Meredith Michaels-Beerbaum est de retour
dimanche 04 juillet 2010

estoril10-michaels
Meredith Michaels Beerbaum - Ph. www.csiestoril.com

A Estoril on a retrouvé Meredith ! Comme avant l’hiver ; avant qu’elle ne devienne maman ! Aux commandes de Checkmate et au terme d’un barrage qui l’opposait à cinq autres concurrents, l’allemande n’a pas fait de quartiers. ITV d'Edouard de Rothschild

Combative comme aux plus beaux jours, elle a brûlé - et comment !- la politesse à son compatriote Marco Kutscher qui, avec cette nouvelle performance qui n'a d’égale que sa constance à chaque sortie du circuit, caracole loin devant ses rivaux au classement général du Global Champions Tour.Assidus, mordus au GCT le Belge Lansink et son ex compatriote Mc Entee qui monte désormais pour l’Azerbaïdjan, étaient aussi du barrage et ont donc également amélioré leurs positions ce qui, à trois étapes du final de Rio de Janeiro, les rend, dans cette perspective, d’autant plus dangereux. Pour Kutscher qui a déclaré sans ambages « faire de ce Global l’objectif de sa saison » Jos Lansink, qui le talonne, est assurément « mon favori » !

Les Français, à Estoril, jolie baie au nord de Lisbonne, bien connue des régatiers, n’ont certes pas démérité mais sont restés en rade ! C’est Julien Epaillard qui aura fait le plus de chemin puisqu’au terme de la manche initiale du Grand Prix disputé dans des conditions météo idéales, sur un terrain de velours, il avait son ticket pour la seconde (18 participants) ; et même un bon billet puisque son chrono très rapide avec le dix ans Mister Davier, lui permettait de s’élancer le dernier. L’ancien cheval de Gilbert Doerr a progressé régulièrement depuis qu’il est sous la selle du normand et paraissait parfaitement à l’aise, mais n’évitait pas alors deux fautes, renvoyant son cavalier au treizième rang de l’épreuve.Chaud, bouillant, Le Prestige St Lois ! Ruades sur ruades comme aux pires moments ! Même en s’appelant Kevin Staut le meilleur n’est alors jamais sûr ! Quatre points sur l’ultime difficulté du tour initial : pas si mal !Dans ce registre la bonne surprise est à mettre au crédit d’Edouard de Rothschild qui montait Clintus 3, solide holsteiner gris de l’effectif de Ludger Beerbaum avec qui le Président de France Galop travaille désormais. A cinquante deux ans, amateur éclairé, Edouard de Rothschild, qui avoue une énorme passion pour le saut d’obstacles, signait donc de manière très honorable sa première sortie en Grand Prix de CSI *****. Derrière lui Philippe Rozier accusait quatre pénalités avec le douze ans Randgraaf et Roger Yves Bost qui se payait le luxe de tester Olala de Bussy (8 ans) à ce niveau, vingt trois points dus notamment à une volte à l’entrée du double dans la dernière ligne. Toujours aussi culotté Bosty, ce qui lui a permis, par ailleurs, de quitter Estoril avec deux victoires au compteur de Jovis de Ravel (1,50 & 1,45) les chèques et le paquet de points « FEI rankings » assortis. Michel Robert, lui, préféra ne pas tenter le diable avec son jeune étalon Macao (Quick Star) et déclarer forfait

résultatsReportage sur place et vidéos à suivre.

1) Kutscher 182 pts ; 2) Lansink 161 pts ; 3) Ehning 152 pts ; 4) Kürten 146 pts; 5) Mc Entee 123 pts; 6) Alexander 118 pts; 7) Melchior 110 pts; 8) Michaels-Beerbaum 109 pts; 9) Alves 103 pts; 10 ex) Bost, Diniz et Larocca 92 pts ; …25) Epaillard 51 pts ; …27) Anciaume 50 pts ; 28) Staut 47 pts ;…33) Leprévost 41 pts ;