-->

La jeune garde française du polo au top niveau !
vendredi 11 septembre 2009

jaeger9-palmeraie-tres
La Palmeraie contre Tres Marias © R&B Presse Pascal Renauldon

10 équipes sont en lice pour l’open de France de Chantilly. Deux types d’équipes s’affrontent : dans la première les capitaines assurent avec un trio de professionnels argentins renommés. Dans la seconde catégorie, les jeunes professionnels français sont en piste, quand ils ne sont pas aux commandes !

Une première en France à ce niveau de 14-16 goals, excellent.Saluons les jeunes capitaines tricolores : le cantilien, Mathias Guerrand-Hermès, joue à domicile pour La Palmeraie tandis que les frères Sébastien et Ludovic Pailloncy, menant HB Team, arrivent de Deauville. On est heureux de voir évoluer Clément Delfosse au sein de Paprec et Alexis Guinot de Boismenu chez Hot Conejos, mais on va se concentrer sur Tres Marias, car pour la première fois à ce niveau, le leader Hugues Morin a recruté deux jeunes pros Français, Pierre-Henri N’Goumou et Thierry Vétois. Tous deux sont classés handicap 4, ce qui est déjà une réussite en soi.

Thierry n’appartient pas à une dynastie du polo, il est tombé dedans tout petit, en traînant du côté des écuries de Michel Gontier, au Boulois, en regardant évoluer les cavaliers. Puis la passion aidant, il y a passé tout son temps libre, bossant comme un fou pour apprendre le métier, monter, soigner les poneys, tout en suivant ses études. Le BTS en poche, il a encore du choisir entre les risques d’une carrière hypothétique dans le polo et l’idée simple de se contenter d’en faire un loisir. Et puis le destin a bien tourné : « j’ai eu la chance de rencontrer les bonnes personnes au bon moment et surtout, qu’elles me fassent confiance, » confie-t-il. A 21 ans, Michel Gontier lui donne quatre poneys, 4 brides, 4 selles, ce qui lui permet d’être demandé pour participer à ses premiers tournois. Guy Charloux l’emmène découvrir l’Argentine tout un hiver. Finalement, il est embauché comme manager du club de La Baule par Jean-François Decaux. « J’ai la chance de monter toute l’année et de participer à des tournois de mai à septembre. Quand on va en Argentine l’hiver, c’est pour apprendre, découvrir d’autres techniques de jeu, voir les meilleurs joueurs et les meilleurs chevaux.» La Jaeger-Lecoultre Open de France cup est un aboutissement. « Chantilly est le seul moment de l’année où je participe à un tournoi de ce niveau, le reste du temps, en France, on joue plutôt à 6/8 goals –voire 12 goals au maximum. On s’entend bien avec Pierre-Henri N’Goumou et notre capitaine Hugues Morin a recruté un Brésilien, Olavo Novaes, avec qui la mayonnaise prend. On pratique un jeu collectif où les places peuvent évoluer, sans coup de gueule, sans heurts. Avant les matches, on discute, on se concerte sur la stratégie à adopter, sur l’utilisation de la cavalerie. Moi qui aime bien attaquer et mettre le souk dans l’équipe adverse pour la désorganiser, je laisse souvent ce rôle à Olavo Novaes, car il est prodigieux dans ce rôle avec son handicap 8. Du coup, on a aussi du plaisir à défendre notre camp, avec Pierre-Henri. C’est une technique qui permet aux quatre joueurs de jouer leur part, de jouer ensemble, de surprendre. » La technique a l’air de marcher puisque Tres Marias a gagné jeudi, d’un point, contre le tenant du titre, Polo de Deauville.

Résultats et programme