Canturo).

Dans le camp des Tricolores, la compétition démarre donc bien : Simon et Berlux signent un joli parcours, sans sursis et avec beaucoup de décontraction. Il faut dire que le hongre de dix ans n'a pas couru l'épreuve en individuel et prenait là le départ de son premier tour des Jeux. Berlux est ainsi apparu frais et tout à fait à l'aise sur une piste qui a perturbé plus d'un cheval depuis le début de cette compétition. 

La Suède persiste et signe

Deuxième rotation et, là encore, des éliminations privent certaines nations de poursuivre l'aventure. A commencer par l'Israël, qui voit Teddy Vlock et Amsterdam 27 (Catoki) s'écraser dans l'oxer numéro 8, après une mauvaise gestion de sa ligne. C'est ensuite au tour d'Eugenio Garcia Perez d'essuyer deux dérobades sur le mur de la part d'Armani SL Z (Asca Z). Le Mexique sort à son tour de la compétition. Tandis que le Maroc réalise sa meilleure performance avec le parcours à 6 points de Boukaa El Ghali et du Selle Français Ugolino du Clos (L'Arc de Triomphe), Pénélope Leprévost et Vancouver de Lanlore (Toulon) commettent une faute sur le dernier élément du triple et écopent d'un point de pénalité de temps. La cavalière sort avec un total de cinq points, permettant à la France de rester dans le coup. 

Pour ne rien changer à leurs habitudes, la Suédoise Malin Baryard Johnsson et sa jument par Kashmir van't Schuttershof, Indiana, signe un nouveau parcours sans faute. C'est le quatrième de ces Jeux pour le couple qui terminait mercredi à la cinquième place de la finale individuelle. Elle est imitée par le jeune Bryan Balsiger et Twentytwo des Biches (Mylord Carthago), qui permet à la Suisse de rester sur le léger score d'un point. Parmi les bonnes performances de ce deuxième tour, celle de Jérôme Guéry et de Quel Homme de Hus (Quidam de Revel) sont à noter : le couple finit avec un point de temps dépassé. Une revanche aussi pour le cavalier belge, qui visait un Top 10 en individuel et qui avait essuyé un refus de la part de son étalon dans l'épreuve de qualification individuelle. L'Allemand Maurice Tebbel, associé à son bon Don Diarado (Diarado), termine avec deux points de pénalité, et permet également à l'Allemagne de bien poursuivre la course. 

Les nations "fortes" au rendez-vous, l'Argentine ferme la marche derrière les Pays-Bas et le Brésil 

Dernière rotation, et déjà certaines qualifications pour la finale sont jouées. Tandis que quatre nations - l'Irlande, l'Israël, le Mexique et le Japon (dont le deuxième cavalier, Koki Saito n'a pas pris le départ) - sont définitivement éliminées de cette compétition, la République Tchèque (45 points), la Nouvelle-Zélande (39 points), ou encore la Chine (35 points) voient leurs chances de se qualifier considérablement diminuer. Avec six points à l'arrivée, Matias Albarracin n'alourdit pas trop le score de l'Argentine et lui offre, peut-être, l'occasion de se qualifier (27 points). A contrario du Maroc, pour lequel Abdelkebir Ouaddar signe le score le plus lourd de l'équipe (21 points) avec Istanbull VH Ooievaarsho (Casall). Avec un total de 37 points, le Maroc abandonne ses espoirs de qualification et de podium. 

Troisième Français à s'élancer, Mathieu Billot a pu seller Quel Filou 13 (Quidam's Rubin) après le forfait de Nicolas Delmotte et Urvoso du Roch (Nervoso). Le gris, émotif sur l'épreuve de qualification individuelle, s'est montré cette fois plus coopératif. Le couple sort de piste avec deux barres mises à terre - le premier élément du triple et le premier élément du double numéro 13 - et un point de temps dépassé, lui aussi. Décidément, les Bleus avaient du mal à trouver leur galop ! La France termine donc sur un total de quinze points, ce qui lui permet de rester dans la course. 

Peder Fredricson et All In (Kashmir van't Schuttershof), médaillés d'argent en individuel mercredi, signent un nouveau et dernier parcours sans faute pour la Suède, qui termine sur un score vierge de toute pénalité (la seule équipe). Les États-Unis se hissent dans les dix meilleures nations avec le parcours à cinq points de Mc Lain Ward. Le médaillé d'or en individuel, Ben Maher, en selle sur Explosion W, termine avec quatre points de pénalité et ne viennent pas trop alourdir un total déjà conséquent pour la Grande-Bretagne avec les prestations d'Holly Smith (4 points) et Harry Charles (12 points). Du côté de la Suisse, la plus mauvaise performance vient étonnamment du champion Steve Guerdat : avec deux barres et un point de temps, le cavalier de Venard de Cerisy (Open Up Semilly) écope de neuf points de pénalité et fait grimper celui de sa nation à dix points. De quoi se qualifier malgré tout ! Le point de temps dépassé de Daniel Deusser et les deux points de Gregory Wathelet permettent également à l'Allemagne - qui n'avait qu'un seul représentant en finale individuelle - et à la Belgique de pousser les portes de la finale. Malgré leur mauvaise entame, les Pays-Bas, avec les cinq points de Marc Houtzager, les treize de Willem Greve et les huit de Maikel Van der Vleuten, se hissent de justesse dans la moitié haute du tableau et terminent neuvièmes, juste devant le Brésil dont le score se voit considérablement alourdi par la contre-performance de Rodrigo Pessoa et Carlito's Way 6 (20 points). Le Brésilien a essuyé une première hésitation de sa monture sur le vertical numéro 3, puis une dérobade sur le mur. Le cavalier savait bien qu'il n'avait plus droit à l'erreur pour emmener son équipe en qualification... Il a sans doute éprouvé un sentiment mitigé, entre soulagement et déception, au franchissement de la ligne d'arrivée ! 

A l'arrivée, les Suédois, qui totalisent un score vierge, ont montré une fois de plus qu'ils étaient en excellente forme et que ces Jeux étaient décidément les leurs. Les compteurs seront remis à zéro pour la finale de ce samedi, mais Peder Fredricson, Malin Baryard Johnsson et Henrik von Eckermann mériteraient bien de décrocher l'or compte tenu de leurs incroyables performances sur l'ensemble de la compétition. La Belgique et l'Allemagne (4 points chacune), passées à côté du podium en individuel, ont répondu présentes ce jour et ont montré leur détermination. La Suisse (10 points), bien que ses cavaliers, et notamment Bryan Balsiger et Martin Fuchs, signent de belles performances ce jour, était fort attendue sur ces Jeux et devra monter d'un cran pour accéder au podium. Enfin, les États-Unis (13 points), la France (15 points) et la Grande-Bretagne (20 points) devront faire mieux demain si elles souhaitent réaliser une performance...

Rendez-vous donc demain pour la finale par équipes et la dernière épreuve équestre de ces Jeux Olympiques, à midi (heure française).

Pour retrouver les résultats complets, cliquez ici.