Dinja van Liere, ambassadrice du renouveau néerlandais
vendredi 29 juillet 2022

Dinja van Liere et Hermès, ici lors du CHIO de Rotterdam en 2022
Dinja van Liere et Hermès, ici lors du CHIO de Rotterdam en 2022 © FEI/Danielle Smits

Depuis quelques mois, un vent de nouveauté commence à souffler sur le dressage néerlandais, dont l’équipe première semble désormais portée par une certaine Dinja van Liere. Dix ans après ses (incroyables) débuts sur la scène internationale, la cavalière de trentedeux ans s’est notamment offert quelques épreuves mythiques, comme celles des CDIO5* de Rotterdam et d’Aix-la-Chapelle,et a récemment décroché sa sélection pour les championnats du monde. Rencontre avec celle qui, en très peu de temps, a déjà réalisé plusieurs grands rêves.

Il y a de cela moins d’un an, l’équipe néerlandaise de dressage affichait régulièrement quelques noms incontournables de la discipline, à l’instar d’Edward Gal, Hans Pieter-Minderhoud ou encore Adelinde Cornelissen. Mais, depuis plusieurs mois, une nouvelle génération semble avoir pris les rênes de cette équipe en pleine reconstruction. Parmi ses membres, Dinja van Liere qui, à seulement trente-deux ans, s’y impose désormais presque comme un véritable pilier en permettant aux Pays-Bas de briller lors de plusieurs compétitions majeures. Un renouveau qui, sans grande surprise, enchante la cavalière. « Nous avons quelques jeunes couples qui arrivent progressivement à haut niveau, avec de jeunes chevaux extrêmement talentueux comme nous n’en avons pas eu depuis plusieurs années (lors du CHIO de Rotterdam en juin dernier, trois des quatre chevaux de l’équipe, qui a d’ailleurs remporté la la Coupe des nations, étaient âgés de dix ans ou moins, ndlr). Je n’ai pas vraiment d’explication mais je suis très heureuse de ce renouvellement dans l’équipe. J’espère que nous allons pouvoir reconstruire un collectif solide. D’autant qu’il y a vraiment une bonne ambiance entre nous, peut-être parce que nous sommes une équipe de jeunes cavalières. Nous sommes coéquipières mais aussi amies. C’est vraiment super », ne manque d’ailleurs pas de souligner Dinja van Liere qui, depuis dix ans, transforme sa carrière en un rêve qu’elle n’aurait jamais pensé pouvoir devenir réalité.

Un succès aussi rapide qu'inattendu

Si, aujourd’hui, Dinja van Liere ne se voit évidemment changer de discipline pour rien au monde, le dressage n’a pourtant pas été sa passion première, mais s’est imposé à elle un peu par la force des choses.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 428 de L'Eperon Hebdo (paru le 27 juillet 2022), disponible sur notre boutique en ligne.