CSI4* Bourg-en-Bresse : du grand Tac pour Victor Bettendorf
dimanche 22 mai 2022

Victor Bettendorf et Mr Tac, ici lors du Grand Prix du CSI4* de Bourg-en-Bresse
Victor Bettendorf et Mr Tac, ici lors du Grand Prix du CSI4* de Bourg-en-Bresse © Jean-Louis Perrier

Très assidu aux prix, le Luxembourgeois Victor Bettendorf a franchi un cap en remportant son premier Grand Prix 4* à Bourg-en-Bresse, associé à Mr. Tac. Et il a fallu du tac et du savoir-faire pour s’imposer sur ce parcours !

Les deux qualificatives au Grand Prix du CSI4* de Bourg-en-Bresse sur les parcours dessinés par le chef de piste portugais Bernardo Costa Cabral avaient donné lieu à pléthore de sans-fautes malgré des temps serrés : trente pour la première, vingt-deux pour la seconde. Le Grand Prix du CSI2* annonçait un changement de ton avec seulement sept barragistes pour les quarante-sept couples en lice avec à la clé une belle victoire d’Audrey Paris, associée à un produit de l’élevage maison, Big Star des Forêts (Untouchable M). À la reconnaissance du parcours de l’échéance majeure, on voyait que les difficultés étaient montées d’un sacré cran ! Le déroulement de ce Grand Prix l’a confirmé : l'obstacle numéro 2, un vertical isolé, s’avérait déjà fautif comme la ligne centrale avec en numéro 5 un vertical de palanques dorées, suivi en numéro 6 d’un large oxer puis en numéro 7 d’un vertical blanc sur bidet. Le triple en 9, composé d'un vertical-oxer-vertical, suivi en 10 d’un oxer étroit avant un roll back pour franchir un vertical et aller sur la ligne finale composée d'un double oxer-vertical suivi d’un vertical blanc près de l’entrée de piste achevait le périple à couvrir en moins de 65 secondes. Plusieurs couples ont dû encaisser des scores lourds ou choisir d’abandonner. Alexis Deroubaix et Aldo Duplessis (Orient Express) ont été victimes d’un panache sur l’oxer placé en numéro 4, le cheval s’étant sans doute pris les pieds dans la martingale. On espère avoir de bonnes nouvelles rapidement du cheval mais aussi d’Alexis qui devait passer une radio de l’épaule.

Sept barragistes en quête de victoire

Pour sept couples, le parcours a été parfaitement maîtrisé avec à la clé un match France-Bénélux : quatre cartouches françaises contre deux belges, Dominique Hendrickx/Floris TN (Quality Time TN) et Gudrun Patteet/ Sea Cost Guinness (Nabab de Reve), et le Luxembourgeois Victor Bettendorf/Mr. Tac (Non Stop). Premier à s’élancer, ce dernier mettait la barre très haute avec un sans-faute dans un bon tempo. Morgan Bordat était bien parti avec sa bonne Uma (Calvaro) pour marcher sur ses traces mais un refus de la jument sur le dernier obstacle a ruiné les espoirs du Bourguignon. Pour Grégory Cottard et Bibici (Norman Pré Noir), c'est une faute à l’entrée de la combinaison qui leur ôtait toute chance de victoire. Côté belge, une faute sur le dernier obstacle ruinait les espoirs de Gudrun Patteet, tandis que Dominique Hendrikx avait choisi de ne pas trop prendre de risque avec son étalon, décrochant ainsi la quatrième place du classement final, juste derrière Benoit Cernin qui obtenait un magnifique nouveau sans-faute de Deuxcatsix d’Eglefin (Vigo Cece). Juliette Faligot qui, lors de la soirée du samedi dans la sympathique épreuve animation relais poney-cavalier en voiture, avait montré son goût de la vitesse, a mis le turbo avec Arqana de Riverland (Cornet Obolensky), mais restait à une seconde de Victor Bettendorf ! Celui-ci pouvait savourer sa première victoire dans un Grand Prix 4* et une belle histoire avec Mr Tac. « C’est un cheval que j’avais monté puis qui a été vendu (et a concouru sous couleurs mexicaines, ndlr). Je l’ai retrouvé au cours de l’été 2021 et il a vraiment toutes les qualités. Et il n’a que dix ans ! » Ce bai, propriété de Geneviève Mégret, est un bon atout pour progresser dans la ranking FEI. « Le Luxembourg est un petit pays et nous n’avons pas d’équipe pour faire les Coupes des nations, donc pour les sélections dans les bons CSI, je ne peux compter que sur mes points ranking », confiait d'ailleurs le plus Normand des Luxembourgeois puisqu’il est installé au Haras de la Roque depuis deux ans. Sophie Dubourg, présente pour ce Grand Prix, confirmait le niveau de difficultés de l'épreuve. « Il est vrai que l'on n'a plus l’habitude de voir des parcours comme ça, c’est un peu à l’ancienne ! Après il y a des bonnes choses pour des couples qui sont encore jeunes, comme Benoit Cernin et Deuxcatsix d’Eglefin ! » 

Pour consulter les résultats complet de ce Grand Prix, cliquez ici.