CSIO 5* Aix : Les Bleus combatifs et sur le podium
jeudi 18 juillet 2019

Penelope Leprévost VAncouver de Lanlore CHIO Aachen 2019
Pénélope Leprévost et Vancouver de Lanlore ont signé un décisif double sans-faute dans la Coupe des nations d'Aix-la-Chapelle © Scoopdyga

Le premier temps fort par équipes du CHIO d’Aix-la-Chapelle lance de belle manière les Bleus dans la compétition allemande. En tête du provisoire avec quatre autres équipes à l’issue de la première manche de la Coupe des nations de saut d’obstacles, la France n’a accusé que 4 points supplémentaires lors de l’ultime manche et conclut à une honorable 3e place.

Si les Suédois, vainqueurs, et les Allemands, 2e, ont paru intouchables lors de la deuxième manche de l’édition 2019 de la Coupe des nations d’Aix-la-Chapelle, la France a du faire preuve de sang-froid et de combativité pour accrocher la 3e marche du podium (lire ICI)

Les piliers au rendez-vous

Tout était bien parti pour les Tricolores, qui ont pu compter avec Pénélope Leprévost et Vancouver de Lanlore sur un magnifique couple d’ouvreurs. Auteure d’une première manche fluide, précise et sans-faute, la meilleure amazone française a enfoncé le clou lors de son deuxième passage pour signer de nouveau un parcours vierge de pénalité. Double sans-faute donc pour le couple qui ne cesse d’enchainer les performances (2e du GP de Chantilly, double sans-faute dans la Coupe de St Gall et 4e du GP du CSIO suisse et 4+0 dans la Coupe de La Baule notamment) et qui s’affirme comme l’une, si ce n’est la valeur sure pour les championnats d’Europe de Rotterdam qui arrive à grands pas. « Ces deux-là incarnent la régularité. Ils ont été des métronomes encore une fois aujourd’hui », lâchait d’ailleurs Thierry Pomel avant la remise des prix (retrouvez ICI la réaction complète du sélectionneur national). 

La France a également pu compter sur le sang-froid, la maitrise et osons le dire, un peu de génie d’un autre de ces cavaliers les plus expérimentés. Kevin Staut, dernier à s’élancer pour le clan français, avait misé sur Calevo 2, qui courait là sa troisième Coupe sous selle tricolore. Après un premier tour pénalisé de deux barres, l’ancien n°1 mondial a tout bonnement fait une démonstration en deuxième manche, prenant le temps de construire chaque foulée, et évitant tout de même du temps dépassé. A l’arrivée, un score vierge et une performance qui sécurise la 3e place de la France. « Cette Coupe des nations de manière générale est toujours dramatique au sens propre du terme. Il y a toujours des rebondissements à Aix. Avec cinq équipes dans un mouchoir de poche à la fin de la première manche, on pensait avoir un barrage mais la deuxième partie d'épreuve a occasionné quelques retournements de situation », précisait le Normand, qui affectionne particulièrement les épreuves par équipes. « J’étais déçu après la première manche parce que Calevo avait très bien débuté son tour. Jusqu’au triple (n°8) il a été super, mais je fais une faute franche sur la palanque n°10, qui occasionne la suivante. C’est difficile de passer en dernier dans ces Coupes avec un cheval qui n'est pas encore très aguerri mais c’est peut-être là aussi qu’il prend de l’expérience parce qu’au final, il a superbement rectifié le tir. Je ne peux vraiment être que satisfait d’autant que cette 3e place, ce n’est certes pas une victoire, mais c’est la preuve d’un reel sérieux dans notre travail et dans notre cohésion d’équipe ». 

Progression et prise d’expérience

Le patron des Bleus pouvait également se réjouir de la performance de Guillaume Foutrier et Valdocco des Caps, qui signent un magnifique premier tour sans-faute, avant de ne laisser à terre que la sortie du double n°5 lors de son dernier passage. « Pour ma première participation à Aix, je suis évidemment très content du résultat. Monter dans un tel endroit au sein de cette équipe, c’est vraiment super. Et je retiens surtout que mon cheval est en constante progression ! ». De très bon augure pour la suite, d’autant que ce double aura causé bien des problèmes en seconde manche : la combinaison prenait un tout autre aspect une fois le soleil tombé et les imposants spots du stade allumés. Olivier Robert, qui comptait sur son énergique et appliqué Vangog du Mas Garnier en a fait les frais. Après une première manche pénalisée de 4 points en entrée de triple, l’Aquitain a essuyé un inhabituel refus (« le premier de ma vie avec ce cheval là », confiait le cavalier) en entrée de double lors de son second passage. « Vangog a vraiment répondu présent en première manche. Il fait une petite faute de postérieur principalement due à un manque d’expérience dans cette configuration d’épreuve. En seconde manche, j’ai eu un saut meilleur sur l’obstacle n°4 et je l’ai laissé flotté ensuite pour aborder le double… J’ai voulu lui donner un tout petit peu plus de place à l’entrée et je me retrouve finalement avec un mètre de trop à l’abord. C’était la première participation du cheval à une épreuve de nuit, et ce n’est pas rien ! Quoiqu’il en soit, c’est une belle 3e place pour la France et je pense que c’est un week-end qui va nous faire énormément avancer avec Vangog ». Pour Thierry Pomel, rien d’alarmant : « Olivier était très confiant, peut-être un peu trop. On a vu que certains autres chevaux on été gênés par la lumière… Le point positif c’est que malgré l’attente (lors de son refus, Vangog a cassé une barre d’obstacle qu’il a fallu remplacer, ndlr), le cheval s’est remis dans son parcours. Je suis quelqu’un d’optimiste, il faut garder les choses positives ! ». 

Les résultats ICI