Les Hollandais virent en tête
vendredi 30 mai 2008

stgall7-hoorn-o brien
Angelique Hoorn et O'Brien - Ph. Samsung

Sur le terrain en herbe d’une remarquable texture de Saint Gall (refait il y a deux ans), l’équipe des Pays Bas en pole position dès la fin de la première manche, a contenu, dans la seconde, les velléités de ses adversaires, s’adjugeant ainsi sa première victoire cette année sur le circuit de la Samsung Super League.

Du même coup les Hollandais prennent, au tiers du circuit, un court avantage au classement général de cette passionnante et longue course poursuite dont la conclusion aura lieu à Barcelone (18 au 21 septembre). Avec 16,5 pts au général les Néerlandais devancent d’un « nez » (0,17 pts) les Américains (16,33 pts) qui effectuent un début de saison autrement plus performant que celui de l’an passé où, jusqu’à mi course, ils s’étaient trouvé en quasi état de relégation avant que celle-ci n’échoie …à l’équipe de France. Toujours au classement général, les équipes de Grande Bretagne (15 pts), Belgique (14 pts), Suisse ( 12,08 pts) et Allemagne (12) suivent en peloton groupé et motivé. L’Irlande (9,83 pts), mais surtout la Suède (1,75 pts) qui ont déjà goûté l’amertume de la mise en quarantaine, filent, en revanche, un mauvais coton.Soleil et humidité relative (juste supportable dans la cuvette du Grundenbös où l’on peut aussi vivre l’enfer - de la fournaise au déluge-) étaient de la partie qui se joua sur un parcours très équilibré dessiné par Rolf Lüdi, ou le temps, calculé au plus juste (treize dépassements de temps au total), joua le rôle qui lui est de plus en plus souvent imparti par les chefs de piste. Sur ce point Rob Ehrens le patron de l’équipe batave considérait que « le temps était certes court mais juste ; cela fait partie du jeu, cela nous a donné une bonne compétition ». Le résultat c’est qu’ on ne pointa que deux double sans faute parfait de toute l’épreuve : celui de Vincent Voorn avec le rouan Audi’s Alpapillon Armanie déjà remarqué à Rome et celui pour la Belgique, du champion du Monde Jos Lansink avec Valentina van’t Heike. Le pilier de l’équipe victorieuse, Gerco Schröder qui « revenait » à ce niveau avec l’étalon métronome Eurocommerce Berlin après une longue saison de monte à servir les centaines de demandes de saillies, manqua le parfait double « clear » d’un point dans la seconde manche justifié par la nécessité d’assurer au mieux le score et ce même si les Hollandais avaient deux barres d’avance sur les Suisses et les Allemands lorsque Schröder entra en piste. Deux équipes qui revinrent de loin puisque les deux voisins faisaient jeu égal à l’avant dernière place (12 pts) précédant une formation Suédoise au trois quart féminine, déjà à la dérive (19 pts). La Belgique (6ème), la Grande Bretagne (5ème) et les Etats-Unis (4ème) terminent quasi dans l’ordre inverse des positions qu’ils occupaient au terme le la première manche attestant peut être de la fatigue de leurs compétiteurs

Photo d'archive de St Gall