CSI2* de Jardy : Julien Anquetin le plus rapide avec Z Ice Cube Z
lundi 13 septembre 2021

Julien Anquetin et Z Ice Cube Z remportent le Grand Prix du CSI2* de Jardy
Julien Anquetin et Z Ice Cube Z remportent le Grand Prix du CSI2* de Jardy © Claude Bigeon

L’édition 2021 du CSI2* de Jardy était à nouveau mise en scène par Yann Royant. Le chef de piste bordelais a joué avec la physionomie de la piste du Haras de Jardy, et ne s’est pas trop trompé puisque sur les cinquante-et-uns partants du Grand Prix du dimanche après-midi, il a sorti les meilleurs du jour. Cinq sans-faute, dans l’ordre Julien Anquetin avec Z Ice Cube Z, Nicolas Bost avec Bacot, Marie Hécart avec Vahinée, la Britannique Jemma Kirk avec Diamonds Are Unique puis Emeric George avec Calisto du Terlong.

Parti en premier, Julien Anquetin associé à Z Ice Cube Z (Zacharov TN) avait l’idée de faire le maximum pour remporter cette épreuve. Il récidive le sans-faute, bloque le compteur à 38’’29 et place le curseur à un tel niveau qu’aucun des autres couples ne parvient à l’accrocher. Marie Hécart et Vahinée (Lauterbach) auraient pu s’en approcher fortement avec leurs 38’’88, mais une barre relèguera le couple à la quatrième place. Partis en deuxième, Nicolas Bost et Bacot (Lavillon) jouent clairement le sans-faute. Sans courir après le chrono, le Barbizonnais assure le clear round en 48’’62. Un choix stratégique qui lui permettra de monter sur la troisième marche du podium. C’est la Britannique Jemma Kirk, avec Diamonds Are Unique (Diamant de Semilly) qui prend la deuxième place, en 42’’66. On retrouve donc trois doubles sans-fautes aux trois premières places. Emeric George, qui partait en dernier avec Calisco de Terlong (Mylord Carthago), aurait pu coller au score du leader avec son 41’’99, mais il accroche une barre qui le classe cinquième. 

Le vainqueur, Julien Anquetin, installé près de Rouen, n'en finissait plus de complimenter son gris, Z Ice Cube Z. « C’est un cheval de huit ans qui a déjà de l’expérience à ce niveau de compétition. Il a déjà gagné des Grands Prix 2*. Je l’ai depuis qu’il a cinq ans et je l’ai quasiment débourré, il était très en retard au départ. Je l’ai formé de A à Z et je fonde beaucoup d’espoirs en lui parce qu’il est très performant. Il a déjà sauté des grosses épreuves dans des concours 5*. Cette saison il a fait une troisième place dans une grosse épreuve du CSIO5* de Sopot, des victoires à Saint-Tropez dans des épreuves 5*. Il a même couru une épreuve à 1,60 m. Ce week-end était une remise en route pour lui avant d’aller faire un gros concours. L’idée est continuer sur sa lancée, on verra ce que l’avenir nous réserve, mais on vise du très haut niveau », affirmait le cavalier, qui a commencé à s’entraîner avec Patrice Delaveau depuis une semaine. « Patrice est venu me faire travailler à la maison. Je fais un concours incroyable juste après ça. On va continuer et on va voir ce que ça donne. Il m’a apporté quelques détails. Un regard extérieur, cela m’a permis d’améliorer beaucoup de choses. »

Des fautes bien réparties 

De son côté, Yann Royant, le chef de piste qui évolue en 2*, 3* et Grands Nationaux est globalement satisfait du Grand Prix qui a offert cinq barragistes, trois parcours à un point et quatorze à quatre points. « Les fautes étaient réparties sur l’ensemble du parcours. Je pense que le Grand Prix était sur des cotes assez raisonnables. On était entre 1,40 et 1,45 m, détaille-t-il. Mais cette carrière de Jardy a un dôme assez prononcé, ce qui se fait de moins en moins. Il y a aussi un manque d’habitude de travailler avec des obstacles avec un petit peu de pente, ce qui parfois rajoute un peu de difficulté technique. » Peu de fautes ont été commises sur les combinaisons, seulement quelques unes sur le vertical du milieu du triple, mais pas sur les oxers. En revanche, le vertical placé six foulées après le triple s’est montré fautif. « Il y avait aussi une ligne finale de trois obstacles en ligne droite qui a fait un petit peu de fautes, mais j’ai trouvé qu’elles étaient assez réparties. L’idée est toujours la même : proposer des parcours agréables à monter pour les cavaliers sans mettre les chevaux à l’effort. » La particularité de ce Grand Prix est aussi de s’être couru devant de nombreuses familles venues à la Journée du cheval de Jardy. On a senti un public intéressé par ce sport, qu’il découvrait parfois.

Pour consulter les résultats en détails : cliquez ici.