La classe Ehning !
dimanche 06 février 2005

bordeaux2005-ehning-coupe
Marcus Ehing - Ph. Christophe Bricot

Déjà 3e du GP Coupe du monde samedi soir, l’Allemand Marcus Ehning décroche avec une aisance déconcertante le Grand Prix Landrover devant Gilles Bertran de Balanda et Ludo Philippaerts.

Quatre Français - Rozier, Balanda, F. Angot, Nicolas - face aux tout meilleurs mondiaux : Skelton, Pessoa, Meredith Michaels-Beerbaum, Philippaerts et Ehning… les spectateurs ont savouré un barrage à 9 d’anthologie ! Au final, 6 bouclent un double sans-faute. En selle sur un Crocus Graverie très frais, revenu à son top niveau, Gille Bertran de Balanda a tenu longtemps la tête grâce à un tracé au cordeau, mais Marcus Ehning lui a soufflé la victoire sur sa bondissante grise, Gitana (l'une de ses quatre cartoches), avec une fluidité irréprochable ! Dans leurs traces, Ludo Philippaerts/Parco, Rodrigo Pessoa/Carlot III, Nick Skelton/Arko III et Philippe Rozier/Héritière d’Adriers se sont baladés sans prendre de risques insensés. Mérédith Michaels-Beerbaum a explosé le chrono (3 secondes de moins qu’Ehning !) avec son fantastique Shutterfly mais faute sur le gros oxer bleu et termine 7e devant Florian Angot/First de Launay. Très aérien au premier tour, le couple normand a malheureusement mal négocié son virage avant ce même oxer bleu. Une erreur que Florian n’est pas prêt de se pardonner !Dernier à s’élancer, Jean-Marc Nicolas écope de deux fautes avec Modesto un peu moins réactif après trois jours d’épreuve.

Marcus Ehning : « Ma jument m’est prêtée par une Américaine installée en Allemagne qui vient d’avoir un bébé. Elle s’est très bien comportée. »Gilles Bertran de Balanda : « J’ai perdu du temps après le double. Mais la jument de Marcus est vraiment très véloce. Crocus revient juste à ce niveau après une année 2004 où il avait sans doute redémarrer trop vite. Il montre beaucoup de fraîcheur en dépit de ses quinze ans ! Une 2e place derrière le meilleur cavalier du monde, j’aurais signé sans réfléchir. »Ludo Philippaerts :« J’ai monté quand même vite mais Parco perd du temps dans ses courbes et j’ai préféré soigné le dernier pour avoir un flot ! »

Photos de Bordeaux par Christophe Bricot