CSIO5* Aix-la-Chapelle : la très grande première de Gerrit Nieberg et Ben 431
dimanche 03 juillet 2022

Gerrit Nieberg et Ben 431 s'offrent la plus grandiose des premières victoires internationales en s'offrant le Grand Prix d'Aix-la-Chapelle
Gerrit Nieberg et Ben 431 s'offrent la plus grandiose des premières victoires internationales en s'offrant le Grand Prix d'Aix-la-Chapelle © Eric Knoll

Cela faisait quelques mois que Gerrit Nieberg venait jouer des coudes avec l'élite du saut d'obstacles mondial. Cet après-midi, il les a rejoint sur le Hall of Fame en remportant le mythique Grand Prix d'Aix-la-Chapelle, devant l'un des cadors de la discipline, qui avait décroché le triplé du Rolex Grand Slam en 2015 : Scott Brash. La Belgique monte sur la troisième marche du podium grâce à Nicola Philippaerts.

Au bout de plus de trois heures d'une épreuve qui s'est courue en deux manches avec barrage, Aix-la-Chapelle a sacré un nouveau cavalier de saut d'obstacles. À vingt-neuf ans, l'Allemand Gerrit Nieberg verra son nom inscrit dans les jours à venir au mur des champions qui surplombe le couloir d'entrée de piste de l’Hauptstadion. Ce dimanche, le fils du double médaillé olympique par équipe en 1996 et 2000, Lars Nieberg, s'est surpassé pour remporter la plus belle victoire de sa carrière. « C'est un rêve qui se réalise aujourd'hui », affirmait-il en conférence de presse. 

On peut dire que le rêve n'était pas forcément à portée de main pour Gerrit. Il avait face à lui une armée de concurrents tous plus redoutables les uns que les autres parmi les dix-huit qualifiés pour la seconde manche (dont quatre couples à quatre points, un à un point et treize sans pénalité). Toujours tracé par Franck Rothenberger, ce nouveau parcours composé de onze obstacles, dont un double d'oxers sur bidets et un triple le long des tribunes, a donné du fil à retordre à pas mal de couples, dont certains figuraient parmi les favoris à la victoire pour cette édition 2022. Notons par exemple les quatre points de Ben Maher et Explosion W (Chacco-Blue) sur le milieu du triple, la faute sur l'oxer n°6 de Christian Ahlmann et le puissant fils de Diamant de Semilly, Dominator 2000 Z, ou encore les huit points de Grégory Wathelet et Nevados S (Calvados Z). Le couple vainqueur de la finale Coupe du monde d'Omaha en 2017, McLain Ward (sacré meilleur cavalier du concours) et HH Azur (Thunder v. Zuuthoeve), était le premier à boucler un double parcours sans-faute et s'offrir une place pour le convoité barrage (qui s'est avéré fort en rebondissements et digne du très grand sport !). Mais une barre sur le dernier obstacle de cet ultime parcours les empêchent d'entrevoir une victoire. Le premier à établir un chronomètre de référence n'est autre que le vainqueur de l'édition passée, Daniel Deusser. De nouveau associé à Killer Queen VDM (Eldorado v. Zeshoek), l'Allemand filait vers une nouvelle victoire, poussé par un public acquis à sa cause. Le chronomètre est rapide (41.60 secondes), mais est-il bien suffisant pour l'emporter ? Scott Brash a immédiatement apporté la réponse : non. Parti sur un train d'enfer, le Britannique a pulvérisé le temps réalisé par Daniel Deusser, mais une option aurait encore pu lui faire gagner de précieux dixièmes de seconde. Pour cela, il fallait, après l'oxer n°6, passer devant un obstacle composé d'un muret et surplombé d'une barre blanche pour aborder le double. « J’ai pensé à cette option, mais quand j'ai vu que Daniel (Deusser, ndlr) ne l’avait pas faite, je me suis ravisé », confiait le cavalier de Hello Jefferson (Cooper van de Heffinck), qui « a été incroyable et a donné tout son coeur sur la piste ». Le hongre de treize ans a d'ailleurs été sacré meilleur cheval de l'édition 2022 du CHIO d'Aix-la-Chapelle dans sa discipline. Cette option, Nicola Philippaerts, troisième, ne l'a pas tentée non plus avec Katanga v/h Dingeshof (Cardento 933). En conférence de presse, le Belge estimait qu'elle était « peut-être trop risquée » à cause de l'énergie naturelle et de la délicatesse de sa jument. « Je suis déjà très heureux d'être troisième de ce Grand Prix, qui est l'un des plus difficiles du monde. » 

