Mort de Baloubet du Rouet, disparition d'une "icône".
samedi 19 août 2017

Baloubet du Rouet et Rodrigo Pessoa
Baloubet du Rouet et Rodrigo Pessoa © www.scoopdyga.com

L'émotion est forte depuis la disparition à 28 ans du célèbre étalon Selle Français Baloubet du Rouet (Galoubet A x Mésange du Rouet par Starter) qui restera dans la mémoire collective des passionnés de sport et d'élevage. Extraits d'une rétrospective.

Son pedigrée d'abord. Il est exceptionnel, son père Galoubet A (Almé x trotteur) est encore aujourd'hui la grande fierté du stud-book tricolore et a produit des cracks à l'élevage et dans le sport tels que Quick Star et bien sûr Baloubet du Rouet. La lignée maternelle de Baloubet (dans laquelle on trouve Unadore du Rouet-ISO 171/95) et l'affixe des Fardin ont marqué l'histoire du Selle Français alors que les filles de Starter (Rantzau, ps) signaient régulièrement une production de grande qualité mais pouvaient s'avérer délicates en concours. Ce n'est pas Francis Mas qui a monté Mésange du Rouet qui démentira.

Né à Juilley dans la Manche chez Monsieur et Madame Louis Fardin et bien promu par leur petit fils Yannick, l'étalon Selle Français n'avait pas d'emblée soulevé le plus grand enthousiasme chez ceux qui l'avaient approché à ses débuts. Guy Bidaut, Directeur de Saint-Lô, le vit au modèle pour le concours étalons à 3 ans mais ne le convoqua pas le lendemain pour l'apprécier sous la selle.  Exit Baloubet ! "Curieux, très vivant, jamais sorti de chez lui, il faut dire que Baloubet avait généreusement remonté sa grande encolure....et ca l'avait franchement desservi" rapporte Rémi Bourdais qui le présentait. Pourtant, il semble que deux ans plus tard Guy Bidaut avait radicalement changé d'avis sur Baloubet.  

Rémi Bourdais "Ma modeste contribution"

Inlassable admirateur du grand alezan dont il était devenu copropriétaire avec le Haras de Villepelée du Docteur Blanchard (Chaouillé-61), Rémi Bourdais (Courtomer-61) décela tôt le potentiel sportif de l'étalon. "La famille Coutinho a fait une offre au début des  4 ans et nous n'avions pas les moyens de la refuser. Je sais gré à cette famille (portugaise, ndla) de me l'avoir laissé au travail pour les 4 ans puis à 5 ans. A 4 ans il était désordonné, pas qualifié. Ca rigolait dans mon dos! Je passais outre. A 5 ans le cheval évoluait bien au point que j'avais systématiquement trois personnes qui me le demandaient en sortie de piste. Mais bien malin celui qui aurait pu prédire ce qui allait suivre. A 6 ans je faisais les engagements SHF pour son nouveau cavalier Nelson Pessoa, qui n'était pas très informé du système français".

A 6 ans Baloubet du Rouet explose sous la selle experte du brésilien et court les Championnats du Monde à Lanaken. Même si les bases étaient bonnes on imagine les heures passées sur ce roc dont la soumission s'est gagnée par le labeur, l'expérience et la rigueur associée à la finesse de monte du sorcier. Confirmation avec un titre de Champion de France des 7 ans sur le Grand Parquet de Fontainebleau. La machine est lancée, le travail va payer. Baloubet gagne ses lettres de noblesse sur la très grande scène internationale avec Rodrigo Pessoa qui bénéficie, outre son talent, d'un cheval prêt.  On parle de légende, d'icône, de médailles du plus précieux métal, de titres, de victoires au zénith qui s'enchaînent:  Champion Olympique individuel (JO Athènes 2004), triple vainqueur de la Finale Coupe du Monde (Helsinki 1998, Göteborg 1999, Las Vegas 2000, et par ailleurs 2ème en 2001 et 2003), deux fois vainqueur du Top Ten IJRC, Médaille de Bronze par équipe au Jeux Olympiques (Sydney 2000), ou encore victorieux d’un nombre incalculable de Grand Prix (deux fois gagnant du G.P Coupe du Monde de Paris Bercy, gagnant à Bordeaux, Genève, Rotterdam, Bruxelles…). "Seul le G.P d'Aix la Chapelle manque à son palmarès" avouait Rodrigo Pessoa.

Fierté tricolore.

Alors que le sang du Selle Français originel Baloubet du Rouet est encore extrêmement recherché partout en Europe (il est approuvé dans de nombreux stud-books) et que ses descendants sont observés avec la plus grande attention, il est coutume de dire que la France à quelque peu tardé à faire confiance à Baloubet. Pourquoi? Physique peu harmonieux? Personnalité de ses produits? Leur grand galop pas si facile à exploiter? Il s'est souvent dit que la production de Baloubet s'adressait à des professionnels. Loin des yeux, loin du coeur Baloubet était en Belgique. Il n'en reste pas moins que Baloubet a essaimé partout en Europe révélant régulièrement des phénomènes comme la championne olympique Sydney Une Prince le Selle Français Palloubet d'Halong défraie la chronique pour une vente record dans les pays du Golfe et propulse Baloubet à la première place du classement mondial. Napoili du Ry (Old) court les J.O sous couleurs françaises, Chaman (Kwpn) gagne avec Beerbaum, après Palloubet la suissesse Janika Sprunger montre Bonne Chance CW (Kwpn) alors que les JEM de Caen (2014) sacrent Bubalu (Kwpn) et Jurg Vrieling. Le holstein acquiert Brantzau après son approbation SF à 3 ans.  

Baloubet était unique

La famille Coutinho, propriétaire de Baloubet du Rouet, a toujours protégé son étalon et l'a judicieusement confié à Néco puis à Rodrigo Pessoa  même si les relations propriétaires cavalier n'ont pas été un long fleuve tranquille tient-on de source sûre et comme le rapportait un confrère dans un magazine de début 2009. On retiendra de l'histoire de Baloubet du Rouet de grands moments de sport, un éclairage fabuleux sur le savoir faire normand en matière d'élevage qui a profité à juste titre au stud-book Selle Français, la discrétion de celui qui l'a révélé, Rémi Bourdais, qui insiste sur des propriétaires "fous amoureux de leur cheval qui avaient même embauché une jeune fille à plein temps pour s'occuper de la retraite de Baloubet, un temps Numéro 1 mondial dans le sport et l'élevage". Baloubet du Rouet était spécial....unique.