Corinne Bosshard, une longeuse en or
lundi 22 août 2022

Corinne Bosshard, ici accompagnée de Manon Moutinho
Corinne Bosshard, ici accompagnée de Manon Moutinho © Scoopdyga

Elle fait partie de ces acteurs de l’ombre. De ceux qui se donnent corps et âme pour la réussite des athlètes. De ceux sans qui rien ne serait possible. Corinne Bosshard est la longeuse et propriétaire de Saïtiri, complice de Manon Moutinho, et de Londontime, partenaire de l’équipe de France de voltige, qui ont permis aux Bleus de décrocher tant de médailles à Herning. Rencontre avec celle qui, grâce à des choix parfois aussi surprenants qu’assumés, a grandement participé à la réussite des Tricolores.

Manon Moutinho, Jeanne Braun, Lambert Leclézio, Quentin Jabet, Louis Dumont et Dorian Terrier ne sont pas les seuls membres de l’équipe de France de voltige à être revenus de Herning avec de belles médailles. Au Danemark, le travail et le dévouement de Corinne Bosshard ont, eux aussi, été récompensés par deux médailles d’or et une en argent. Il faut dire que, depuis près de trois ans, la longeuse suisse est elle aussi très impliquée dans la réussite des voltigeurs tricolores. Et si aujourd’hui Corinne Bosshard longe Saïtiri (Santorin II) pour Manon Moutinho, ainsi que Londontime (Londonderry, Hann) pour le collectif tricolore, c’est avec Lambert Leclézio que l’aventure française a commencé. « En 2018, il m’avait contactée pour m’acheter un de mes chevaux, Aroc CH, mais je ne voulais pas le vendre. D’autant que, selon moi, ce n’était pas un cheval pour lui, pour répondre aux objectifs qu’il avait. Je ne voulais pas le lui vendre mais je lui avais dit que s’il en avait besoin pour faire un CVI, je pouvais lui prêter. Il m’a ensuite proposé que l’on fasse toute une saison ensemble, pour aller jusqu’aux championnats d’Europe. Il est venu essayer le cheval à la maison, le jour de mon anniversaire, et il a vraiment eu de très bonnes sensations avec lui, le courant est bien passé. Alors nous avons commencé à travailler ensemble. Mais, pour être honnête, quand il m’a contactée, je ne savais même pas qui il était. Je savais qu’il avait été sacré champion du monde à Tryon, mais je ne connaissais absolument pas tout son palmarès et je ne comprenais pas pourquoi il tenait tant à travailler avec moi », se souvient Corinne Bosshard. Et puis, tout s’est enchaîné et la grande aventure a commencé. Durant cette année aux côtés de Lambert, la longeuse suisse a également fait la connaissance de Manon Moutinho. « Nous avons petit à petit parlé de sa carrière, du fait qu’elle avait besoin d’un cheval... Je lui ai dit que justement j’avais des chevaux de voltige. Et puis, elle est venue habiter en Suisse pendant un an, avant de repartir en France », explique la longeuse qui, en trois ans, est ainsi devenue un élément incontournable de l’équipe tricolore de voltige, mais pas que.

ENTRE LA FRANCE ET LA SUISSE

Si le nom de Corinne Bosshard est désormais devenu indissociable de ceux des membres de l’équipe de France, c’est pourtant en Suisse que la longeuse habite et travaille. Installée près de Zurich, elle y a d’ailleurs monté Toesstal, sa propre structure consacrée à la voltige, en 2006, après plus de dix ans en tant qu’athlète.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 431 de L'Eperon Hebdo (paru le 17 août 2022), disponible sur notre boutique en ligne.