Jaeger-Lecoutre/In the wings et Sainte-Mesme disputeront la finale dimanche 20 septembre à 15h30
samedi 19 septembre 2009

polo jaeger lecoultre07-2
polo jaeger lecoultre07-2

Les deux matches de demi-finale de la Jaeger-Lecoultre Open de France polo cup ont été trépidants, gagnés d’un seul point, mais carrèment différents.

Les deux matches de demi-finale de la Jaeger-Lecoultre Open de France polo cup ont été trépidants, gagnés d’un seul point, mais carrèment différents.

En ouverture Jaeger-Lecoutre/In the wings emmenés par Véronique Empain avec trois Argentins a eu fort à faire pour battre 10/9 La Palmeraie de Matthias Guerrand-Hermès. Les quatuors étaient sans cesse au contact, se marquant deux par deux ou trois par trois en paquets serrés, avec de rares dégagements furtifs vers les buts. Une bonne partie des goals est donc issue des pénalités, jusqu’à la dernière période où le jeu s’est accéléré, presque envenimé, tellement la fébrilité régnait sur le terrain. Tomas Goti pour Jaeger-Lecoultre/In the Wings fait des merveilles. En face, son compatriote Guillermo Terrera n’est pas en reste. Ses réflexes sont impressionnants. Il porte la partie. Et le match s’égrêne jusqu’à la fin avec un point d’écart. Excellent pour le suspens. Avec quelques sévères négociations entre arbitres pour augmenter encore la tension. Rude quand la cloche sonne, cinq secondes après le goal fatal. Les rouges de Jaeger-Lecoultre l’emportent. Les bleus n’ont pas démérité… Peut-être la vélocité des chevaux et un peu de chance ont-ils fait la différence… Mais l’équipe de Matthias Guerrand-Hermès a l’impression d’avoir mené la partie … mais perdu pour presque rien, juste que les arbitres n’ont pas « tout » vu et épargné à leurs adversaires quelques pénalités fatales… « Déçus? Sans rancœur aucune. C’est le sport ! »

A la suite, toujours sous un soleil radieux, les Franciliens de Saint-Mesme en noir démarrent en trombe et prennent de l’avance au score sur Tres Marias, l’équipe d’Hugues Morin, pimentée de jeunes Français, Pierre-Henri N’Goumou et Thierry Vétois et du Brésilien Olavo Novaes, le handicap le plus élevé du tournoi (8). Malgré un jeu ouvert, de longues passes, des dribbles suivis de longs dégagements, il faudra trois périodes à Tres Marias pour remonter du 5/1, puis 6/2, puis 7/2 car le diable d’attaquant de Saint-Mesme, Robert Strom, subtilise toutes les bonnes balles et capitalise tous ses tirs au but. Et puis le miracle se produit, grâce à de belles combinaisons dans l’équipe, Tres Marias est presque à égalité à une minute de la fin, attaque sévère … Mais rate sa dernière pénalité. Fatale. Un petit cafouillage et c’est la fin. 7/6 en faveur de Saint-Mesme. Ses membres ont le sentiment d’être sauvés par le gong et d’avoir eu vraîment très chaud. Chez Tres Marias on est franchement dépité d’avoir mis trois périodes avant de trouver le mode d’emploi … Les deux équipes se retrouveront dimanche matin pour déterminer les places de 3e et de 4è.

Décidèment Saint-Mesme, venue pour la première fois à Apremont, marque les esprits par sa fluidité, sa cohésion comme par la qualité de sa cavalerie. Sur les dix Européens en lice, les Cantiliens s’en sortent bien, avec trois équipes en demi-finale, ils démontrent l’efficacité du polo club d’Apremont. Et Jaeger-Lecoultre/In the Wings, appartenant à un des piliers du club, l’entraîneur de pur-sang André Fabre, sera finaliste. Le tournoi s’est révélé passionnant, les scores départageant les équipes étant très serrés, révélant au passage quelques jeunes prodiges comme Pablo Llorente et Patricio Neves, super dribbleurs de 18 ans.

Pour tout savoir de l'open cup, rendez vous sur le site de l'open cup de Chantilly