CSI 4* Bourg en Bresse : pas de huis-clos mais toujours pas de public
mercredi 12 mai 2021

Illustration Bourgg en Bresse
Malgré l'assouplissement des mesures sanitaires concernant le Covid-19, le CSI 4* de Bourg en Bresse ne sera pas en mesure d'accueillir le grand public du 20 au 23 mai © Jean-Louis Perrier

Programmé du 20 au 23 mai, le CSI 4* de Bourg en Bresse-Ain s’inscrit dans la deuxième phase du plan de déconfinement. Assez pour sortir du strict huis-clos, pas assez pour recevoir le public au grand regret de l’équipe organisatrice.

En 2020 l’équipe de Bourg Sports Equestres aurait du fêter la 30e édition du Jumping International de Bourg en Bresse, la crise sanitaire en a décidé autrement ! Président de Bourg Sports Equestres, Alain Landais ne cache pas que l’édition 2021 a bien failli aussi passer à la trappe : "Comme tous nous espérions une sortie de crise plus rapide et l’hypothèse d’une nouvelle annulation s’est présentée. Mais nous avons décidé de répondre aux besoins des cavaliers, des prestataires de la filière, et de faire repartir la machine malgré les nombreuses restrictions que nous impose la situation sanitaire. Les services de la préfecture nous demandent d’être très stricts sur le protocole, le jumping est la première manifestation d’importance dans le département depuis le passage du Tour de France à l’automne dernier. Malgré notre envie nous ne pourrons pas recevoir le grand public, la jauge des 1 000 personnes étant très vite atteinte entre l’organisation, les prestataires, les cavaliers et leurs accompagnants, et les quelques invités des partenaires (limités à  dix par jour)."  Le jumping qui, en 2018, a quitté le site des Vennes devenu trop exigu pour son développement pour le Parc des Expositions Ainterexpo, a revu son organisation à la baisse : une seule piste pour cette édition où se déroulera sur quatre jours un CSI YH pour les 6 et 7 ans, un CSI * au lieu du ** , et pas d’Amateur Gold Tour, le CSI 4* étant bien maintenu avec la même dotation globale de 212 000€.

Le rendez-vous toujours très fréquenté n’a pas manqué d’attiré les meilleurs : treize nations sont attendues dans le 4* avec en tête de liste le N° 1 mondial, Steve Guerdat (qui semble se plaire en terres françaises, lire ICI). La délégation suisse pourra aussi compter sur Pius Schwizer, tandis que les britanniques aligneront Robert Whitaker et le Brésil, Pedro Veniss. Côté français, on retrouvera trois des médaillés de Rio, Pénélope Leprévost, Roger-Yves Bost et Philippe Rozier, aux côtés d’une bonne partie des postulants pour les J.O de Tokyo, Simon Delestre, Nicolas Delmotte et ceux qui lorgnent sur l’échéance européenne comme Juliette Faligot, Marie Demonte, Edward Lévy… Sans oublier les régionaux qui ont leur mot à dire, notamment Julien Gonin, Nicolas Deseuzes, Olivier Perreau, Jean-Luc Mourier et l’inusable Michel Robert ! 450 chevaux sont attendus (au lieu de 650 en 2019 avec deux pistes). En regrettant beaucoup de ne pas pouvoir partager avec le public les moments de sport à venir, l’équipe de BSE prévoit un fort suivi sur les réseaux sociaux, et un streaming des épreuves avec diffusion des temps forts du samedi après-midi (Grand prix du Département de l’Ain) et du dimanche (Grand Prix de la Ville de Bourg en Bresse) sur la chaine Sport en France.

Prise de température pour humains et équins

L’organisation du jumping a bien sûr du se plier aux exigences du protocole sanitaire impliquant le respect des gestes barrières. Des espaces restaurations seront néanmoins disponibles pour les participants avec des tables limitées à six personnes sous des chapiteaux ouverts, ainsi que des systèmes de ventes à emporter. Les loges partenaires et une tribune limitée à 150 places (pour une capacité normale de 300) ceintureront le terrain. L’accès au site pour toute personne sera soumis à un contrôle de température, tout individu présentant plus de 37°8 étant écarté pour passer un test antigénique dans un espace aménagé sur place avec une équipe médicale. Cette équipe pourra faire des tests aux cavaliers en ayant besoin pour rentrer dans leur pays à l’issu du jumping.

Mais le protocole sanitaire concerne aussi les chevaux, vu la persistance de foyers infectieux de rhino pneumonie. Lors de la visio conférence de presse du mardi 11 mai, Alain Landais ne cachait pas que la FEI suite aux problèmes rencontrés sur le CDI d’Ornago avait donné de nouvelles directives très strictes, avec pour les chevaux des prises de températures réalisées par les grooms sous contrôle de vétérinaires agréés FEI. Un dispositif de boxes sanitaires avec désinfection sera en place et la possibilité d’isolement des chevaux suspects. Mesure toujours délicate mais impérative : les chiens seront strictement interdits dans les périmètres des boxes et devront être impérativement tenus en laisse sur le reste du site. Malgré toutes ces contraintes, l’évènement qui bénéficie du soutien des collectivités locales et de ses partenaires privés habituels est attendu avec beaucoup d’impatience pour un nouveau départ du grand sport équestre, sur la route de l’après Covid-19 ! 

Plus d’info :https://www.csi-bourg.com/