Comme un papillon dans l’air
lundi 23 octobre 2006

longchamp-hippodrome
Ph. Sophie Marest

Pour leur troisième partenariat, Olivier Peslier, le « jockey au papillon », et Montare se sont envolés hier dans le Prix Royal-Oak pour venir butiner le premier groupe I de la carrière du pur-sang irlandais.

On y est ! Après une victoire le 30 septembre dans le Prix de Royallieu (gpe II) à Longchamp mais surtout après une succession de premiers accessits, Montare, âgée de 4 ans, décroche un groupe I attendu et mérité. Mal sortie des boîtes, la pouliche de George Strawbridge a souffert d’un parcours saccadé. Placée en milieu de peloton en début de parcours, Olivier Peslier a du reprendre fortement pour venir se cacher en sixième position derrière Bellamy Cay ; un premier ralentisseur. Dans le tournant, Montare perd du terrain, son jockey l’aide aux bras et ramène sa pouliche dans les traces de Bellamy Cay. Dans la phase finale, ils ne trouvent pas d’ouverture. Contraints alors de changer de ligne, c’est un nouveau « coup de guidon » qui la freine dans son élan ; deuxième ralentisseur. Une fois son axe trouvé, « le papillon » lance son joli bolide mais rencontre Bellamy Cay dans sa ligne de mire, troisième et dernier ralentisseur. Repartie de plus belle avec ténacité, Montare est donc venue de l’extérieur pour cueillir sa plus belle victoire dans le dernier groupe I de l’année.

Au premier accessit, on retrouve un nom que l’on entend partout depuis le 1er octobre : « Paquito » ! Après un arrêt de deux mois pour une blessure à la main, le jockey est revenu sur le devant de la scène en remportant un certain Arc de Triomphe avec le jeune prodige Rail Link. Ce dimanche, « notre Paquito national »-et international désormais- en selle sur Bellamy Cay, a franchi le poteau juste après Montare et suivi de Sergeant Cecil. Comme à son habitude, ce dernier a fermé la marche et a patiemment attendu son tour. Dés lors que le jour s’est fait, Sergeant Cecil est revenu finir très fort sur ces deux prédécesseurs pour s’emparer de la médaille de bronze. Si cette performance en est réellement une, elle représente tout de même une déception pour son entourage qui espérait réaliser le couplé rarissime « Prix du Cadran-Prix Royal-Oak ». La distance un peu courte pour le 7 ans de Brian Millman peut être un début de réponse à cet échec somme toute relatif. Mais la plus mauvaise surprise vient de Shamdala que l’on attendait au tournant. Après une seconde place derrière Sergeant Cecil dans le Prix du Cadran, la monte de Christophe Soumillon aurait pu prendre sa revanche mais plus il tardait à pleuvoir plus ces chances de gagner étaient minces. La jument de son Altesse Aga Khan n’a en effet pas bénéficié du terrain lourd souhaité et fini à une décevante septième place. Pourtant à cette saison ce n’est pas trop demander que d’espérer la pluie mais pour changer ce sont les papillons plus que les feuilles mortes qui se sont envolés ce dernier dimanche à Longchamp.