CSI5* Dinard : Martin Fuchs surfe sur la vague de Dinard en vainqueur
dimanche 18 juillet 2021

Martin Fuchs et Conner 70 s'imposent dans le Rolex Grand Prix de Dinard
Martin Fuchs et Conner 70 s'imposent dans le Rolex Grand Prix de Dinard © Eric Knoll

Ce n’est pas ce dimanche, à Dinard, que le n°2 mondial redescendra de son nuage ! En un peu plus d’un mois, Martin Fuchs a terminé à quatre reprises sur le podium des cinq Grands Prix auxquels il a participé. Cet après-midi, à l’occasion du Rolex Grand Prix de Dinard, le Suisse s’est imposé face à six autres barragistes, tous plus affutés les uns que les autres. Il devance Denis Lynch et Christian Ahlmann.

Le tirage au sort des dossards ne lui était pas forcément favorable, et pourtant, Martin Fuchs a déjoué les pronostics et a remporté pour la première fois de sa carrière le Rolex Grand Prix de Dinard. Le Suisse était effectivement le premier à prendre le départ de cette ultime épreuve du week-end. Au passage de la ligne d’arrivée, l’écran géant affichait un point de temps. Et pour cause, le temps accordé était à ce moment de 86 secondes alors que le chronomètre de Martin Fuchs et Conner 70 s’élevait à un peu plus de 88 secondes. Un scénario qui s’est répété pour le deuxième concurrent, Edward Lévy, en selle sur Uno de Cerisy. Malgré une petite touchette en sortie de triple, le cavalier installé en Normandie, était initialement lui aussi annoncé avec une pénalité d’un point de temps. Mais suite à ces deux parcours, le chef de piste, Jean-François Morand, a fait le choix d’allonger le temps accordé de trois secondes pour le passer à 89 secondes, faisant ainsi de Martin Fuchs et Edward Lévy les deux premiers barragistes. 

Si ces deux hommes ont trouvé la solution au parcours composé de quatorze obstacles et dix-sept efforts, la grande majorité des concurrents a connu quelques soucis. À commencer par le numéro un mondial, Daniel Deusser, venu pour l'occasion avec Bingo Ste Hermelle, un étalon de dix ans. Après une première partie de tour sans embûche, le couple s'est fait piéger sur l'oxer en milieu de triple. D'autres se sont également heurté à cette difficulté, comme Mathieu Billot et Lord de Muze (4 points), Emeric George et Chopin des Hayettes (4 points), ou encore Nicolas Delmotte et Ilex VP (8 points), vainqueurs de ce même Grand Prix en 2017 et qui ont également laissé à terre le douzième obstacle, placé à l'entame de la dernière ligne composée de trois obstacles Rolex placés en ligne légèrement courbe. 
Ces obstacles aux couleurs du partenaire ont notamment alourdi les scores de Pieter Devos et Jade vd Bisschop (8 points), du cavalier Stephex Michael Hughes, sur Kashmir van d'Oude Pastory (5 points), ou encore de Grégory Wathelet, victime de 8 points avec Cocktail de Talma

Ils n'ont finalement été que cinq à rejoindre Martin Fuchs et Edward Lévy. Le premier d'entre eux n'était autre que le champion olympique Kévin Staut, dont la jument Bulgarie d'Engandou s'est brillamment tirée d'un triple pourtant quelque peu mal engagé et a montré des qualités évidentes pour aller jouer des coudes avec les meilleurs de sa discipline. Le puissant Cristello de Denis Lynch n'a lui aussi fait qu'une bouchée du parcours, tout comme le gris Clintrexo Z sous la selle de Christian Ahlmann. Enfin, il a fallu attendre la toute fin d'épreuve pour voir Lorenzo de Luca et Nuance Bleue VDM Z ainsi que Henrik von Eckermann et Glamour Girl rejoindre la liste des barragistes. Mention spéciale pour deux Tricolores qui ont bien failli se retrouver en deuxième manche : Grégory Cottard et Bibici, ainsi que Julien Gonin et Valou du Lys. S'ils ont passé la ligne d'arrivée sans pénalité aux obstacles, c'est un petit point de temps qui les a privés du barrage. 

Jamais rattrapé

Après avoir ouvert l'épreuve, c'est en toute logique que Martin Fuchs a ouvert le barrage et établi la référence à battre. Mais voilà, cette référence ne sera jamais atteinte. « C'est ma deuxième participation à ce concours et je l'adore. La piste est très différente des autres évènements parce qu'elle n'est pas toute plate. C'est spécial aussi bien pour les chevaux que les cavaliers, commentait le vainqueur en conférence de presse. C'est le premier Grand Prix 5* de Conner et je dois avouer que c'est un des meilleurs chevaux que j’ai monté. » Le cavalier suisse fonde beaucoup d'espoirs en ce hongre, âgé de dix ans seulement. À tel point qu'il est parvenu à convaincre son propriétaire, Adolfo Juri, qui n'en possédait que la moitié jusqu'à cette semaine, de devenir le seul et unique propriétaire du cheval. « Il est 100% pour moi, il n’est pas à vendre ! », affirmait-il en riant. « Je l'ai depuis novembre 2020. Depuis mon retour de La Baule (où le cheval avait réalisé un double sans-faute dans la Coupe des nations, ndlr), j'avais pour projet de gagner le Rolex Grand Prix de Dinard. Je pense aussi aller à Spruce Meadows avec lui pour le Rolex Grand Slam, je pense qu’il est très à l’aise pour ce type de concours », concluait-il tout sourire. 

Malgré ses efforts et ceux d'Uno de Cerisy, Edward Lévy a du se contenter du septième rang après deux fautes en seconde manche. Visiblement déçu par sa seconde manche, le Français continue cependant sur sa bonne lancée en accédant une fois de plus au barrage d'un Grand Prix. Le couple devance Henrik von Eckermann et Glamour Girl qui, a force de courir après le chronomètre du Suisse, ont renversé une barre. Lorenzo de Luca et Nuance Bleue VDM Z ont été un peu plus prudents et prennent une cinquième place en réalisant le moins rapide des sans-fautes. 
La meilleure performance française est à mettre au compte de Kévin Staut, quatrième avec Bulgarie d'Engandou. Une très belle performance pour cette jeune jument de dix ans, qui a commencé les épreuves 5* il y a seulement un mois.  

Finalement, ce sont l'Irlande et l'Allemagne qui accèdent respectivement aux deux et troisième marches du podium. Denis Lynch et Cristallo doivent s'incliner pour seulement douze centièmes. Un résultat cependant très satisfaisant pour l'Irlandais, qui ventait en conférence de presse les qualités de sauteur de son étalon et être « très content d'être venu et d'avoir profité de cette atmosphère incroyable. C'est très motivant pour tous les cavaliers de monter devant un public si impliqué et connaisseur. » Même son de cloche du côté de Christian Ahlmann, troisième donc avec Clintrexo Z, qui tenait à remercier le public présent pour ses encouragements et son engouement digne des plus beaux évènements. D'un point de vue sportif, il confiait : « Mon cheval a une fois de plus sauté magnifiquement bien. J'ai essayé d'aller chercher la victoire, mais ce n'était pas assez. Mon cheval revient à haut niveau après une blessure et je suis heureux qu'il soit de retour. Ce n'est que la deuxième fois que je viens à Dinard, j'espère pouvoir revenir l'année prochaine ! »

Retrouvez les résultats en détails en cliquant ici