Alexandra Ledermann veut voyager loin avec Danemark
dimanche 23 août 2020

Alexandra Ledermann et Danemark au GN de Cluny
Sous la selle d'Alexandra Ledermann, Danemark s'est imposé dans le GP des 7 ans lors du Grand National de Cluny © Jean Louis Perrier

En étant le seul des neuf barragistes à renouveler un sans faute, Danemark a largement dominé le grand prix Top 7 du Grand National FFE-AC Print de Cluny. Ce puissant et joli bai nous donne l’occasion de retrouver tout le talent d’Alexandra Ledermann.

Danemark, SF par Action Breaker et L’Elue du Rozel SF par Apache d’Adriers SF, est entrée dans la vie d’Alexandra Ledermann dès sa naissance car il est né chez Caroline Lemarié, propriétaire "historique" de la cavalière qui explique : "Il s’appelle Danemark car Caroline avait de très bons souvenirs de ce pays où j’avais gagné avec sa jument Punition. J’avais monté la mère de Danemark, L’Elue du Rozel, puis elle a été vendue au Haras de Pléville où elle a produit Rokfeller de Pleville (par L’Arc de Triomphe, ISO 182, grand gagnant avec l’espagnol Eduardo Alvarez Aznar, ndla). On l’a rachetée et croisée avec Action Breaker pour donner de l’amplitude car L’Elue du Rozel était un peu petite. Nous avons deux propres sœurs de Danemark dont une 5 ans qui s’annonce excellente. Danemark a beaucoup de personnalité, c’est un dominant, mais il est très gentil et très doué. Il est naturellement styliste. Comme souvent les entiers, il est un peu "roi fainéant" à la maison, mais il s’anime en piste et sait se donner à fond."

Danemark n’est pas sorti à 4 ans et a été confié à 5 ans à Tony Hanquinquant avec qui il a réalisé une année presque parfaite, ne faisant qu’une barre le dernier jour de la finale de Fontainebleau. A 6 ans il est passé sous la selle d’Alexandra Ledermann avec qui il obtient, comme à 5 ans, la mention Très Bon à la Grande Semaine. Son année de 7 ans a débuté tranquillement, comme pour beaucoup à cause du confinement, mais de toute façon sa cavalière n’est pas obsédée par la qualification pour l’échéance nationale : "Ce n’est que son deuxième parcours sur 1,40m. Il est très respectueux et monte fort en l’air ! Je veux y aller progressivement, il sera à Fontainebleau si je le sens capable de le faire, si c’est bien pour lui dans sa progression. C’est comme ça que j’avais décidé de faire les 6 ans l’an dernier, mais je n’ai pas d’objectif de vente avec ce cheval, ce qui m’intéresse c’est de le préparer pour le faire durer, comme j’ai fait avec Requiem de Talma. Il a maintenant 15 ans et est en pleine forme !"

Quand on est face à une médaillée olympique avec un cheval de 7 ans, la question de la perspective des J.O Paris 2024 s’impose mais Alexandra Ledermann est sans équivoque : "Il n’y a pas que les J.O dans la vie ! J’ai surtout envie de profiter de l’instant présent, de faire des beaux concours comme ici à Cluny où j’aime venir même si c’est assez loin de chez moi, car c’est un concours proche de la perfection. Je ne sais pas encore quel sera le niveau de Danemark, peut être qu’il intègrera une écurie en vue des J.O s’il a le potentiel pour faire ça! Les J.O représentent un objectif très tendu, aujourd’hui il y a un système du haut niveau qui n’a plus rien à voir avec celui que j’ai connu. Il faut beaucoup de logistique autour d’une grosse écurie avec un piquet important de chevaux. Ce n’est pas mon cas, ici je n’ai que Requiem de Talma pour faire les Grands Prix, et trois sept ans ! Les choses ont beaucoup évolué avec du positif, il y a plus de dotation et des très beaux concours, mais des belles histoires comme celle de Xavier Caumont partant pour Aix la Chapelle avec sa jument Baladine di Mesnil avec sa voiture et son van, ça n’est plus possible." On souhaite pourtant voir Alexandra Ledermann écrire une nouvelle page des sports équestres avec son beau Danemark ! 

Les résultats du Top 7 de Cluny : ICI.

Commentaires


Géra B | 23/08/2020 13:29
Une grande championne très réaliste, avec des mots très justes.