Andy Smaga nous a quittés
mardi 27 octobre 2020

Andy Smaga
Andy Smaga aux côtés de son Quartz Rouge lors des Longines Masters de Hong Kong © Coll.

La nouvelle est tombée ce matin, Andy Smaga s’est éteint hier soir à l’âge de 75 ans.

Sa fille Déborah, à la tête du poney club du Viel Orme à Rambouillet, retrace en quelques phrases l’histoire de son père. « Il vivait avec ses parents en Egypte où il est né, ils avaient des chevaux de course, d’ailleurs son cousin David est devenu entraîneur de galopeurs à Lamorlaye. Mon père a rencontré ma mère Sylvie lors du retour de la famille en France. J’ai débuté l’équitation vers l’âge de six ans, il m’a toujours accompagnée et suivie en compétition, y compris à l’étranger lorsque j’étais en équipe de France poney. Lorsque nous sommes arrivés chez Jean Maurice Bonneau à Auffargis en 1986 avec nos chevaux, il s’est intéressé au haut niveau. En tant que directeur de la société Bose pour l’Europe, il avait fait en sorte que les compétitions de haut niveau, à l’image des concours organisés par la SEPA ou le Renault Jump, soient retransmises sur FR3 le dimanche après midi. »

En 1997, Sylvie et Andy font l’acquisition du poney club du Vieil Orme. Trois ans plus tard, Andy, comme il se l’était toujours promis, fête ses 55 ans et arrête de travailler pour profiter de la vie, de sa famille et de ses chevaux. Il sera un fidèle soutien pour Déborah qui prend en mains le poney club en 2005. En 2007, Andy et Déborah achètent pour 7000 euros le jeune Quartz Rouge, 3 ans, qui gravira les échelons jusqu’au plus haut niveau international, sous la selle de Jérôme Hurel jusqu’en 2016. « Il a vécu cette période à 200% à mes côtés, et se déplaçait presque sur tous les concours » évoque Déborah qui ajoute « on pouvait toujours compter sur lui, il était toujours présent pour les autres, il avait toujours des idées et voulait en permanence aller de l’avant, il avait un grand sens de l’humour, un vrai coup d’œil pour choisir les chevaux, mais n’aimait pas se mettre en avant.  »

En dehors des chevaux et de ses chiens, Andy avait la passion des belles voitures, du tir à l’arc, sport dans lequel il avait été sacré  champion de France vétéran, et nourrissait une véritable admiration pour son petit fils Luc, 18 ans, expert en poste hongroise. Le monde du cheval conservera d’Andy Smaga le souvenir d’un homme dynamique, passionné, bienveillant, souriant, généreux et enthousiaste. 

L’Eperon présente ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.