Bonne retraite Mary Lou
mardi 08 juin 2021

Toveks Mary Lou et Henrik von Eckermann
Toveks Mary Lou et Henrik von Eckermann lors des championnats d'Europe de Rotterdam en 2019 © Scoopdyga

Après quatre années plus belles les unes que les autres à haut niveau, Toveks Mary Lou ne reviendra pas en compétition. Une véritable déception pour Henrik von Eckermann, son cavalier, qui doit beaucoup à cette formidable jument baie.

C’est une annonce à laquelle personne ne s’attendait, pas même Henrik von Eckermann. À seulement quinze ans et après quatre années exceptionnelles à haut niveau, sa fantastique Toveks Mary Lou (Montendro) ne foulera plus les terrains de compétition. Alors que la baie semblait s’être tout juste remise de la blessure qu’elle s’était malheureusement faite lors du CSI5* de Genève en 2019 et était presque prête à faire son grand retour sur les terrains de concours, les choses ne se sont finalement pas passées comme prévu. « La veille de son retour en compétition, elle n’était de nouveau plus très en forme », expliquait le cavalier sur Instagram. Puis, le verdict est tombé. « Pour être réaliste, elle aurait besoin d’un an de convalescence en plus avant de reprendre le sport », ajoutait-il. Un véritable coup dur pour le Suédois tout comme pour les propriétaires de la baie, qui ont finalement décidé d’officialiser sa retraite sportive. « Bien sûr, je savais que cela arriverait un jour, mais pas si tôt. […] Je crois ne pas avoir besoin d’expliquer tout ce que cette jument m’a apporté et à quel point elle compte pour moi. Je ne veux pas voir cela comme une fin, mais comme le début d’un nouveau chapitre », confiait Henrik von Eckermann.

Une combativité hors norme

Un chapitre qui va certainement s’avérer difficile à clore, tant Mary Lou a changé sa vie. Sa place de 22e meilleur cavalier au monde, le Suédois la doit en partie à sa formidable jument, qui lui a permis de décrocher tant de victoires, toutes plus belles les unes que les autres. Une médaille de bronze lors des finales Coupe du monde en 2017 et 2018, une médaille d’argent lors des championnats d’Europe et des Jeux équestres mondiaux en 2018, une médaille d’or lors de la Coupe du monde d’Amsterdam en 2019 ainsi que dans les Coupes des nations d’Aix-la-Chapelle et de Rome la même année… La liste est aussi longue que prestigieuse. « Mary Lou une gagnante qui montre une extraordinaire combativité quand elle entre dans l’arène. Elle donne toujours le petit truc en plus et elle sait quand elle doit être au top. […] Aux écuries, elle est très calme et profite de la vie. Mais en compétition, elle peut être très sensible. Son humeur change radicalement. À la maison, elle est beaucoup plus détendue et ne prend pas peur facilement. Tandis qu’ici, en compétition, elle est beaucoup plus en alerte, comme si elle était branchée sur du 220 volts. Il faut faire très attention et je dois toujours être sur mes gardes ! », confiait son cavalier à L’Éperon en 2019.

Une chance pour Henrik von Eckermann

Si le Suédois a pu vivre toutes ses aventures avec cette jument exceptionnelle, c’est grâce à Karl Schneider, son propriétaire. À peine l’avait-il achetée qu’il avait déjà pensé à la confier à Henrik von Eckermann, qui en est évidemment tout de suite tombé amoureux, comme le confiaient les deux hommes à nos consœurs de World of Showjumping. Et le duo c’est si vite si bien entendu que leur septième compétition n’a été autre que le CSI5* d’Oslo, où il s’empare de la troisième place. En 2018, Mary Lou est rachetée par la famille Tovek mais reste sous la selle d’Henrik von Eckermann, qui a ainsi pu continuer à briller sur les plus beaux terrains mondiaux.

Après une carrière si riche, le prochain chapitre de la vie de la formidable Mary Lou est de se consacrer à la reproduction et ainsi, peut-être, donner naissance à un poulain aussi doué qu’elle.