Le Liverdy Pro Tour bat son plein
lundi 09 novembre 2020

Liverdy
Le grand manège de Liverdy a finalement réussi à accueillir 750 cavaliers professionnels ce week-end. © Béatrice Fletcher

Suite au décret du 29 octobre qui n’autorise que les compétitions sportives réservées aux professionnels et à huis clos, les organisateurs ont du s’adapter. C’est le cas de la famille Longis qui a mis en place dans des délais record le « Liverdy Pro Tour. »

Cédric Longis, chef de piste reconnu, à la tête du Haras de Liverdy avec sa famille, l’explique « Ce week end nous devions être en pleine tournée des As poney, où nous attendions entre 800 et 1000 partants, suivi de deux week-ends avec des épreuves Pro et amateur, mais malheureusement il a fallu revoir le programme. Nous avons réussi en une journée à reprendre une date de concours sans épreuves amateur, en prenant le risque de proposer des épreuves Pro avec un minimum de dotations prélevées sur le montant des engagements. L’équilibre financier est assez fragile, car certains frais sont incompressibles. » Si une bonne partie des tâches est assumée en interne, à l’image de la conception des pistes par Cédric, de l’entretien des sols par Gérard, ou de la gestion de la buvette qui ne proposait pour l’occasion que de la vente à emporter, l’ambiance dans le club house vitré avec vue sur le grand manège reste nettement moins festive et conviviale que d’habitude. Cédric se dit tout de même satisfait d’avoir enregistré 750 engagements au cours des trois jours de ce premier week end improvisé. « C’est inespéré. Les cavaliers ont répondu présent à l’invitation que j’avais lancée la semaine dernière. Ils sont contents de pouvoir continuer à travailler. Certains ne font même pas les grands prix mais profitent des préparatoires (de 70cm à 1m30 ndla) pour former leurs jeunes chevaux. Ils en ont profité pour faire des camions complets. »

Ils sont venus de loin…

Depuis quelques années, le Haras de Liverdy a mis tout en œuvre pour motiver les cavaliers à se déplacer parfois de loin. Au magnifique grand manège et sa piste de 80 x 35 construit voilà sept ans par la société James, est venu s’accoler trois ans plus tard un paddock couvert également en lamellé collé de 62 x 32, en sol Toubin Clément également, une double structure qui vient compléter les deux pistes et paddocks extérieurs, en partie refaits par Equiplus. Cédric le souligne « nous avons la chance d’avoir en France les meilleurs spécialistes des sols équestres. » Bilan, grâce à ses 130 jours de concours annuels, lors desquels sont enregistrés 20 000 à 25 000 parcours, le Haras de Liverdy est actuellement le deuxième organisateur privé de France derrière le Pôle Européen du Cheval. 

Parmi les cavaliers séduits par cette nouvelle tournée qui n’avaient pas hésité à faire le déplacement, Dylan Ringot, 19 ans, champion de France Junior en 2018 avec Unka Senton Andyl, désormais à la tête avec sa sœur Anaïs d’une écurie d’entraînement et de valorisation d’une quarantaine de chevaux à Brunembert près de Boulogne sur Mer. « Dans notre région, tous les concours ont été annulés, ici les manèges sont exceptionnels, les sols sont parfaits, Cédric trace des pistes très intéressantes qui ne mettent pas les chevaux à l’effort. » Le jeune homme qui avait déplacé dix chevaux, compte bien participer à l’ensemble de cette nouvelle tournée, et espère reprendre le fil de sa saison en Grand National avec sa jument de tête Vive la Vie Une Prince, dès qu’elle sera remise.

Eric Lelièvre avait lui aussi déserté le haras de Cheminot à Crésantignes dans l’Aube pour rejoindre Liverdy, suite à l’annulation du Grand national de Mâcon (finalement reporté du 3 au 6 décembre,  ndlr). « La qualité des installations nous permet de nous maintenir en compétition et de donner du métier aux chevaux en indoor. » C’est notamment le cas de Cheyenne de la Violle, 8 ans, champion des 6 et 7 ans, qu’Eric classait dans le top Ten du Grand Prix 130 dimanche après midi. « Il est très respectueux, il a tendance à être un peu inquiet, ça lui fait du bien, il débute en indoor, il a tourné un peu sur 145 cette année, on va essayer de passer le cap pour faire 150 l’année prochaine. » 

François Xavier Boudant, basé au Haras du Barquet, entre Pont-L’Evêque et Beuzeville (14) aux côtés de Benjamin Ghelfi, Rudy Cock et Thomas Rousseau, découvrait pour sa part le site seine et marnais. « J’en avais entendu beaucoup de bien, c’est un super outil de travail. Le concours de Deauville ayant été annulé, j’ai emmené sept chevaux de six et sept ans un peu en retard. Le programme proposé m’a permis de leur donner un vrai bon travail » précise le cavalier qui le reconnaît, « cette saison il faut être malléable car les programmes changent tout le temps. » La semaine prochaine, direction Le Mans pour le Grand National, puis Saint Lô.   

Emeric George, qui voilà deux ans abandonnait sa carrière d’ingénieur pour devenir cavalier professionnel, n’a pas regretté non plus d’avoir fait le déplacement D’Yvillers près de Senlis, puisqu’il remporte le Grand prix 130 avec Cocaïne Treize au barrage. Le cavalier se qualifie lui-même « d’habitué » de Liverdy pour la qualité des infrastructures et du chef de piste. Après avoir participé aux prochaines étapes, Emeric prendra la direction d’Oliva avec une partie des quinze chevaux qu’il travaille pour le moment avec Juliette Touzaint, groom et cavalière, avant de renforcer son équipe prochainement. Parmi ses chevaux de tête, Chopin des Hayettes, qui se remet d’une chute lors de la visite vétérinaire sur le sautoir en longueur du stade olympique de Munich, ainsi que Diesel du Bois Madame, ancienne monture de Marlon Modolo Zanotelli, qui a couru les Jeux Mondiaux, Effect de l’Esprit Z, et Calisco de Terlong, trois nouvelles recrues sur lesquelles il espère pouvoir compter pour retrouver le haut niveau en 2021, et qu’il emmènera au Sunshine Tour de Jerez de la Frontera en février.    

Alors qu’une partie de la planète CSO a pris ses quartiers à Oliva pour le Mediterranean Equestrian Tour (MET), tous les ingrédients semblent réunis pour que le « Liverdy Pro Tour » fasse encore le plein pour les trois semaines à venir, avec notamment des épreuves sur 135. « En tout cas on aime ça » sourit Cédric Longis. 

Résultats complets : ICI.