Nicolas Delmotte et Luccianno, à la mode
dimanche 25 avril 2010

hardelot10-delmotte
Nicolas Delmotte et Luccianno HN © Sylvia Flahaut

Si le soleil n’a pas été omniprésent en cette dernière journée de compétition hardelotoise, les épreuves se sont néanmoins déroulées sous les meilleurs auspices pour les Tricolores. Retrouvez les interviews des vainqueurs de la journée et de Laurent Elias

C’est sur un tour a priori plutôt difficile que se sont élancés les 50 couples qualifiés pour le Grand Prix de la 10e édition du CSI d’Hardelot. Principales difficultés avec lesquelles ont eu à composer les cavaliers : un oxer sur bidet aux barres très claires face au public, une ligne vertical, triple, vertical, qui a causé bien du souci et un temps relativement court. « Les cavaliers doivent adopter une cadence plus soutenue, ce qui augmente la prise de risques, explique Laurent Elias, venu sur la Côte d’Opale « en repérage » (voir itv). Le terrain d’Hardelot est assez difficile à monter. Le double de bidets, la rivière… C’est justement la raison de ma présence. Si cela se passe bien ici pour les cavaliers, c’est un bon indicateur pour le reste de la saison ».

L’entraîneur n’allait pas être déçu. Du côté des Tricolores, Nicolas Delmotte signe un magnifique sans faute en compagnie de Luccianno. L’étalon bai brun au galop ample et rebondi appréhende ses obstacles les uns après les autres avec régularité, sans effort apparent. Michel Robert et Kellemoi de Pepita, qui signent un parcours tout aussi admirable dans leur style, sortiront de piste avec le même résultat. Dernier sans faute dans le camp des Français, la dynamique Meadow de l’Othain sous la selle de Pauline Guignery, couple victorieux le premier jour. Du côté des cavaliers d’Outre Manche, Graham Lovegrove associé à Tintin et William Funnel en selle sur Billy Congo s’inviteront également au barrage. L’Allemand André Schroder et Window 7 viendront clôturer la liste des barragistes. Premier à s’élancer au barrage, Nicolas Delmotte annonce la couleur. Profitant des longueurs du grand terrain en herbe d'Hardelot pour galoper et serrant ses courbes, le cavalier manie sa monture d’une main de maître et signe un nouveau sans faute. Aucun de ses concurrents ne sera en mesure d’améliorer la performance du couple. Pauline Guignery, belle joueuse, s’y essaiera … Elle ne coupera cependant pas pour aller sauter le double, craignant que sa jument ne s’y arrête. Bouclant son barrage un peu plus d’une seconde derrière Nicolas, elle s’empare de la deuxième place, et s’octroie ainsi le titre de meilleure cavalière du concours. Aucun des autresbarragistes ne signera de parcours vierge de pénalité. S’il n’avait pas commis une faute, l’Allemand aurait pourtant bien pu croquer le "frenchy", améliorant son chrono de 20 centièmes…André Schroder termine à la troisième place du classement. Michel Robert, pourtant bien parti, termine avec 8 points de pénalité. Après avoir fait la monte quelque temps, Luccianno a redémarré la saison à Auvers,en mars dernier. Son cavalier admet le remettre doucement au travail, pour pérenniser la forme de sa monture tout au long de la saison. «C’est assez ardu de gérer la carrière d’un cheval de sport lorsqu’il fait la monte, explique Nicolas. Il faut reprendre le travail en douceur, et ne pas trop vite en demander ». Quant à Pauline, qui attend que sa bonne Vinca Van Vlieringen reprenne du poil de la bête après une blessure, elle se satisfait des performances de Meadow sur le week-end. «Si Meadow n’a pas la force de Vinca, elle est quand même vraiment compétitive. J’ai joué le chrono le premier jour, sans pour autant que cela lui monte à la tête et lui donne trop de pression ».

Un peu plus tôt dans la journée, c’est un autre Tricolore qui emporte les honneurs. Elcara van de Heide (Darco), sous la selle d’Aldrick Cheronnet, gagne le GP et se voit sacrée meilleur cheval de 6 ans du concours. A la seconde place, une autre pointure française, en la personne de Reynald Angot, en selle sur une fille de J’ai l’espoir d’elle, Quiliane de Grandry. Chez les chevaux de 7 ans, une victoire des Pays-Bas a fait exception à la règle. Wout Jan Van Der Schans et Quincy W s’imposent devant l’Espagne représentée par Pascal Levy et Dame Blanche Van Arenberg.