Jota Chavanne : « Remporter cette Coupe d’Or après six échecs, c’est incroyable »
jeudi 09 septembre 2021

L'équipe des Los Dragones, ici après sa victoire dans la Coupe d'Or de Deauville
Jota Chavanne et son équipe se sont enfin imposés dans la Coupe d'Or de Deauville après de nombreuses défaites © Pascal Renauldon/R&B Presse

Le meilleur du polo que l’on peut voir en France, c’est en ce moment. La Coupe d’Or de Deauville à peine achevée, cinq jours plus tard, les matchs de l’Open de France Engel & Völkers prenaient le relais à Chantilly. Entre ces deux tournois, nous avons rencontré l’un des principaux animateurs de cette saison, l’Argentin Jota Chavanne, les yeux encore brillants après sa victoire en Coupe d’Or dimanche dernier.

L’émotion après le triomphe de l’Argentin Jota Chavanne à Deauville était grande, et pour cause. Pour le joueur, il s’agissait de la première victoire arrachée après six défaites en finale ! « Je n’y crois toujours pas : remporter cette Coupe d’Or après avoir échoué six fois, c’est incroyable. Après toutes ces désillusions, recommencer, continuer à préparer des chevaux, s’améliorer et constituer des équipes compétitives, c’est compliqué. Maintenant, je réalise que les efforts finissent par payer et que c’est le bon choix de continuer à travailler malgré les échecs, se donner à 100% et ne jamais, jamais abandonner. Et cette Coupe d’Or, je me rends compte que c’est une récompense non seulement pour moi, mais également pour mon entourage, ma famille, mes amis, mon équipe, l’ensemble de l’organisation et mes chevaux. Cette victoire est belle, parce que les autres équipes étaient vraiment très fortes, que des guerriers comme nous, avec de belles organisations comme la nôtre et tous se sont battus jusqu’au bout. Dans ce genre de rudes combats, le vainqueur est celui qui a eu le plus de chance et elle nous a souri », confiait-il avec émotions.

Après cette victoire, le jeune capitaine français de l'équipe des Los Dragones, Sam Sztarkanavait avait tenu à souligner que « c’est une équipe de quatre amis, nous nous connaissons parfaitement et il y a une très bonne entente entre nous. C’est grâce à cela que nous avons gagné ». Car l'esprit d’équipe est crucial dans ce sport : « Nous sommes quatre potes se battant les uns pour les autres, avec un staff entièrement dévoué derrière les joueurs. Nous avons tous les mêmes objectifs et c’est ce qui rend une équipe forte. Que l’on perde ou que l’on gagne, l’important est que chacun ait tout donné et que l’on soit une équipe difficile à battre », confirme Jota Chavanne.

Il est vrai que sur le terrain, Jota Chavanne ne lâche rien. Un physique athlétique, le cheveu court comme un soldat, un regard perçant, décidé… Cet Argentin de 38 ans ne fait pas de concession. En dehors du terrain, l’homme est chaleureux, très amical et souvent accompagné de son épouse Augusta, qui est sa première supportrice. Cela fait plus d’une décennie qu’il joue essentiellement en France avec un piquet de dix chevaux qu’il reconstitue d’année en année. Un travailleur acharné, qui compte deux victoires en Open de France avec l’équipe suisse de Marquard Media, en 2016 et 2017. Cet Open de France, avec cette nouvelle équipe des Los Dragones, constituait évidemment le prochain objectif des joueurs. « Nos chevaux sont en grande forme après Deauville, où les terrains sont excellents pour eux. Nous arrivons à Chantilly avec un effectif complet et, bien sûr, l’objectif est d’aller le plus loin possible. Pourquoi pas jusqu’en finale ce qui constituerait un nouveau rêve », soulignait Jota Chavanne. Hélas, cinq jours après la finale de Deauville, le premier match de Chantilly s’est soldé par une défaite face à Talandracas, qui compte dans ses rangs le plus grand talent de la jeune génération argentine, Jeta Castagnola. Le contrecoup, somme toute logique, de la décompression après la victoire à Deauville. Mais rien n’est perdu pour autant puisque les Dragons de Jota ont encore toutes leurs chances d’atteindre les demi-finales, le tournoi ne faisant que commencer.