Dinard : bis repetita pour Martin Fuchs
dimanche 31 juillet 2022

Martin Fuchs - Dinard
Avec cette victoire, le Suisse s'offre un superbe doublé à Dinard, après sa victoire l'an dernier avec Conner 70. © Jean-Louis Perrier

On s’attendait à un match au sommet pour ce Grand Prix Rolex, il a eu lieu ! Une fois de plus, Julien Epaillard a épaté le public mais il a dû s’incliner devant le tenant du titre et numéro un mondial, le Suisse Martin Fuchs, qui se plaît décidément bien à Dinard.

Pour les quarante-deux couples au départ du Rolex Grand Prix de la ville de Dinard, le parcours dessiné par Jean-François Morand s’annonçait à la hauteur de l’enjeu d’un 5* doté
de 500 000 euros. Dès l’oxer numéro 1, situé au fond du terrain dans un creux et suivi d’un autre oxer en remontant, plusieurs couples ont perdu leur chance. Le vertical en numéro 3 a aussi eu son lot de fautes. La rivière, neuf foulées derrière, a notamment occasionné un refus pour Valou du Lys (Calvaro), qui courrait sous la selle de Julien Gonin. En 6 arrivait le premier gros problème à aborder délicatement avec le triple oxer, puis à deux foulées, vertical, et un oxer pour sortir après une foulée un peu courte. L’oxer suivant, à sept foulées, a aussi fait quelques malheureux, tout comme l’enchainement de combinaisons aux couleurs Rolex, en 9, vertical puis oxer, cinq foulées et double de palanques ! Et comme si ce n’était pas suffisant, l’enchainement final, après un gros oxer sur bidet en 11, demandait un roll back pour enchainer sur un vertical très aéré, avant de finir devant la tribune par un gros oxer !

Il n’a pourtant pas fallu attendre pour voir un couple boucler le sans faute, avec Julien Epaillard associé à Gracieux du Pachis (Tinka’s Boy), dossard numéro 3. Déjà vainqueur le vendredi, on savait qu’il ne ferait pas de cadeau à ses challengers au barrage ! Celui-ci est resté en comité restreint avec cinq qualifiés, l’Irlandais Shane Sweetname manquant le coche pour un point de temps dépassé, tandis que les deux Allemands Christian Ahlmann et Daniel Deusser signaient les meilleurs chronos après chacun une faute de Solid Gold Z (Stakkato Gold) et Killer Queen (Eldorado vd Zeshoek).

Le final mettait en scène Juliette Faligot et sa bonne Arqana de Riverland (Cornet Obolensky) face à quatre cavaliers que nous retrouverons à Herning, dont Martin Fuchs, gagnant de cette épreuve en 2021, associé à Léone JEI qui sera du voyage pour le mondial, tout comme Bertram Allen avec Pacino Amiro, tandis que Julien Epaillard et Nicola Philippaerts auront d’autres montures. Comme on pouvait s’y attendre, Julien Epaillard a mis la gomme dès son entrée en piste avec Gracieux du Pachis, dans ses écuries depuis le mois d’avril et qui disputait ici son troisième 5*. Une faute à l’entrée du double a stoppé les prétentions de Bertram Allen qui prend la 3e place devant Juliette Faligot , Nicola Phillippaerts écopant de deux fautes avec Moya vd Bisschop ( Darco). Restait tout simplement le numéro un mondial, Martin Fuchs, avec un très bref dilemme pour lui : assurer le sans faute ou galoper vers une nouvelle victoire ? Le Suisse a vite tranché : "Gagner un Grand Prix Rolex, c’est toujours particulier. Je me suis dit "je suis à Dinard, et je ne pense pas au Mondial !". J’avais vu Julien et je me suis dit qu’on pouvait tenter d'aller plus vite après le mur’’, déclarait ce cavalier qui, comme son compatriote Steve Guerdat, affectionne particulièrement les pistes en herbe, et encore plus l’ambiance de ce concours !

Le Mexique sur le CSI *

Faisant la part belle aux cavaliers "Amateurs éclairés", le CSI * a aussi eu ce dimanche son temps fort sur la belle pelouse du Val Porée. Quatre cavaliers se sont qualifiés pour le barrage, les deux Mexicains Carlos Hank Gonzalez et Cristobal Collado, opposés à l’Américaine Maison McIntyre et au français Quentin Salliot, professionnel installé en Loire Atlantique, habitué des circuits SHF et Pro. Auteur d’un nouveau sans faute avec Beatnik Boistillac (Wonderboy), il s’incline devant le meilleur chrono de Cristobal Collado/Princeton Z (President), qui fait retentir l’hymne mexicain au terme de ce Grand Prix.

Résultats ici