Pas si outsiders que ça...

Ne restait alors plus qu'un couple pour détrôner celui qui avait remporté le Rolex Grand Slam en 2015 (et donc le Grand Prix d'Aix-la-Chapelle), Scott Brash. « Je savais que si Gerrit voulait gagner, il devait prendre l'option avant le double », confiait ce dernier. L'Allemand aussi le savait. « J'ai demandé conseil à la détente et on m'a dit que je pouvais y aller. En rentrant en piste, j'ai essayé de me concentrer au maximum sur mon cheval et moi-même. J'avais mon plan en tête. » Un plan qu'on pourrait qualifier de supersonique et qu'on pourrait résumer avec les mots suivants : premier sur l'accélérateur, dernier sur le frein. Aux rênes de son Westphalien de onze ans, Ben 431 (Sylvain), qu'il monte depuis un peu plus d'un an maintenant, le cavalier a déjoué tous les pronostics et époustouflé tous ceux qui se trouvaient dans le stade cette fin d'après-midi là. On retiendra notamment sa dernière ligne, pied au plancher, entre le vertical aux couleurs de Mercedes et l'oxer Rolex, où cheval comme cavalier n'ont jamais ralenti, ne serait-ce que pour assurer l'abord de l'ultime obstacle. C'est sous les cris d'un public endiablé que Gerrit et Ben ont franchi la ligne d'arrivée et se sont offert un tour d'honneur et une standing ovation comme chaque sportif de cette planète aimerait en vivre. 

Si rares étaient probablement ceux qui auraient parié sur la victoire de ce couple, qui n'avait jusque-là jamais remporté la moindre épreuve internationale, il y a des signes qui ne trompaient pas et ces deux-là ne sont pas sortis du chapeau d'un magicien. Il y a quelques mois, lors des finales Coupe du monde de Leipzig, le couple - que l'immense majorité des personnes présentes ce jour-là découvrait - s'était fait remarquer en se qualifiant pour la finale du dimanche et en décrochant une très honorable treizième place. Depuis, ils avaient participé au CSIO5* de La Baule, où un parcours à quatre points les avait fait terminer quinzièmes du Grand Prix, avant de prendre la route pour le CSI5* de St Tropez et deux autres CSIO. À Saint-Gall, en Suisse, mais aussi à Rotterdam, aux Pays-Bas, ils ont représenté l'Allemagne sur l'épreuve Coupe des nations, où ils ont chaque fois réalisé un parcours sans-faute et un à quatre points dans l'épreuve par équipes. Si jusqu'à aujourd'hui, le monde des sports équestres ne connaissait pas forcément Gerrit Nieberg et Ben 431, il s'en souviendra désormais comme "les vainqueurs de l'édition 2022 d'Aix-la-Chapelle". 

Enfin côté Français, ils étaient deux à prendre part à ce Grand Prix. Roger-Yves Bost et Ballerine du Vilpion (Baloubet du Rouet) écopaient de huit points en première manche sur les deux premiers éléments du triple. Kévin Staut et Visconti du Telman (Toulon) réalisaient quant à eux un parcours sans faute en première manche mais ne pouvaient éviter une faute sur la sortie du double d'oxers sur bidet en seconde manche. Malgré tout, le couple termine au septième rang. 

Pour consulter les résultats en détails, cliquez ici