-->

CSIO La Baule: un derby maudit ?
samedi 12 mai 2012

la baule12- night train-lynch
Denis Lynch et Night Train

Le derby de La Baule réserve toujours son lot de difficultés, et le public a l’habitude de ne voir qu’un parcours sans faute comme en 2010, il était alors signé de Richard Spooner et Pako. Mais cette année le derby restera dans les mémoires pour les déboires qu’ont connu les cavaliers. A voir le parcours du vainqueur.

Sur les 15 couples qui s’élançaient, 6 sont éliminés. Parmi eux, les 4 tricolores engagés. Julien Epaillard avec No Name de Siva, après une barre dans le double n°5, ne franchit pas le premier obstacle naturel du parcours, la banquette n° 8. Michel Robert manque de tomber de Catapulte lors du saut de la palanque n°9, et se fait finalement éliminer dans le triple. Clément Boulanger, pour son premier derby avec Picasso des Blés, essuie un premier refus sur la banquette et se fait éliminer sur les talus bretons, alors que Marc Dilasser n’aura même pas l’occasion de les atteindre, éliminé dans le premier double. Malédiction ou manque de préparation ? Manque d'expérience c'est sûr, ce type d'épreuve étant de plus en plus rare. Aucun cheval n'avait d'ailleurs ni le profil ni les origines pour courir un derby digne de ce nom.

Ils ne seront que 8 à finir le parcours, la plupart avec plusieurs barres au compteur. Deux pour Leon Thijssen/Dahlia Z, Richard Spooner/Apache, Philippe Lejeune/ Querlybet Hero STX. Trois pour LindaHeed/Colombus H. Quatre pour Guy Williams, Shane Sweetnam, et Dirk Demeersman.Denis Lynch avec Night Train (Calvaro Z) sera le seul à boucler le parcours avec une barre. Le petit cheval alezan s’était lui déjà fait remarquer en 2009 sous la selle de Darragh Kerins lors des championnats d’Europe de Windsor où il finissait 12e mais aussi cette même année à la finale Coupe du monde de Las Vegas avec une 25e place. A La Baule, le public avait son vainqueur et un nouveau chouchou aux airs de That's Life, qui s'est distingué à plusieurs reprises avec Michel Hécart (2006 et 2008).

Mais la poisse continuait de s’abattre sur le derby. A la remise des prix, Dirk Demeersman tombe avant même le début du tour d’honneur. Une chute à la remise des prix, c’est déjà peu banal, mais deux…

La fête se concluait en effet par une grosse frayeur avec une autre chute, celle du vainqueur. Content d’avoir atteint son objectif du week-end, l’Irlandais enchaînait les tours d’honneur lors de la remise des prix. Mais un écart de Night Train à l'abord d'une brouette fleurie dont il prit peur, propulse le cavalier la tête la première dans la dite charette. Denis Lynch reste au sol quelques minutes, il se relève le front en sang. On croit alors qu’il y a plus de peur que de mal. « Comme tous les Irlandais, Denis a la tête dure » affirmait Robert Splaine, le chef d’équipe irlandais lors de la conférence de presse.

Mais une demie heure plus tard, le service médical du concours diagnostique un poly-traumatisme. Denis Lynch quitte le concours avec les pompiers sous morphine, direction l’hôpital de Saint-Nazaire pour des examens plus approfondis. Il est très probable que l'Irlandais ne s’élancera pas demain lors du Grand Prix Longines de La Baule. 

Commentaires


CHARLY M | 14/05/2012 15:37
Cette épreuve m'a toujours fait rêver, depuis l'époque de "la Trois" qui me permettait d'en voir la diffusion télé, quels beaux parcours j'ai vu !
Là, je suis dégoûté.
Le programme annonce 62 cavaliers et 170 chevaux de 17 nations présents à La Baule, et combien de partants dans cette magnifique épreuve bien dotée ? Une quinzaine... Et les participants ? Rien que des stars : Picasso des blés, 1082 euros de gains cette année, No Name de Siva, o euros de gains cette année, Non Coupable, classée 1 fois sur 1,50m...
Le pire : monsieur Ouaddar qui annonce avec satisfaction en sortie de piste au micro d'Equidia qu'il est satisfait de son élimination puisqu'il n'était entré en piste que pour aguérir son cheval ! Cet immense cavalier choisit donc une épreuve historique donnée dans le cadre d'un CSIO devant des milliers de passionnés pour faire une petite séance d'entraînement. C'est assez insupportable.
Pour une fois qu'on pourrait ne pas s'ennuier à voir des chevaux sauter toujours les mêmes obstacles dans des bacs à sable toujours les mêmes sur des épreuves parfaitement identiques dans des stades garnis quasi exclusivement que des toujours identiques et néanmoins affreuses tentes "V.I.P."
Je n'y comprends rien, mais ce qui est sûr c'est que le spectacle donné a été lamentable et les cavaliers creusent leur trou à laisser mourrir d'aussi beaux spectacles.