Le doublé pour Richard Spooner
samedi 27 juin 2009

monaco09-spooner-cristallo
Richard Spooner et Cristallo ph:Sportfot

Et Richard Spooner et Cristallo l’ont fait : le doublé. Deux années de suite, la victoire sur la piste hors norme dressée sur l’étroit quai de Port Hercule, à Monaco. Une victoire au terme d’une épreuve au déroulé bien plus classique que celui de Cannes (Bost, seul sans faute sur le terrain des Hespérides) puisque quatre cavaliers étaient qualifiés pour l’ultime phase et pas des débutants !

Premier à s’élancer l’Américain n’avait pas le choix que d’assurer un sans faute avec audace en espérant que la barre ainsi placée mettrait ses rivaux dans l’obligation de se surpasser au risque de sortir de l’épure ! Le type d’erreur que n’ont commis ni Rodrigo Pessoa avec l’exceptionnel Let’s Fly (vainqueur du Grand Prix de Rome), ni son compatriote Alvaro de Miranda dit Doda avec AD Picolien Zeldenrust sa très bonne jument hollandaise (Indoctro x Concorde) blessée à Hongkong et qui a mis plusieurs mois à refaire surface. Sans faute certes les Brésiliens, mais battus donc ! Restait Johny ! Oui le doyen du plateau, l’ancien, l’Anglais de service et Casino le hongre irlandais (Cavalier) de mère inconnue ! Jamais découragé John Whitaker. Toujours aussi gonflé et au finish, après une série de sauts énormes et une galopade dantesque, le chrono qui aurait pu faire l’affaire : 27 centièmes de mieux que Spooner mais la faute sur le dernier oxer !

Super Spooner ! Un type simple, homme de cheval et compétiteur de cœur. Il dédia sa victoire à son cheval et à sa femme ! C’est vrai qu’il est spécial le Cristallo, hongre de onze ans, enregistré au Holstein (Caretino x Cicero). C’est qu’il a une drôle de galopade qui s’accompagne parfois de quelques joyeuses lançades pas forcément souhaitées, mais quelle propulsion, quelle force, quel passage de dos et quel respect ! «C’est vrai il n’est pas toujours facile et il peut même être dur ! Je ne le monte qu’en compétition. Le reste du temps, depuis sept mois, c’est mon épouse qui s’en occupe et qui le monte. Je pense qu’il aime çà et moi aussi ! Je la remercie pour tout ce travail ».

Un partage des tâches auquel auraient peut être dû se résoudre les cinq tricolores au départ de cette cinquième étape du Global Champion Tour ! On blague, bien sûr ! Mais quand même, pas un au départ de la seconde manche où étaient admis les dix huit premiers du premier « round », c’était décevant pour tout le monde. Gageons que le plus énervé fut probablement Julien Epaillard, dix neuvième avec la jument Latina du Pitray, juste devant Patrice Delaveau et Katchina mail! Deuxième frustration de la journée après être passé près du bonheur (4 ème) dans l’ épreuve précédant le Grand Prix CN (1,50 m) avec Commissario, l’étalon holsteiner gris (Cash x Capitol) de dix ans, du Haras de la Bosqueterie.Prochaine halte du Global Champion Tour à Estoril au Portugal. Le Belge Patrick Mac Entee, le cavalier de l’écurie De Buyl Insurance, éleveur de Ever Mury Marais Z, 7 ème de l’épreuve, emmène désormais le peloton (49 pts) avec une confortable avance, devant Denis Lynch (38 pts) et Bernardo Alves ex-aequo avec Roger Yves Bost à la troisième place (36 pts). Tandis que Michel Robert a peu souffert de son absence forcée (8 ème et 33 pts), Kevin Staut et Pénélope Leprévost (26 èmes avec 13 pts) n’ont plus de temps à perdre s’ils souhaitent participer à la finale de Doha.