Pierre-Marie Friant, le crack des Pays de la Loire
vendredi 27 mai 2022

Pierre-Marie Friant et Urdy d'Astrée
Pierre-Marie Friant et Urdy d'Astrée © Eric Knoll

Il y a trois semaines, Pierre-Marie Friant a de nouveau brillé à La Baule, cette fois dans le Grand Prix, en s’adjugeant une belle troisième place avec son bon Urdy d’Astrée. Installé près de Nantes, le fils de Jacques Friant, auquel il est associé, aimerait revêtir la veste de l’équipe de France à l’occasion de Coupes des nations.

« La Baule, quand on était gamin, c’était quelque chose de mythique », admet Pierre-Marie Friant, trente-trois ans. « On se prenait à rêver, et on se disait : “T’imagines, un jour, courir sur cette piste ?” Alors, forcément, quand ça arrive, c’est juste incroyable et on a vraiment envie de tout donner. » En 2019, le Nantais arrive à haut niveau, grâce à son talent et à Urdy d’Astrée, un hongre aujourd’hui âgé de quatorze ans, fils de Bouffon du Murier, et participe à son premier 5*. À La Baule justement, à domicile, devant un public qui est un peu le sien. « J’ai pris une septième place dans l’épreuve du samedi soir. C’était formidable. » Avant de saisir son Graal, Pierre-Marie Friant a fait son expérience auprès de son père, bien sûr, mais pas seulement. « Je suis parti une année à l’élevage d'Helby, en Ille-et-Vilaine, pour voir autre chose, monter des jeunes chevaux et me former », indique Pierre-Marie. « En rentrant aux écuries familiales, situées à La-Chapelle-sur-Erdre, au nord de Nantes, j’ai passé le monitorat. Et puis j’ai également travaillé une année chez Paul Schockemöhle, en Allemagne. » Jusqu’en 2018, le cavalier monte jusqu’en épreuves à 1,50 mètre, participant à quelques étapes du Grand National, et mixant compétitions internationales le week-end avec épreuves Jeunes chevaux en semaine.

Neuf ans de complicité avec Urdy

Des jeunes chevaux, Pierre-Marie en a toujours beaucoup formés. C’est d’ailleurs de cette façon que son histoire avec Urdy a commencé. Après avoir fait quelques parcours à quatre et cinq ans sous la selle de Fabien Bachellereau, le fils de Bouffon du Murier passe sous celle de Pierre-Marie au printemps 2013 et le couple entame les Cycles classiques cinq ans. « Urdy était destiné à l’un des clients de mon père, Jean Guillaume, qui devait faire les épreuves Vétérans avec », raconte Pierre- Marie. « Mais comme tout se passait bien avec le cheval, Jean a décidé de continuer à me le confier. Et, en 2014, nous avons été sacrés champions de France dans la catégorie des six ans. Le propriétaire d’Urdy a finalement décidé de me laisser le cheval et je lui en suis aujourd’hui très reconnaissant ! »

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 419 de L'Eperon Hebdo (paru le 25 mai 2022), disponible sur notre boutique en ligne.