Bonifas gagne sur le fil
vendredi 08 décembre 2000

Bonifas (1er chpt AA)
Bonifas, vainqueur du Chpt de Paris des Anglo-Arabes

Jeudi 7 décembre 2000 a eu lieu au Salon du Cheval à Paris le 9ème championnat de Paris des Anglo-Arabes. A la fois pédagogique et commerciale, cette opération séduction a ravi les spécialistes autant que les néophytes. Les meilleurs Anglos de l’année se sont exhibés, malgré l’absence de plusieurs performers habitués aux podiums (Pomone de Couzeix, tenante du titre pour n’en citer qu’une).

Le matin se déroulait sur la carrière de présentation du hall 5 l’épreuve de modèles et allures. 9 participants au total qui ont défilé devant les visiteurs. Tout d’abord, chacun a effectué une reprise comportant quelques figures sur le plat aux trois allures. Puis, le cheval était dessellé pour être montré en détail aux trois juges du jour, M. Doucet, du Haras de Tarbes, P. de la Serve, éleveur et trésorier de l’ANAA (Association Nationale des éleveurs d’AA), et M. Carqui, venu spécialement d’Italie.

Diablesse de Frély, femelle de 9 ans, partie 9ème, finit loin devant avec une note de 17 sur 20. Fille du fameux Quartz de Frély et La Brise par Le Corrézien, elle a plu d’emblée par ses allures beaucoup plus déliées que celles des autres concurrents. Ses origines course l’ont peut-être aidé d’ailleurs. Beaucoup de force, une arrière main impressionnante, un modèle très proche du type de la race. Il n’en fallait pas plus pour en faire la vedette de la piste. Montée par Sébastien Cazaux, elle a tourné l’année dernière sous la selle de Jean-Marc Nicolas où elle s’illustrait en A1 et CSI.

Juste derrière elle, une autre star, mâle cette fois-ci, et même étalon des Haras Nationaux puisqu’il s’agit d’Exocet de Céran, magnifique gris monté par Jérôme Gachignard en CSI depuis un an. Né chez P. Bouchard, à l’élevage de Céran dans le Gers, il fera la monte en 2001 en congelé ce qui permettra à son cavalier d’en disposer pendant toute la saison 2002 sans interruption. Fils de Fougueux et Sapristi IV par Nourédine du Lirac, il possède de beaux travers et d’assez de profondeur au niveau du passage de sangle. Son arrière main longue est emmenée par un beau massif d’épaule surmonté d’une belle tête. Il pourrait être un peu plus fort et disposer de plus de hanches. Cela ne l’a pas empêché de récolter la note satisfaisante de 16,5.

Suivent plusieurs concurrents à 16 sur 20. Feeling d’Oc (Iago C et Forteresse par Fayriland), femelle qui démontre beaucoup d’équilibre et de souplesse, et Cibelle d’Ossau (Dairin et Frivole par Florestan II), femelle avec du cadre.Les autres partants étaient Osier du Maury (étalon national par Jalienny et Kolchique du Maury par Amiral – 15,5/20), Fleuron de Dun (étalon privé par Obéron du Moulin et Touch of Class par Samuel – 15,5/20), Ubac d’Elpégère (étalon privé par Fast et Lutteuse par Vetugadin – 15/20), Bonifas (mâle par Polonium et Rolls de Rêve par Flaminko – 15/20), et Blues du Trens (hongre par Fol Avril et Nymphe du Trens par Fol Vent).

L’après midi fut consacrée à l’épreuve de saut d’obstacles. Jugée d’après le barème A sans chrono en deux manches, elle constituait la seule épreuve comptant pour le championnat. Les modèles et allures n’ayant qu’une valeur éducative à l’attention des spectateurs passionnés. La piste, savamment montée par Patrick Lefèvre, plutôt simple, comportait un triple en n°6 et permettait aux chevaux de profiter de toute la piste. Tous sans faute à la première manche, il fallut remonter les côtes pour tenter de les départager. Sur la deuxième manche, Exocet de Céran, tout comme Ubac d’Elpégère et Osier du Maury sortent de piste avec 4 points, tandis que Feeling d’Oc, montée par Jean-Manuel Charmes, écope de 8 points peu mérités.

Cinq chevaux postulent donc au barrage qui se court sur 7 obstacles. Olivier Chouppay sur Blues du Trens, le premier à s’élancer, a présumé de ses forces et a un peu traversé le premier obstacle du double. Désorganisé, il fait 4 points au deuxième élément de ce double, puis refait 4 points, pour un total de 12 points. Cybelle d’Ossau, la jument de Jérôme Hurel, a survolé son sujet. Des virages courts, une relance impressionnante, bref tous les atouts pour remporter cette épreuve. Sans faute, c’était le minimum. Philippe Casas mit la pression sur Fleuron de Dun, qui réalisa un beau sans faute mais en deux secondes de trop. Bonifas, le grand cheval de Denys Troussier, si souvent classé en CSI-C, semblait bien chaud pour parvenir à battre ses consœurs. C’était sans compter sans son agilité parfois un peu trop enthousiaste. Sans faute, il dégage une impression de puissance alliée à une agilité aguerrie. Tout le monde attendait avec impatience le passage de Diablesse, la championne du matin. Plusieurs l’avait déjà donnée sans faute et grande gagnante. Ce fut vrai jusqu’au dernier obstacle. Sébastien Cazaux, son cavalier, voulait à tout prix rattraper le chrono. A défaut, il attrapa la barre supérieure du n°10. Dommage, le temps était plutôt en sa faveur. Bonifas et Denys Troussier pouvaient tranquillement savourer leur victoire.