Finale Coupe du monde : Manon Moutinho et Lambert Leclezio au-dessus du lot
vendredi 08 avril 2022

Manon Moutinho, Saitiri et Corinne Bosshard sur le programme technique de la finale Coupe du monde de Leipzig
Manon Moutinho, Saitiri et Corinne Bosshard sur le programme technique de la finale Coupe du monde de Leipzig © Scoopdyga

Peut-être passerons-nous pour des chauvins, mais ce soir, sur la piste du Leipziger Messe, pour la première épreuve de la finale Coupe du monde de voltige, il y avait les Français... et les autres. Manon Moutinho et Lambert Leclezio ont chacun livré un programme technique empli de grâce et de justesse, s'imposant respectivement en individuel femmes et individuel hommes.

Cela faisait longtemps qu'on n'avait pas vu tribunes aussi remplies à l'occasion d'une épreuve de voltige. Ce soir, la finale Coupe du monde de la discipline qui se tient à Leipzig, voyait s'affronter huit femmes et sept hommes en individuel sur le programme technique. La France comptait un représentant dans chacune de ces épreuves. Les femmes étaient les premières à se présenter face aux juges. À son entrée en piste, la Tricolore Manon Moutinho, vingt-cinq ans, devait faire mieux que les 7.883 points de l'Allemande Janika Derks, qui pointait en tête à ce moment de l'épreuve. Forte d'un programme qui liait grâce, prise de risque et costume très travaillé, la Française n'a fait qu'une bouchée de sa principale concurrente et les juges lui ont accordé la note de 8.237 points. Elle sera d'ailleurs la seule à franchir la barre des 8 points. « Tout s'est déroulé comme je l'espérais, malgré les attentes et les difficultés, car il s'agit de notre première compétition internationale et de notre première finale Coupe du monde (avec Saitiri (Santorin II), jument oldenbourg de quinze ans, longée par Corinne Bosshard, ndlr). Je suis plutôt contente, c'est la première fois que la jument voit une piste comme celle-ci. On s'entraîne depuis septembre et on commence avec une compétition de cette envergure, ça fait un peu bizarre », lâchait-elle dans un rire. « Sincèrement, je suis contente. Il y avait néanmoins quelques petits trucs qui n'allaient pas, du moins que je peux faire mieux à l'entraînement, mais ce n'étaient pas de grosses fautes majeures. Ce sont des détails. Et s'il ne s'agit que de détail, c'est tout de même positif ! Il faut dire que je suis aussi très bien entourée et je pense que ça aide. » Demain, dans la libre, Manon présentera un programme « très dansant » et aura une tenue « plus simple » que celle qu'elle portait ce soir, et qui représentait un crapaud. « Je vais pouvoir m'exprimer plus avec mon corps qu'avec ma thématique », soulignait-elle.

Chez les hommes, les concurrents s'enchainent... mais les fautes aussi. Les notes peinent à décoller, personne ne dépasse les 7.5 points. Il faut attendre le passage de l'avant-dernier concurrent, l'Italien de vingt-six ans Lorenzo Lupacchini, sur Rosenstolz 99 (Rosencharmeur), longé par Laura Carnabuci, pour que le niveau monte d'un cran. Sur une composition musicale qui reprenait les airs de Rocket Man d'Elton John, le voltigeur a récolté la moyenne de 8.489 points. Une bonne moyenne, mais pas suffisante pour barrer la route à Lambert Leclezio. Le Français, à qui nous avons consacré un article dans notre dernière édition de L'Eperon Hebdo, a survolé la concurrence et obtenu 8.785 points, même si tout n'était - pour lui - pas parfait. « J'ai fait deux ou trois erreurs, notamment sur un élément technique où j'ai dû rattraper le tapis », analyse-t-il. « Je ne sais pas si ça venait de moi, d'un petit déséquilibre de la jument mais il y a eu une petite erreur que j'ai essayé de sauver évidemment. Une note de 8.7, c'est bien. » Cette semaine, Lambert n'est pas venu à Leipzig avec Estado*IFCE, le cheval qu'il forme depuis maintenant trois ans, mais a voltigé sur la jument de Manon et était également longé par Corinne Bosshard. Un choix qu'il explique : « J'ai décidé de garder Estado à la maison ce week-end pour qu'il soit en forme pour les concours internationaux sur le format que l'on devra dérouler à Herning (aux championnats du monde, ndlr), à savoir un imposé, un technique, un libre. En plus de cela, nous avions plus de 1 600 kilomètres pour venir jusque ici, c'est un long trajet pour lui. C'est un cheval qui n'a jamais pu faire une saison complète, avec 2020, la situation sanitaire, etc. En 2021, on a eu les championnats du monde à Budapest et deux concours à la maison donc il n'a fait qu'un long trajet de toute sa vie. Ce changement, c'est un calcul sur la saison, on a préféré l'économiser. On sera aux Pays-Bas dans trois semaines (pour le CVI3* d'Ermelo, ndlr). »

Rendez-vous demain pour le programme libre, à partir de 13h50 pour les femmes et 14h20 pour les hommes. 

Pour consulter les résultats du programme technique des femmes, cliquez ici, ou bien ici pour ceux du programme technique des hommes.