Marie Pellegrin s’offre la victoire de l’étape du Grand National de Tours-Pernay
dimanche 16 mai 2021

Marie Pellegrin et Boréale de Fondcombe
En selle sur Boréale de Fondcombe et sous les couleurs de l'écurie Equivallée-Haras de Cluny, Marie Pellegrin remporte le Grand Prix Pro Elite de Tours-Pernay. © DR

Pour son troisième week-end de compétition, le circuit du Grand National faisait étape à Tours-Pernay. Malgré des conditions météorologiques difficiles, l’événement s’est avéré être un véritable succès et près de 2000 cavaliers avaient fait le déplacement à cette occasion. Après trois jours de compétitions, l’étape s’est conclue sur la victoire de Marie Pellegrin dans le Grand Prix de l’épreuve Pro Élite, devant 96 concurrents.

Après trois jours de pluie en continu, le soleil a finalement fait son apparition ce dimanche après-midi à Pernay, juste à temps pour le Grand Prix Pro Élite. Et si le vent est parfois venu jouer les trouble-fête en renversant de temps à autre les obstacles au beau milieu des parcours de certains cavaliers, ce n’était pas la seule difficulté que ces derniers devaient affronter : le parcours dessiné par Yann Royan s’est également avéré être des plus délicats. Nombre de cavaliers se sont laissés piéger par les deux combinaisons au programme, un triple en début de tour et un double en avant dernière position. Sur 97 partants, seuls six ont su trouver la clé du parcours sans-faute et ont ainsi décroché leur ticket pour le barrage. Et là encore, le tracé a donné du fil à retordre aux cavaliers ! Seule Marie Pellegrin, en selle sur Boréale de Fondcombe (Tinka’s Boy) pour l’équipe Equivallée-Haras de Cluny, a su déjouer les difficultés et réaliser un double sans-faute. Les autres barragistes ont, eux, tous écopé de quatre points de pénalités. « Le premier parcours était très galopant, avec un triple dos à la porte délicat car plutôt court en début de tour et une fin également assez complexe avec un demi-tour serré et ce double en sortie de virage. Il fallait rester très régulier afin de ne pas asphyxier les chevaux. C’était vraiment un très bon parcours, très intéressant », analyse la gagnante de l’épreuve. Ravie de cette première victoire cette année sur le circuit, Marie Pellegrin n’a pas tarit d’éloge sur sa jument et sur le travail de son équipe. « Je suis très satisfaite de Boréale. C’est une excellente jument, pour qui j’avais eu un véritable coup de cœur lorsqu’elle avait six ans. Dès que l’ai vue entrer en piste ce jour-là, j’étais sous le charme et j’ai directement été convaincre son éleveur Philippe Prevost de me la vendre ! Elle a beaucoup de tempérament, du sang, du respect plus qu’il n’en faut ainsi que des moyens et une envie démesurés. Tout cela est parfois difficile à canaliser. Heureusement, je peux compter sur mon cavalier Johannes Farce, qui me la travaille beaucoup sur le plat. Cette victoire, c’est aussi un peu la sienne », confie la cavalière qui espère obtenir une sélection en équipe de France dans les mois à venir. Benoit Cernin en selle sur Seurat Galotière*Vitalhorse (Iowa) pour l’écurie Élevage du Banney-Vitalhorse et Marie Demonte sur Vega de la Roche (Diamant de Semilly) sous les couleurs de l’écurie Forestier Sellier complètent le podium de cette épreuve Pro Élite.

Une étape qui rencontre un succès grandissant

Si ce n’était pas la première fois que le Haras de Bel Air recevait une étape du Grand National, l’édition 2021 a battu tous les records avec plus de 2000 parcours enchaînés en trois jours et demi. Un succès qui a ravi les organisateurs. « Ça a été un très bon week-end pour nous. Ce circuit est vraiment formidable et nous aimons beaucoup l’organiser. D’autant plus maintenant que nous avons une équipe rodée, aussi bien en ce qui concerne les bénévoles que les officiels. Tous les ans, nous avons de plus en plus d’engagés, notamment dans le Grand Prix de la Pro Elite, où il y avait 97 partants aujourd'hui. Cela prouve que le circuit a énormément apporté à notre sport. Il y a une vingtaine années, si l’on avait 50 engagés dans cette épreuve, c’était le bout du monde ! Et aujourd’hui, tous les cavaliers qui viennent ne sont même pas accompagnés de leur meilleur cheval, mais plutôt de leur deuxième monture. Je tire vraiment mon chapeau à la Fédération qui a su mettre en place ce circuit il y a plus de dix ans et qui s’améliore d’année en année », souligne Marie-Laure Deuquet. Cerise sur le gâteau pour l’équipe organisatrice : la belle quatrième place d’Arthur Deuquet, cavalier du Haras, dans la Pro Elite, en selle sur Argentina Chevrier (Kalaska de Semilly).

Côté organisation, l’équipe a dû se plier aux mesures sanitaires liées aux épidémies de Covid-19 et de rhinopneumonie. « Cela a été une charge supplémentaire pour nous mais nous avions déjà vécu cela, à une échelle moins importante certes, lors du concours jeunes chevaux que nous avons organisé il y a quinze jours. Donc, sur ce point aussi, notre équipe était rodée. Néanmoins, concernant plus spécifiquement les mesures liées au concours à huit-clos, bien que nous ayons limité les entrées en imposant un groom pour cinq chevaux et deux accompagnateurs par cavalier, je pense que la jauge a été un peu dépassée. Il y avait beaucoup de monde sur place. Nous avons essayé de filtrer au maximum mais on ne peut malheureusement jamais tout contrôler. Les règles sont donc moins bien appliquées qu’il y a quelques temps, c'est vrai, mais les gens jouent quand même le jeu car ils ont bien conscience que cela est une nécessité pour la poursuite de notre sport », explique Marie-Laure Deuquet. Prochain rendez-vous du circuit Grand National : Canteleu, du 27 au 30 mai.