Le double savoir faire d'Olivier Perreau
lundi 30 août 2021

Olivier Perreau et Venizia d'Aiguilly
Olivier Perreau et Venizia d'Aiguilly © Jean-Louis Perrier

Gagner un Grand Prix 5* est toujours une belle satisfaction, et quand c’est avec un cheval de l’élevage maison, le bonheur est total ! C’est le cas pour Olivier Perreau, vainqueur du Grand Prix 5* de Valence il y a une semaine avec GL Events*Venizia d’Aiguilly, née dans l’élevage familial près de Roanne (42). Et la fête ne s’arrête pas là, car Olivier Perreau a mis en lumière un autre produit maison, GL Events*Dorai d’Aiguilly, très performante sur les deux semaines de compétition au haras des Grillons.

Olivier Perreau est tombé dans la marmite équestre dès son plus jeune âge. Ses parents Chantal et Claude enseignants et compétiteurs tous les deux, sont venus s’installer à l’Etrier de Vougy près de Roanne en 1988. Olivier avait alors deux ans. Après ses premières foulées à poney, participant à dix ans au Generali Open de France, il passe très vite à cheval. Le succès est au rendez-vous sur les circuits Jeunes avec un titre de champion de France Jeunes cavaliers associé à Grace du Fraigneau (Laudanum) et deux sélections pour l’échéance européenne (et une sixième place en individuel en 2007). Sa carrière sportive était lancée ! Elle s’est poursuivie en parfaite harmonie avec sa vie familiale et professionnelle. Aujourd’hui à trente-cinq ans, père de trois enfants dont l’ainé Louis, onze ans, attaque avec succès les épreuves 1,10 m, il est toujours installé sur le site de Vougy où il gère une trentaine de chevaux de compétition, dont un piquet de dix pour le circuit international. Si l’école d’équitation est maintenant confiée à une monitrice salariée, Olivier s’est investit dans la partie élevage créée par ses parents, désormais retraités, mais toujours très impliqués et présents à ses côtés. 

Des Aiguilly bien aiguillés

Depuis l’an dernier, l’élevage à l’affixe d’Aiguilly a pris de l’envergure avec un nouveau site à une vingtaine de minutes dans le bon terroir du Brionnais. Olivier qui affiche sa passion pour cette activité explique : « La partie élevage a environ quatre-vingt chevaux. Cette année nous avons fait naître douze poulains dont une propre sœur de GL Events*Venizia d’Aiguilly (Diamant de Semilly). C’est vraiment quelque chose que j’aime, et c’est une nécessité car les chevaux de haut niveau sont tellement chers aujourd’hui que c’est mieux si on peut les produire ! L’idéal est de les valoriser pour le grand sport, donc de les former en prenant le temps qu’il faut. Je les sors sur quelques épreuves du circuit SHF, mais c’est pour leur apprendre leur métier. Je m’en sers comme des parcours de travail. Les finales de Fontainebleau sont un championnat et ce n’est pas mon objectif. Le commerce se fait partout maintenant. D’ailleurs nous avons déjà vendu une pouliche de l’année. Ce qui est important, c’est de les vendre à des bonnes personnes, de les placer au bon endroit. » Et à ce jeu là, il y a déjà des Aiguilly qui roulent sous bon pavillon : Batman d’Aiguilly (Diamant de Semilly) qui aborde les CSI3* avec sa cavalière suisse, Avenir d’Aiguilly (Vancouver DML) désormais en équipe d’Allemagne Junior après avoir fait des compétitions 5* avec Martin Fuchs. Citons également Crack d’Aiguilly Z (Comme Il Faut II), six ans, vendu après ses bonnes performances sur les Young Horses de Vejer de la Frontera en début d’année à Nicholas Hochstadter (qui avait lui-même été performant avec Toscane d’Aiguilly (Toulon) !). Crack devrait évoluer en 2022 avec Simon Delestre, qui avait classé en 5* Utah d’Aiguilly (Kashmir vant Shuttershof). Il reste tout de même quelques pépites dans le piquet d’Olivier Perreau pour le faire briller au plus haut niveau, et les concours de l’Hubside Jumping de Valence en ont été l’occasion. 

Olivier Perreau se plaît à Valence

Avec des classements pour tous ses chevaux, dont une victoire avec la sBs GL Events*Dolce Deceuninck (Toulon) sur 1,45 m dans le 5*, qui récidive la semaine suivante sur le 4*, Olivier Perreau pouvait aborder l’épreuve majeure du rendez-vous du haras des Grillons en confiance. D’autant que GL Events*Venizia d’Aiguilly accumule les bonnes performances depuis le début de la saison avec notamment une victoire dans un des Grands Prix 4* de Grimaud et sur une 1,55 m lors du Longines Global Champions Tour de Monte Carlo. Un barrage couru ventre à terre qui leur offre une belle consécration ! Il faudra patienter pour cet adepte de l’Hubside Jumping pour renouer avec la victoire pour sa jument de tête : une faute sur le n°1 du Grand Prix du 4* le conduisant à se retirer du parcours alors que les barragistes étaient déjà nombreux. Mais Olivier Perreau s’est encore bien distingué sur la piste du haras des Grillons ce week-end puisque GL Events*Dorai d’Aiguilly (Kannan) s’impose dans le Grand Prix du CSI2*. La jument était déjà à l’honneur la première semaine, où son cavalier-éleveur partage la victoire à 2 m dans l’épreuve des six barres avec Léona Mermillod-Baron/César du Terroir (The Must de Riverland). Celui-ci ne tari pas d’éloge sur sa huit ans : « C’est une jument qui a tout pour faire du grand sport ! Elle a beaucoup de force, du respect et du courage. Ce sont les qualités fondamentales que je recherche. Je l’avais mise dans les six barres parce que je trouve que ça lui faisait un bon exercice. Je ne pensais aller aussi haut mais elle était tellement bien ! » Et le ligérien a renouvelé l’expérience la semaine suivante, terminant troisième à 1,92 m, la parfaite mise en jambe pour le Grand Prix du lendemain ! Sa victoire dans ce 2* est aussi particulièrement savoureuse car Olivier en avait pris la deuxième place en 2015, lors de la première édition du CSI de Valence, avec Bijou Orai (Toulon), qui n'est autre que la mère de GL Events*Dorai d’Aiguilly ! 

Retrouvez l'ensemble des résultats du CSI4* de Valence en cliquant ici.