Reining et FEI, c'est reparti !
mercredi 20 novembre 2019

Reining
A l'issue du vote de l'assemblée générale de la FEI, le reining demeure une discipline de l'instance internationale © Sccopdyga

Parmi les nombreux sujets au programme de l'assemblée générale de la Fédération équestre internationale, qui s'est terminée aujourd'hui à Moscou, la survie (ou non) du reining au sein des disciplines. A l'issue du premier vote de la journée, la discipline venue des Etats-Unis garde sa place au sein de la fédération internationale.

On le sait, il y a depuis un moment de l'eau dans le gaz entre la FEI et la NRHA (National reining horse association), qui chapeaute depuis ses débuts la discipline Outre-atlantique. Une fois le reining intégré aux disciplines FEI, l'association américaine a eu bien du mal à baisser les armes, face à des règlements FEI qu'elle jugeait souvent trop stricte. Le bien-être animal, sujet on ne plus au coeur de l'actualité, semblait également être un thème de friction entre les deux entités. Le reining était ainsi sur la sellette et le premier vote d'hier à l'assemblée générale de la FEI portait sur le maintien du reining au sein de la FEI. 

A l'issue du scrutin, c'est acté : les reiners courront toujours leurs championnats internationaux sous l'égide de la FEI. Un maintien voté à l'unanimité et salué par les applaudissements. Un retournement de situation rendu possible grâce la main tendue de la NRHA, qui a accepté d'entamer avant le vote des discussions sur un nouvel accord de coopération avec l'instance internationale. Cet accord, définit les paramètres du partenariat, notamment concernant la compétence d'organisation en matière d'évènements, la mise en oeuvre de contrôles appropriés de la part de la NRHA en fonction de l'importance de l'évènement (national ou international) et sur les conséquences en cas de violation des termes de cet accord. 

Avant le vote, la NRHA avait signé cet accord de quatre ans, que le conseil d'administration de la FEI avait également approuvé. L'instance internationale attendait l'issue du scrutin avant la contre-signature officielle.