Open de France : Les Lions de Dillon Bacon contre Talandracas d'Edouard Carmignac en finale
samedi 19 septembre 2020

Talandracas
Après s'être imposés contre Amanara, Talandracas rencontrera les Lions en finale de l'Open de France © RB Presse

Dimanche à 15h à Chantilly, c’est une bagarre inédite qui se jouera entre les frères Camillo et Jeta Castagnola, deux jeunes génies répartis dans les deux équipes.

Sous un soleil radieux, les deux demi-finales, qu’on peut qualifier de féroces, ce sont tenues vendredi après-midi, devant un public enthousiaste. Le 20eme Open de France se surpasse. Les matches ont été trépidants, inattendus et imprévisibles jusqu'à la dernière seconde.

Les Lions sortent les griffes

Les Lions de Dillon Bacon (en bleu) se sont offert la Queens' cup à Windsor. Le capitaine, très efficace, s'appuie sur le virtuose de 17 ans, Camillo Castagnola et en back, Tommy Beresford, omniprésent. En face les blancs de Marquard Media, sous la coupe de Tommy Rinderknecht, un habitué de Chantilly où il a gagné plusieurs tournois. Il compte sur un trio argentin plein d'expérience : Martin Aguerre, Jota Chavanne et Ignacio Kennedy. Et tout de suite c'est la fête aux buts : 2 à 2 en 1ère période, 4 à 4 en 2ème période, avec un jeu vif et dégagé. En 3ème période le petit Castagnola s'envole, il est partout, capte des balles, tournicote avec dans un sens, dans l'autre, pour attendre que ses équipiers soient bien placés. On dirait qu'il a aimanté la balle ! 7 à 4 à la mi-temps. On a droit à des coups fabuleux, sous l'encolure (Ignacio Kennedy), des reprises de pénalité en l'air (Dillon Bacon), une traversée de terrain suivie d'un tir lointain réussi (Ignacio Kennedy) et toujours un but d'un camp suivi aussitôt d'un autre. 7 à 5 en fin de 4ème période. Mais le match est rude, les coups terribles, avec trois chutes cruelles (Aguerre, Castagnola et Bacon, le capitaine, en fin de partie). Les Lions gagnent 9 à 8, mais espérons qu'ils seront remis de leurs douleurs pour dimanche.

Au bout du suspens

En fin de journée, place à Talandracas du Normand Edouard Carmignac (en rose) contre Amanara de la Hollandaise Nicky Sen. C'est la première fois qu'ils jouent à Chantilly. Edouard Carmignac a recruté Jeta, le second Castagnola - tout aussi talentueux - et Fran Elizalde, un attaquant argentin de première bourre. Amanara (en gris) table sur l'osmose entre les deux Santiago, Laborde et Chavanne, un gage d'efficacité qui se vérifie encore ce jour. Talandracas attaque fort tout de suite et marque 3 à 0 en 1ère période. Amanara rend coup pour coup et les buts se succèdent avec un jeu plus ouvert, largement dégagé, très galopant, pour des cavaliers hors pair. 6 à 5 en 2ème période. Le suspens est de la partie. Elizalde et Chavanne font un travail de répartition efficace avec une cavalerie hyper rapide. Jeta jongle avec la balle, le public est ébahi et applaudit chaque phase de jeu. On est à 6 à 6 à la mi-temps. La seconde partie avance sur le même rythme, très spectaculaire, trépidant, avec des actions somptueuses et un engagement de tous les joueurs. 9 à 8 à l'entrée de la dernière période où arrivent des chevaux encore plus véloces et plus souples. Marquages serrés, longues passes subtiles, peu de pénalités, des buts bien sentis et le dernier, sur l’ultime seconde de jeu est signé Jeta, d'un revers magnifique. 11 à 10. Implacable.

On verra donc ces diables de Castagnola l'un contre l'autre dimanche. Cela leur est arrivé la semaine dernière, lors des matches de qualification. Un festival avec 29 buts marqués. Un record !

Plus d’informations : www.poloclubchantilly.com et www.pololine.tv