-->

Une séance avec Alexis Goury et Alexis Lavrov : Bien se préparer avant d’enchaîner
lundi 24 janvier 2022

Alexis Goury et Alexis Lavrov, ici lors du stage au Pôle européen du cheval du Mans
Après la séance de dressage et avant celle de cross indoor, Alexis Goury et Alexis Lavrov ont proposé aux cavaliers une séance à l'obstacle © Les Garennes

Après une première séance de dressage sous l'œil du cavalier membre de l’équipe de France de concours complet Alexis Goury (à retrouver dans le numéro 400 de L'Eperon Hebdo), les participants au stage cross indoor qui s’est tenu au Mans les 8 et 9 janvier derniers avaient un deuxième rendez-vous, cette fois-ci sur les barres. Pour cette séance, Alexis Goury était en binôme avec Alexis Lavrov, cavalier professionnel, vice-champion d’Europe Junior par équipe en 2013, double vice-champion de France Jeunes cavaliers en 2014 et 2015, installé à l’écurie des Lauriers dans les Yvelines.

Avant de lancer leurs élèves dans le grand bain du cross indoor, Alexis Goury et Alexis Lavrov partageaient leur expérience et leurs conseils à l’obstacle. La densité du parc d’obstacles offert par le Pôle européen du Cheval du Mans a permis à chaque couple d'enchaîner un parcours de onze obstacles, dont deux doubles, permettant à chacun de bénéficier de conseils individualisés en fonction des difficultés rencontrées. Cette séance avait donc une double vocation : trouver des solutions aux problèmes sur les barres, mais également mettre les chevaux dans les conditions de l’indoor en vue de la séance de cross qui allait se tenir le lendemain. Evidemment, les cotes des obstacles sont à adapter au niveau du couple qui s’apprête à les franchir.

Au contrôle

Pour préparer au mieux les couples avant qu’ils ne s’élancent sur le parcours, les deux Alexis leur avaient concocté une détente en plusieurs étapes. Les premiers sauts s'effectuent au trot sur un petit vertical avec une barre de réglage afin de « voir comment les chevaux se débrouillent, quel équilibre ils ont et s’ils ont tendance à chauffer ou non », explique Alexis Goury. Sur les premiers sauts, les coachs demandent un arrêt quelques foulées après la réception, pour s’assurer que chaque cavalier a le contrôle total de son cheval. Ils décident ensuite de poursuivre la détente sur une ligne en ajoutant un second obstacle dans le prolongement du premier. La ligne se compose alors de deux verticaux, séparés par huit foulées. L’entrée se fait toujours au trot. « Les lignes sont idéales pour vérifier si les cavaliers ont les trois indispensables pour aller sauter : la direction, l’accélérateur et le frein. » Le vertical de fin de ligne est changé en oxer. L’abord du premier élément se fait désormais au galop, réduisant à sept le nombre de foulées dans la ligne. L’abord au galop ne doit pas être source de désordre et entraîner une perte de contrôle dans la ligne. Ici, on cherche la régularité du galop et la décontraction.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 401 de L'Eperon Hebdo (paru le 19 janvier 2022), disponible sur notre boutique en ligne.