Open d'Argentine : Dix-neuvième finale en vingt ans pour La Dolfina
lundi 09 décembre 2019

LA Dolfina Polo Palermo 2019
Juan Britos a tout donné pour rattraper Adolfo Cambiaso, mais difficile de couper la route au meilleur joueur de polo de tous les temps... © Pascal Renauldon

Adolfo Cambiaso et son équipe de La Dolfina continuent d’écrire l’histoire. Même si la demi-finale a été plutôt terne, la formation du meilleur joueur de tous les temps s’est à nouveau qualifiée samedi 7 décembre pour la finale du 126ème Open d’Argentine.

Un match La Dolfina – La Dolfina qui ne restera pas dans les annales. Le suspens de cette demi-finale a vite tournée court. Même s’il affrontait sa petite sœur, La Dolfina Polo Ranch, le quatuor Cambiaso, Stirling, McDonough et Nero - qui jouaient ensemble pour la centième fois en Triple-Couronne – n’avait pas de cadeau à faire à l’équipe B du club de Canuelas. Dans une poule trop facile – le plus rudes adversaires jouaient dans l’autre poule –, La Dolfina avait besoin de rythme pour mieux se préparer à la grande finale de samedi prochain. Mais les choses sont allées beaucoup trop vite, la « petite Dolfina » a été tout de suite asphyxiée, après un pauvre 1-1, seule égalité du match. À un point qu’en pleine action, alors que Guillermo Terrera avait perdu son maillet, Adolfo Cambiaso a pris le temps de lui ramasser. Bon, l’équipe avait une dizaine de goals d’avance et le rythme du match était passé en mode « practice » (partie d’entrainement). D’ailleurs, en septième période, La Dolfina 1 a complètement levé le pied, ne marquant plus et laissant ses potes inscrire cinq goals.

Le quatuor magique jouera donc samedi pour un huitième titre consécutif, une dix-neuvième finale dont quinze remportée en vingt années d’histoire du club fondé par Cambiaso. Seule 2004 manque à ce tableau de chasse, année où Chapaleufù II les avait battus en demi-finale avant de conquérir le titre. Ensemble, ils ont gagné trente-huit des trente-neuf rencontres jouées à Palermo, et sur les cent matchs joués ensemble, ils n’en ont perdu que sept… dont la dernière finale de la Triple-Couronne, à Hurlingham, il y a quelques semaines. Mais Palermo, c’est une autre affaire !

Hier, la seconde demi-finale, assurément plus intense, a permis à Ellerstina de s’imposer sur Las Monjitas. Beaucoup d’émotion pour cette équipe des Monjitas après le décès de Ruben Sola, qui était le père de l’attaquant Facundo Sola, terrassé dimanche par une crise cardiaque au bord du terrain.