Martin Aguerre, n°1 en France aujourd’hui
lundi 27 juillet 2020

Martin Aguerre aux côtés de sa bonne Machitos Monserrat © Pascal Renauldon

L’Argentin Martin Aguerre est assurément le meilleur joueur actuellement présent sur le sol français : handicap 7, vainqueur de la Copa Cámara 2018 (le 2ème plus important tournoi au monde), vainqueur de l’Open de France et de la Coupe d’Or de Deauville, il envisage cette année de jouer le mythique Open d’Argentine.

Pendant que se jouait la Gold Cup anglaise (remportée par les Adolfo Cambiaso père et fils pour l’équipe française de Jean-François Decaux, voir ici), « Martincito » jouait la finale du Coquetier d’Or à Chantilly dimanche dernier. Avec le Covid-19, l’arrivée des joueurs argentins en Europe s’est avérée plutôt compliquée cette année, le trafic arien étant interrompu depuis l’Argentine. La migration des joueurs des grosses équipes disputant la saison anglaise s’est effectuée avec deux charters spéciaux et Martin a pu profiter de l’un d’eux : « Je suis arrivé il y a une vingtaine de jours, cela a été compliqué d’obtenir nos visas avant, les consulats étaient fermés. Tout le monde nous a aidé, le club, mon patron, Tommy Rinderknecht. Ce dernier a organisé la préparation physique de mes chevaux à distance et je suis arrivé un vendredi et j’ai directement joué mon premier match de la saison avec des chevaux prêts. Pierre Henri Ngoumou (joueur français de handicap 6) avait débuté ce premier tournoi pour moi que nous avons fini par gagner. Ça a été un excellent travail d’équipe ».

L’essentiel des chevaux de Martin Aguerre viennent de l’élevage familial, Los Machitos, de son oncle Mariano, l’un des plus grands joueurs de tous les temps, vainqueur de neuf Opens d’Argentine avec quatre équipes différentes, longtemps handicap 10 et qui a remonté une nouvelle équipe pour la prochaine édition. Martin sera remplaçant, mais il compte qualifier sa propre équipe. A Chantilly, il dispose de neuf chevaux de ce fameux élevage qui font souvent la différence comme Machitos Monserrat (photo), 8 ans par Open Cabernet et Machitos Opera*, fraichement débarquée des États-Unis où elle a joué avec Mariano et qui a été sacrée dimanche meilleure jument du Coquetier d’Or : « Cela fait 25 ans que mon oncle, avec son associé, Naco Taverna, développent cet élevage basé sur les meilleures mères possible dont beaucoup ont joué l’Open d’Argentine »… comme Machitos Jazz, meilleure jument de la finale de l’Open d’Argentine 2007 dont sept produits ont déjà joué cet Abierto et qui a été clonée à deux reprises.

Martin Aguerre restera en France jusqu’à la fin septembre pour disputer avec son équipe suisse de La Victoire basée à Chantilly (Tommy Rinderknecht, Jota Chavanne et Nacho Kennedy) la Triple-Couronne française : les Coupes d’Argent et d’Or de Deauville et l’Open de France à Chantilly. Ensuite, il rejoindra l’Argentine pour préparer la grande saison… si : « Non, pas de si ! La Triple-Couronne et la Copa Cámara auront bien lieu ! Il faut être positif en cette période bizarre. La chance que nous avons eue en Argentine est que le virus soit d’abord passé par l’Europe et cela nous a permis d’apprendre beaucoup de choses pour le gérer ». Le pays, qui compte 45 millions d’habitants, enregistre moins de 3000 décès dont la moitié dans la seule province de Buenos Aires. Les mesures de confinement ont été drastiques, mais la tendance reste croissante. Il est difficile de savoir ce qu’il en sera à l’automne (qui est le printemps dans l’hémisphère sud), mais, comme dans beaucoup de sports, cette saison sera différente car on n’imagine mal le Stade de Palermo accueillir ses 18 000 spectateurs habituels et ce brassage planétaire puisque tout le monde du polo se retrouve généralement à Buenos Aires à cette époque. 

* Opera a gagné l’Open d’Argentine avec Mariano pour La Dolfina et de la même lignée que la fameuse Cuartetera.