Saut d'obstacles : une médaille d'or méritée pour la Suède
samedi 07 août 2021

La Suède est médaillée d'or par équipe devant les Etats-Unis et la Belgique. © Scoopdyga

Dernier jour de compétition équestre à Tokyo, avec la finale par équipes. Après l'épreuve qualificative, dix nations, avec des compteurs remis à zéro, étaient donc en course pour accéder au podium, dont la France. Après un scénario incroyable pour l'équipe de France, en tête après les deux premières rotations et éliminée après les deux refus de Pénélope Leprévost, c'est finalement la Suède, après un barrage avec les États-Unis, qui s'impose. Quels incroyables cavaliers que Peder Fredricson, Malin Baryard Johnsson et Henrik von Eckermann qui ont au maximum fait une seule barre au total depuis le début de cette olympiade !

Avec ce nouveau format olympique, rien n'était écrit pour les Suédois. Certes, ses trois représentants, Peder Fredricson, Malin Baryard-Johnsson et Henrik von Eckermann, ont clairement montré qu'ils étaient au-dessus du lot depuis le début de cette XXXIIe olympiade. Mais la multiplication de leurs parcours sans faute passés ne pesait aucunement dans la balance de cette finale par équipes, qui remettait tous les compteurs à zéro. Dix équipes - l'Argentine, les Pays-Bas, le Brésil, la Grande-Bretagne, la France, les États-Unis, la Suisse, l'Allemagne, la Belgique et la Suède - pouvaient ainsi prétendre à la médaille d'or par équipe. 

Au jeu des substitutions, pour le Brésil, Philippe Guerdat avait choisi ce jour de remplacer Rodrigo Pessoa, qui avait réalisé la veille une véritable contre-performance (20 points) avec Carlito's Way 6, par Yuri Mansur et Alfons (Aromats), tandis que les Pays-Bas n'ont pas fait partir Willem Greve, 13 points dans l'épreuve qualificative, au profit de Harrie Smolders et de son Selle Français Bingo du Parc (Mylord Carthago). De son côté, Thierry Pomel, sélectionneur des Tricolores, avait choisi de donner à Simon Delestre le rôle d'ouvreur, de placer Mathieu Billot ensuite et de donner à Pénélope Leprévost la tâche de fermer le rang. 

Première rotation et belle entrée en matière avec Simon

Alors que les premiers couples à s'élancer sortent de piste avec des scores élevés - 14 points pour l'Argentin Fabian Sejanes, 16 points pour la Britannique Holly Smith, 12 points pour le Brésilien Marlon Modolo Zanotelli et 9 points pour le Hollandais Marc Houtzager -, la première belle performance vient de Simon Delestre, cinquième à s'élancer dans l'épreuve. Avec un Berlux Z (Berlin) que rien ne semble émouvoir, le Lorrain déroule sa partition avec beaucoup de fluidité et en termine avec un petit point de temps dépassé. Une bonne entame pour l'équipe de France ! Sans faute aux obstacles, Simon est de suite imité par l'Américaine Laura Kraut et Baloutinue (Balou du Rouet), qui trouve cependant un meilleur galop et signe le premier parcours sans faute et dans le temps de l'épreuve. Nul doute que les États-Unis, qui n'étaient pas parvenus à qualifier un seul cavalier pour la finale individuelle, avaient à cœur de briller par équipe ! Alors que Martin Fuchs et Clooney 51 (Cornet Obolensky) terminent avec 8 points et Peter Devos avec 4 pour la Belgique, la Suède signe rien de moins que son dixième parcours sans pénalité - sans compter les barrages dans la finale individuelle - depuis le début de cette olympiade : Henrik von Eckermann et King Edward (Edward 28) font comprendre qu'il n'y a pas de fatigue qui soit en ce dernier jour de compétition, et que les Suédois ne laisseront pas leur échapper une médaille d'or méritée... 

La France en tête, la Suisse s'effondre

Deuxième rotation... Alors que l'Argentine réalise un deuxième parcours qui l'éloigne du haut du tableau - 13 points pour Martin Dopazo - et la place au dernier rang du classement provisoire, le cavalier hollandais Harrie Smolders foule pour la première fois la piste du stade équestre Baji Koen avec Bingo du Parc. Le cheval, plus frais que la plupart de ses homologues, signe un parcours sans faute, laissant les Pays-Bas sur un score de 9 points. Tandis que le Brésilien Yuri Mansur, entré à la place de Rodrigo Pessoa, commet une faute, la Grande-Bretagne, avec les 8 points d'Harry Charles et Romeo 88 (Contact Van de Heffinck), voit son score alourdi à 24 points et descend à la neuvième place provisoire. La Suisse réalise également une très mauvaise opération et se voit reléguée à la huitième place du classement provisoire, avec les 16 points du jeune Bryan Balsiger avec Twentytwo des Biches (Mylord Carthago). Avec 24 points au compteur, l'équipe suisse, qui faisait figure de favorite, voit toute chance de podium lui échapper. Impensable.

