Jeux Olympiques : les derniers concours que vont courir les Français
jeudi 12 avril 2012

coonf presse
coonf presse

Les cavaliers et le staff fédéral rentrent dans la dernière ligne droite avant l’annonce dans deux mois et demi des sélections définitives pour les Jeux Olympiques de Londres

La Fédération Française équitation avait convié ce jeudi matin au cœur de Paris, à  l’Hôtel Intercontinental Opéra les médias pour une conférence de presse sur la préparation des Jeux olympiques. On notait d ‘ailleurs la présence de nombreux médias généralistes, novices en matière d’équitation mais que l’échéance olympique intéresse fort heureusement à notre sport
En préambule, le  Président Serge Lecomte rappelait que la FFE abordait ces jeux dans les trois disciplines ce qui n‘était pas le cas sur les dernières olympiades et que le projet porté par la fédération ces dernières années visait à re-densifier l’élite et à mettre en place une nouvelle génération de cavaliers. Cette nouvelle génération était d ‘ailleurs représentée lors de cette conférence par Astier Nicolas pour le complet et Jessica Michel pour le dressage. Le DTN Pascal Dubois précisait également que le repérage des couples pour Londres avait été effectué il y a deux ans et que depuis 8 mois le dispositif s’était resserré autour des présélectionnés avec un suivi pointu et la mise en place de contrats techniques de performance.

Concernant le saut d’obstacles, si les cavaliers et le sélectionneur Henk Nooren en partance pour le CSI d’Hardelot après un stage à Deauville étaient absents, Sophie Dubourg DTN adjoint indiquait que le programme des cavaliers de la liste allait compter environ 4 concours et des stages. La première grosse échéance sera le CSIO de La Baule (10/13 mai) et la dernière à l’issue de laquelle s’effectuera la sélection le CSIO de Rotterdam (20/24 juin), entre les deux, on devrait retrouver certains couples sur le CSIO de Rome et d’autres sur le Global de Wiesbaden (même date : 24/27 mai). Le récent transfert de Zeta effectuée par le Haras de Hus de Kevin Staut à Michel Robert a évidemment été évoqué par les journalistes présents. Si le staff fédéral reconnaissait qu’il semblait difficile de  former un couple opérationnel en si peu de temps, il n’excluait pas la possibilité de l’intégrer à la liste en cas de performance répétée sur les quelques concours à venir.
Au sujet du concours complet, après une bonne sortie au Portugal pour Nicolas Touzaint et Jean Lou Bigot qui assurait les résultats qualificatifs qui manquaient à leurs chevaux, les concours suivants de Fontainebleau et de Belton Park ont été décevants pour la plupart des couples de la longue liste : le sélectionneur Laurent Bousquet indiquait que lors du travail hivernal « on a changé des choses en dressage et en cso et cela a pu déstabiliser les cavaliers mais ces changements étaient nécessaires pour passer un cap. Les cavaliers étaient peut être également un peu sûrs d’eux en cette sortie d’hiver. » Laurent Bousquet indiquait également qu’il allait probablement intégrer un nouveau couple à sa liste, il s’agit d’Aurélien Kahn et Cadiz qui ont très bien couru en Italie en début d'année « et que j’ai trouvé en phase ascendante sur les derniers stages ». Laurent Bousquet attend toutefois le Master Pro de Pompadour (20/22 avril) pour confirmer ou infirmer cette entrée et pour faire le point sur les autres couples. Puis les échéances suivantes pour les tricolores se situeront à Badminton, Saumur et enfin Vittel pour la sélection finale.
Enfin concernant le dressage, Alain Francqueville rappelait que l’année 2011 avait marqué l’arrivée de nouveaux couples en Grand Prix et que le potentiel en France s’était étoffé mais que le niveau mondial avait également monté de manière significative. Il soulignait la performance de Jessica Michel qui a acquis la place pour la France en 6 mois grâce à ses performances avec Riwera de Hus et a intégré le top 40 mondial. Jessica ajoutait que de son côté elle préparait les JO depuis 6 ans avec le soutien du haras de Hus : « nous avons mis en place une organisation, nous avons choisi un entraîneur en Allemagne et en 2011 j’ai d’ailleurs passé plus de 100 jours en Allemagne pour me préparer et progresser avec Riwera. Pendant ce temps une équipe de cavaliers et de grooms gérait les autres chevaux au Haras. Aujourd’hui ces résultats sont donc vraiment le fruit d’un travail collectif sans occulter l’aspect financier puisque les coûts de fonctionnement de l’écurie de dressage qui s’élèvent à 350 000 euros par an sont financés par la vente de chevaux. » expliquait avec beaucoup de clarté la numéro 1 française. Après sa série de concours dans le sud qui lui a permis de se qualifier pour Londres, Riwera a pris des vacances. Son concours de rentrée va être le CDI de Saumur (fin avril)  « où je vais chercher à retrouver le niveau obtenu sur les derniers CDI et à stabiliser les acquis mais ensuite je peux encore progresser car si Riwera obtient à l’heure actuelle de très bonnes notes sur les pirouettes, passage et appuyers..., elle a encore un point faible : le piaffer. Et on peut encore gagner des points sur ces piaffers et sur les transitions passage – piaffer."  Après un stage du 17 au 20 mai Jessica ira sur les CDI de Wiesbaden puis de Lingen et enfin si elle obtient une place sur le CDIO d’Aix la Chapelle « pour me retrouver au milieu des meilleurs mondiaux et me mettre en situation » .

Prochains points presse : après le master pro de Pompadour pour le complet et après le CSIO de La Baule pour le CSO