Pour la reprise, le numéro un mondial annonce la couleur à Grimaud
dimanche 09 mai 2021

Steve Guerdat et Venard de Cerisy à Grimaud
Steve Guerdat et Venard de Cerisy à Grimaud © © HUBSIDE JUMPING - Filippo Gabutti

Il y avait foule de bons cavaliers et de bons chevaux lors du CSI 5* de Grimaud mais à la fin, ce sont l'expérience et le talent du numéro un mondial Steve Guerdat qui ont parlé.

L'Hubside Jumping réunissait ce week-end une grande partie des meilleurs cavaliers du monde pour le premier CSI 5* extérieur de l'année sur le sol européen. Quelques uns à l'image de l'Américain Brian Moggre foulaient la piste pour la première fois. Ce fut d'ailleurs l'occasion de découvrir un peu mieux l'élève de Laura Kraut, que certains qualifient déjà outre-atlantique de jeune prodige, et de le voir à l'oeuvre avec Balou du Reventon qui fut certainement l'un des meilleurs chevaux du monde sous la selle de l'Irlandais Darragh Kenny. Entre jeunes espoirs et prétendants olympiques, il y avait fort à voir et fort à faire pour le chef de piste, Gégrory Bodo. "Entre le Covid-19 et la rhinopneumonie, les chevaux n'ont pas beaucoup tourné mais j'ai pu les observer lors des épreuves de jeudi et de samedi. Ils sont frais et en très bel état mais il leur manque les réglages de dernière minute. J'ai cherché à ce que les cavaliers usent de finesse et de réflexion pour trouver les clés du parcours. Mon but est aussi de préserver au maximum le bien-être animal", confiait Grégory au début de l'épreuve. Pari réussi pour le chef de piste qui proposait un parcours imposant et technique composé de dix-sept efforts et serti pour la première fois d'une rivière dont neuf couples sont sortis sans pénalité.

Steve Guerdat, numéro un mondial à raison

On ne porte pas le brassard de numéro un mondial pendant vingt-neuf mois par hasard. Au barrage, la pression avait été mise d'entrée de jeu par l'Espagnol Eduardo Alvarez Aznar associé à Legend et son chronomètre s'est retrouvé être plutôt difficile à battre jusqu'au passage de Steve Guerdat et Venard de Cerisy. "J’ai essayé d’enlever des foulées mais je n’ai pas réussi (sourire), j’ai alors mis un bon coup d’accélérateur pour rentrer dans le double. Du coup, mon barrage peut ne pas avoir paru très harmonieux. Je suis en tout cas très heureux, le cheval a superbement sauté. Je ne pensais pas forcément que ça suffirait pour le barrage, mais si finalement", confiait le Suisse. Personne, mis à par Julien Epaillard (qui d'autre ?) mais au prix d'une barre à terre, n'a réussi à faire mieux. Steve s'est donc emparé de la victoire sous les yeux de son épouse Fanny Skalli, accompagnée de leur fille. "Il s’agit de ma première victoire en tant que papa, elle a forcément une saveur particulière. J’imagine bien que ma fille n’a pas tout compris de ce qui se passait (sourire), mais ça me fait plaisir d’imaginer que j’ai remporté ce Grand Prix 5* pour elle, le jour où elle fête sa cinquième semaine", confiait le jeune papa qui se trouvait d'autant plus content que sa monture reprenait doucement la voie des concours. "Tous mes chevaux n’ont pas fait grand chose l’année passée. Venard a participé à deux ou  trois concours en 2020 ; il a recommencé en Espagne cette année, sur des petites épreuves et un Grand Prix 4* ; puis tout s’est de  nouveau  arrêté pour l’équitation européenne. C’est donc évidemment son premier concours de reprise et il est en pleine forme, bien dans sa tête. Le premier jour, il était un peu frais, je craignais que ça ne suffise pas pour aujourd’hui , mais il a tout donné et était dans une forme comme il a rarement été." De quoi rassurer pour la préparation des échéances estivales donc. 

La première revue des Bleus

En parlant de championnats, Grimaud représentait la première vraie revue des troupes pour les tricolores. Thierry Pomel et Henk Nooren étaient bien évidemment sur place et ils ont prêté un oeil attentif aux prestations des dix-sept couples engagés dans le Grand Prix. Deux d'entre eux ont réussi à se qualifier pour le barrage et Bosty est passé à deux doigts de les y rejoindre. Il n'a pas renversé la moindre barre mais une mésentente avec Sangria du Coty sur le tracé en fin de parcours l'a obligé à faire une volte. Evidemment déçu par cette erreur, le Barbizonnais s'estimait tout de même heureux de la manière dont Sangria s'est jouée du parcours puisqu'elle n'avait pas sauté depuis septembre dernier. 

C'est donc Pénélope Leprevost qui a joué les têtes de file chez les Bleus. Avec Vancouver de Lanlore, elle est depuis deux ans l'un des piliers de France et elle a parfaitement tenu son rang cet après-midi en terminant troisième grâce à son double sans-faute. Julien Epaillard est lui aussi passé tout prêt d'un podium mais sa cinquième place est néanmoins remarquable puisque sa monture, Kosmo Van Hof Ter Boone, courait ici son premier Grand Prix 5*. Le Normand en a pris les rênes au début de l'année tandis qu'il revenait d'une longue convalescence, il était auparavant monté par Maelle Martin pour le compte de son propriétaire, l'écurie Chev'El. Au titre des nouveautés, Ilena de Mariposa, la puissante et délicate fille de Flora de Mariposa, ainsi qu'Encantado C'SG participaient également pour la première fois à une épreuve de ce niveau. Tous deux ont commis quelques fautes sous les selles de leurs pilotes respectifs, Olivier Robert et Alexa Ferrer, mais ce n'est là que le début de saison. Espérons que la suite se poursuivra sans d'encombres même si cela est encore loin d'être simple entre les nombreux reports et annulations d'événements.

Les résultats : ICI.