Polo à Chantilly: le vivier du medium goal
jeudi 26 septembre 2019

Trophee Castel Polo
En rouge Alex Sztarkman, en bleu Patrick Eisenchteter © Elisabeth Gillion

Joués par 9 équipes, les tournois moins célèbres que l’Open de France et qui se tenaient en parallèle à Chantilly, prouvent la hausse du niveau et l'accélération du jeu.

Si l'Open de France avait juste 4 équipes, à côté, les "petits tournois" ont fait le plein. Le 6/8 goals Castel et le trophée du Capitaine des jeux (0/4 goals) se sont joués à 9 équipes! Un record. Une bonne surprise, d’autant que le niveau s'est révélé excellent avec des matches rapides, offensifs, à suspens.

Durant la finale, le sport est aussi intense que la pluie. Land Rover, équipe dans laquelle Alexandre Sztarkman et son fils Sam ont réuni Louis Jarrige et Corentin Lepage (han3) affrontent une éqiupe qu'ils connaissent bien, Mungo de Patrick Eisenchteter avec le terrible Juan José Storni (han5), Edouard Vilain et Sébastien Sorbac. Land Rover démarre vite et assène des coups efficaces, vite fait bien fait. 6 à 0 en début de 2e période. L'histoire est écrite? Mungo n'est pas aussi rapide. Le collectif manque de réussite dans ses actions, perd des balles ... Mais ils sont durs à la tâche et remontent petit à petit. Ils marquent deux buts avant la mi-temps, accélèrent en revenant et jouent un polo plus large, plus ouvert qui désarçonne l’adversaire. Land Rover commence à cafouiller. Pour Mungo Juan José Storni rattaque à longs coups de maillet et remonte. 5 à 8 à l'entrée de la dernière période, 6 à 8 pour finir à 9 à 8 vingt secondes avant la cloche! Les jeunes de Land Rover ont le coeur gros pour féliciter Mungo mais le font d'un  "abrazo" sur le podium comme c'est l'usage ... 

Durant trois semaines, les 9 équipes ont revélé le talent de jeunes engagés à fond dans les équipes pures françaises, à l’instar de l’équipe Cavok où Arnaud de Chènevarin a réuni Adrien Le Gallo, avec Thiérry Vétois et Stanlislas Clavel ; ou encore chez Safir puisque Jean-Claude Legrand y joue avec Clément Toussaint et le très vif Julien Reynes (jan4). L'avenir tient aussi et surtout aux jeunes patrons Norbert Janvier à La Quinta ou Christophe Allemandou chez Jivaro... A noter qu'en parallèle de Chantilly, Paris Bagatelle joue sa finale du tournoi d'automne, avec d'autres jeunes Français, quelquefois les mêmes qui font des aller-retour.