Olivier Guillon: "Pour l'instant je ne pense pas aux championnats d'Europe"
dimanche 12 mai 2013

guillon portrait
Olivier Guillon © www.scoopdyga.com

Entre Lummen, où il a été artisan de la victoire dans la Coupe des nations, et la Baule, où il fait de nouveau partie des cinq cavaliers sélectionnés en équipe par Philippe Guerdat, Olivier Guillon a fait escale au CSI3* du Touquet. L’occasion de faire un point sur son piquet et sur ses ambitions.

Détaillez-nous votre piquet de chevaux.

Je dispose actuellement de Lord de Theize (Donald Rouge II HN), Poète de Preuilly HDC (For Pleasure), Walda Z (Winner)  ainsi que de deux chevaux d’avenir, des  7 ans en qui je crois beaucoup : Silver Deux de Virton HDC (Kashmir Van’t Schuttersho), Salto des Nauves HDC (Dollar Dela Pierre). Depuis quinze jours, Olivier Jouanneteau me confie aussi Norman Pre Noir (Carthago).

Quels sont vos objectifs cette année ?

Je n’ai pas d’objectif prioritaire. Juste celui de me maintenir à haut niveau et de faire évoluer mes chevaux le mieux possible. Comme je n’ai actuellement que Lord de Theize prêt pour les Grands Prix 5*, je fais abstraction de la ranking-list. Quand n’on est pas dans les 30 meilleurs mondiaux, il est en effet très difficile d’avoir accès aux gros concours. Rien que le Global Champions Tour, c’est par exemple treize étapes avec chacune six épreuves comptant pour le classement mondial : y accéder est indispensable pour se maintenir au top niveau…  C’est vraiment compliqué quand on a qu’un seul cheval. Je vais donc essayer de décrocher des sélections et de faire les beaux concours auxquels j’ai accès.

Justement, quand on a qu’un seul cheval de top niveau, n’est-ce pas compliqué de gérer son programme ?

Si on est vigilant et à son écoute, non.  J’ai redémarré Lord au Portugal puis à Lummen car il n’était pas sorti depuis sept mois : les indoors ne lui conviennent en effet pas car il a besoin de trouver son équilibre sur un galop bien développé. Il a pour l’instant fait neuf sans-faute sur onze épreuves, parfois avec du temps dépassé car j’ai pris le temps de bien le remettre en route. Je l’ai vraiment retrouvé comme je voulais à Lummen. C’est de bon augure pour la suite. Et je prépare activement la relève !

Les championnats d’Europe se disputeront fin août à Herning, au Danemark. Vous y pensez ?

Pas pour l’instant. Tellement de choses entrent en compte jusqu’au dernier moment (santé et forme du cheval, compétitivité du couple par rapport aux autres…) que c’est très difficile de se projeter dès maintenant. D’autant qu’il y a encore une marge entre les Coupes des nations et un championnat ! C’est pourquoi, pour avoir cinq couples prêts le moment venu, le sélectionneur doit absolument emmener un maximum de couples vers le haut niveau.  De mon côté, je vais préparer mon cheval au mieux et on verra… Les victoires dans les Coupes des nations de Lummen puis de Drammen donnent en tous cas une bonne dynamique à l’équipe de France !