Daniel Deusser et Scuderia 1918 Tobago Z s'imposent dans le Super Grand Prix de Prague
dimanche 20 novembre 2022

Daniel Deusser et Scuderia 1918 Tobago Z, ici lors du Super Grand Prix de Prague
Daniel Deusser et Scuderia 1918 Tobago Z, ici lors du Super Grand Prix de Prague © Longines Global Champions Tour

Véritable bouquet final de la saison pour les cavaliers du Longines Global Champions Tour, le Super Grand Prix de Prague s'est tenu hier soir et a sacré, au terme de deux manches haletantes, l'Allemand Daniel Deusser et Tobago Z, auteurs de l'un des deux seuls doubles sans-fautes de cette ultime compétition.

Après les forfaits de la Suédoise Malin Baryard-Johnsson et du Kaiser Ludger Beerbaum, ils n'étaient finalement que treize samedi soir sur la piste de Prague, à prétendre à la victoire de l'ultime Grand Prix du circuit du longines Global Champions Tour cette saison. À la clé : la joie d'avoir remporté un Super Grand Prix, évidemment, mais aussi quelque 1,25 million d'euros. Mais avant cela, encore fallait-il réussir à analyser correctement et déjouer toutes les subtilités des parcours signés Uliano Vezzani. Lors de la première manche, ils n'ont été que cinq faire résonner le jingle du sans-faute, après avoir franchi les treize obstacles cotés à 1,65 mètre en moins de soixante-douze secondes. Harrie Smolders et son fidèle Monaco NOP (Cassini II), Christian Ahlmann et Mandato van de Neerheide (Emerald van't Ruytershof), Daniel Deusser et Scuderia 1918 Tobago Z (Otangelo), Pieter Devos et Mom's*Toupie de la Roque (Kannan), ainsi que Katrin Eckermann et sa jeune Cala Mandia (Capistrano 2) s'étaient ainsi assurés une certaine longueur d'avance face à leurs concurrents. Mais chacun le savait bien, la seconde manche pouvait encore rabattre les cartes, et les couples pénalisés d'un ou quatre points sur le premier parcours pouvaient encore tirer leur épingle du jeu.

Un double sans-faute et une seconde d'avance pour une victoire

Alors que les sept premiers couples à revenir en piste se sont tous vus pénalisés de quatre ou huit points, McLain Ward, en selle sur l'expérimenté HH Azur (Thunder v. Zuuthoeve), signait le premier sans-faute de cette seconde manche. L'Américain conservait ainsi son score de 1 point et s'assurait une place dans le haut du classement. Quelques secondes plus tard, la podium s'est encore un peu plus dessiné après le nouveau sans-faute des grandes gagnantes de l'étape de Miami, Katrin Eckermann et Cala Mandia. À seulement neuf ans, sur la piste de Prague, la jument westphalienne a ainsi encore prouvé toute l'étendue de son talent et de son potentiel, mettant par la même occasion à l'amende quelques-uns des meilleurs chevaux du monde. Alors que Christian Ahlmann et Harrie Smolders sortaient ensuite de piste avec respectivement huit et quatre points, la victoire semblait tendre les bras à la cavalière allemande. C'était sans compter sur son compatriote Daniel Deusser, avant-dernier cavalier à s'élancer, qui a, lui aussi, aligné un nouveau sans-faute et franchi la ligne d'arrivée avec plus d'une seconde d'avance sur le temps imposé par Katrin Eckermann. Le suspens était alors à son comble. Pieter Devos et sa Selle Français allaient-ils à leur tour réalisé et le parcours parfait et s'emparer de la victoire ? Après quelques secondes de tension, le duo belge accuse quatre points sur la palanque, laissant ainsi la victoire à Daniel Deusser et son bondissant Tobago Z.

Une belle revanche

Voilà quatre ans que, chaque année, Daniel Deusser était qualifié pour le Super Grand Prix. Et lors des trois dernières, jamais l'Allemand n'était parvenu à monter sur le podium. En 2022, DD a ainsi pris sa revanche. Une revanche qui, évidemment, n'a pas été sans suciter une certaine émotion. « Je n'ai tout simplement pas les mots », avançait le grand vainqueur après sa victoire, la cent-quatre-vingt-treizième de sa carrière.

Outre cette belle victoire de Daniel Deusser, soulignons de nouveau l'incroyable performance de la jeune Cala Mandia, deuxième de ce Super Grand Prix. McLain Ward et HH Azur concluent quant à eux cette saison avec une belle troisième place. « Compte tenu du niveau de cette compétition, j'avais fait le choix de prendre l'un de mes meilleurs chevaux [...] Je suis vraiment reconnaissant à qu'à son âge (seize ans, ndlr), HH Azur puisse toujours être présent à ce niveau, c'est un partenaire exceptionnel », confiait l'Américain.

Pour consulter les résultats complets, cliquez ici.