Quel Filou 13 (Quidam's Rubin), qui courait son troisième parcours sous la selle de Mathieu Billot pour la France, est le cinquième cavalier à s'élancer dans le cadre de cette deuxième rotation. Utilisant toute sa force, le gris parvient à survoler les difficultés de l'épreuve, tandis que son cavalier soigne particulièrement son tracé, quitte à s'éloigner de l'intérieur des courbes. Un choix qui paie : le couple sort de piste avec un point de pénalité. La France totalise seulement deux points ! Alors que Maurice Tebbel fait peser une barre sur le score de l'Allemagne (12 points au total), Jérôme Guéry signe un joli sans faute avec Quel Homme de Hus (Quidam de Revel) et laisse intact le score de la Belgique (4 points). Quant aux États-Unis, dont le score était vierge avec la performance de Laura Kraut en première rotation, ils se voient pénalisés de 4 points avec le parcours de Jessica Springsteen.

La France pointe ainsi, avant le parcours de la Suédoise Malin Baryard-Johnsson, à la deuxième place du classement provisoire ! L'amazone, cinquième dans la finale individuelle, s'élance... et commet une faute dans le triple avec Indiana (Kashmir van't Schuttershof), ce qui permet à la France de prendre la tête du classement provisoire avec deux points d'avance sur la Suède, les États-Unis et la Belgique, tous les trois à 4 points ! Tous les espoirs reposent donc désormais sur Pénélope Leprévost et Vancouver de Lanlore (Toulon), qui n'ont pas droit à l'erreur et disposent seulement de deux points d'avance. 

Quatre équipes, trois médailles et Pénélope craque 

Dernière rotation pour les cavaliers et les cartes peuvent être encore rebattues... L'Argentine alourdit encore son score avec le parcours à 23 point de Matias Albarracin, tandis que le médaillé d'or en individuel, Ben Maher, pour la Grande-Bretagne, ne prend pas le départ, sans doute pour économiser Explosion W (Chacco Blue). Steve Guerdat finit avec 4 points pour la Suisse - qui termine sur un score final de 28 points -, et Pedro Veniss sort de piste avec 13 points, reléguant le Brésil juste derrière (29 points). Le cavalier allemand Daniel Deusser essuie un refus dans le triple de la part de Killer Queen (Eldorado Vd Zeshoek) et choisit d'en rester là, et le Hollandais Maikel Van der Vleuten, médaillé de bronze en individuel, sort de piste avec 8 points de pénalité. 

A ce stade de la compétition, quatre équipes sont donc en lice pour le podium : la Belgique, la Suède, les États-Unis, à 4 points, et la France, à deux points.

Gregory Wathelet et son bon Nevados (Calvados Z) sortent de piste avec 8 points - soit un total de 12 points pour l'équipe belge -, ce qui donne une avance aux autres équipes et à la France, dont les chances de monter sur le podium augmentent considérablement ! Tandis que Mc Lain Ward et Contagious (Contagio) commettent 4 points de pénalité et mettent ainsi une botte sur le podium avec 8 points au total, Peder Fredricson et son bon All In (Kashmir van't Schuttershof) réalisent un parcours parfait... jusqu'à l'ultime obstacle ! Avec un score de 8 points en tout et pour tout, la Suède laisse le champ libre à la France qui dispose de 5 points d'avance pour s'offrir l'or et de 9 points pour le bronze ! Tous les espoirs sont ainsi permis pour l'équipe de France de saut d'obstacles. Pénélope Leprévost entre enfin en piste et franchit la ligne 1 - 2, composée d'une vertical et d'un oxer, sans encombre. Mais les difficultés arrivent rapidement : Vancouver saute avec peine le premier élément du double placé en numéro 3, commet une faute dessus, et s'arrête devant le second élément. La cavalière revient sur la combinaison, mais son fils de Toulon ne veut visiblement plus jouer. Elle est éliminée et, avec cette contre-performance, la France voit ses rêves de podium s'envoler. Un coup dur pour les cavaliers de Thierry Pomel, le staff fédéral et les supporters, qui voyaient déjà l'équipe décrocher une médaille, après un début de compétition en demi teinte.

La Suède à l'arrivée, les États-Unis ne déméritent pas 

Tandis que la Belgique est médaillée de bronze avec un total de 12 points - alors qu'elle n'était pas montée sur un podium de CSO par équipes depuis 1976 -, la Suède et les États-Unis, 8 points de pénalité chacun, se disputeront l'or au barrage.

Et quel barrage ! Tour à tour, Laura Kraut, Henrik von Eckermann, Jessica Springsteen, Malin Baryard Johnsson, McLain Ward et Peder Fredricson signent tous des parcours sans faute. Et, à l'arrivée, seule 1,30 seconde sépare l'addition des parcours des Américains de celle des Suédois, au profit de ces derniers, qui deviennent - très légitimement, il faut bien l'admettre - médaillés d'or par équipe. Et c'est peu dire que les hommes de Henrik Ankarcrona, chef d'équipe, ont mérité leur titre ! Sur toute la durée de cette compétition, épreuve par équipes comprise, le cheval d'Henrik von Eckermann, King Edward, n'a pas touché une seule barre, tandis que les montures de Malin Baryard-Johnsson et de Peder Fredricson, n'ont commis qu'une faute en six parcours, barrages compris. Impressionnant... Cette équipe de cavaliers offre ainsi l'or à une nation qui ne l'avait pas obtenu depuis quasiment 100 ans (1924) ! 

Résultats ici