Open d’Argentine de Polo : le plus haut niveau du monde… et un grand marché
mardi 03 décembre 2019

Facundo Sola, meilleur joueur de la Las Monjitas, est assuré, après le décès récent de son père, de la sympathie du public toujours nombreux de l'Open d'Argentine

Samedi et dimanche prochains vont se jouer les demi-finales du tournoi de polo le plus important de la saison : l’Open d’Argentine – l’Abierto de Palermo – qui rassemble tout simplement les dix meilleures équipes professionnelles au monde.

Au-delà du sport, qui se joue dans un immense stade de 18 000 places en plein cœur de Buenos Aires, l’Open d’Argentine est également une énorme vitrine pour la filière « polo » argentine. C’est à l’Abierto que se font les marchés de joueurs, de chevaux et de matériel, maillets et sellerie. Les « patrons » européens et américains sont tous là et négocient les contrats de la prochaine saison avec les joueurs. Pour ces derniers, c’est crucial de bien se vendre pour engranger un maximum de revenus, notamment pour s’équiper en bons chevaux et financer cet Open d’Argentine, revenus complétés par les sponsors qui foisonnent dans le polo argentin. Le commerce de chevaux bat également son plein. Il s’en exporte près de 4 000 par an. Parfois, le jeu pour les joueurs-éleveurs-marchands de chevaux, est d’introduire quelques chevaux moins compétitifs à ce niveau pendant quelques minutes dans un match moins difficile de l’Open pour pouvoir ainsi gonfler le prix d’un cheval avec cet argument : « il a joué l’Abierto » !

Depuis une bonne décennie, le tournoi est dominé par deux équipes, Ellerstina (la famille Pieres qui joue un premier rôle dans ce petit monde) et La Dolfina (l’équipe du meilleur joueur de tous les temps, le célèbre Adolfo Cambiaso). Une troisième équipe est venue bousculer ce clásico, Las Monjitas, inattendue finaliste l’an dernier, qui s’est à nouveau qualifiée pour une nouvelle demi-finale, samedi contre Ellerstina.

Son match de quart de finale, dimanche dernier était très attendu car il se jouait face à une toute nouvelle équipe issue des qualifications et en train de révolutionner cette hiérarchie, La Natividad avec en ses rangs deux mômes de 16 et 18 ans, Barto et Jeta Castagnola, fils d’un ancien équipier de La Dolfina, Bartolomé, qui met tous les moyens possibles en œuvre pour pousser ses surdoués. Le match a tenu ses promesses. Les « minots » se sont juste réveillés un peu tard, à 6-0 pour revenir à 2 goals (11-9) en fin de match. Une issue heureuse pour Las Monjitas… puis terrible : Ruben Sola, le père du n°1 de cette équipe, Facundo Sola, ancien pro, s’écroulait au bord du terrain terrassé par une crise cardiaque sous les yeux de Santiago Toccalino, un autre joueur de cette équipe, venu le saluer à cheval. Un drame immense qui a frappé ce monde du polo qui était rassemblé dès lundi dernier pour rendre un dernier hommage à ce grand monsieur. Mais Facundo Sola sera bien là dimanche prochain, poussé sans doute par tout un stade ému (le public de « la Cathédrale du polo » est particulièrement sensible à ces histoires de famille) et ses coéquipiers feront tout pour offrir une nouvelle finale à Facundo et à Ruben…

Dans l’autre poule, le parcours de La Dolfina aura été bien moins compliqué, ayant gagné tous ses matchs avec de gros écarts, et samedi prochain, Cambiaso et les siens se qualifieront immanquablement face à… l’équipe bis de La Dolfina.

Demi-finales Open d’Argentine de polo

Samedi 16H30 (20H30 Paris)

La Dolfina Sancor Seguros: Adolfo Cambiaso 10, David Stirling 10, Pablo Mac Donough 10 et Juan M. Nero 10. Total: 40.

La Dolfina Polo Ranch: Guillermo Terrera 8, Juan Britos 8, Diego Cavanagh 8 et Alejo Taranco 8. Total: 32.

Dimanche 16H30

Las Monjitas: Facundo Sola 9, Hilario Ulloa 10, Guillermo Caset 10 et Santiago Toccalino 9. Total: 38.

Ellerstina Johor: Facundo Pieres 10, Gonzalo Pieres Jr 9, Pablo Pieres 10 et Nicolás Pieres 10 . Total: 39.