Finales Du Cycle Classique CSO des Jeunes Poneys
lundi 02 septembre 2002

GS2-Poney-IndiennedeMontiege
Indienne de Montiège (par Thunder du Blin, Connemara et Perle de Montiège par Loulou) et Régine Le Moullec. Photo P. Costabadie.

Le premier week-end de la Grande Semaine de l’Elevage de Fontainebleau s’est ouvert, comme à l’habitude depuis 10 ans, par les finales nationales des jeunes poneys de sport de 4, 5 et 6 ans. Cette année, seuls les poneys de taille C et D avaient l’honneur de concourir sur le site du Grand Parquet, les poneys qualifiés de taille B ayant disputé leur finale lors du Sologn’ Pony de Lamotte-Beuvron, la semaine précédente (les 24 et 25 août).

Près de 220 poneys se sont ainsi élancés le samedi sur le Spring Garden sous la selle de cavaliers plus ou moins jeunes, puisque ces épreuves d’élevage de poneys ont la particularité d’être les seules à pouvoir être disputées par des adultes. D’ailleurs, de plus en être plus de cavaliers professionnels sortent des jeunes poneys sur ce circuit de cycle classique et certains d’entre eux se spécialisent même dans ce créneau. Evidemment, la différence de niveau de monte, toujours évidente entre des cavaliers de la même catégorie ou du même âge, est dans ce cas encore plus sensible et fausse d’autant la comparaison entre les poneys et leur valorisation : le public n’est pas dupe quand il voit un poney sous la selle d’une petite puce de 10 ans et un autre monté par un cavalier de 30 ans de classe B chevaux. C’est cependant le jeu de ces épreuves. Peut-être un classement bis des poneys montés par des cavaliers en dessous de 16 ans pourrait—il être envisagé ?

Les poneys de taille C et D dans chacune des trois classes d’âge concouraient sur des pistes identiques, seules les cotes étant surélevées de quelque dix centimètres pour les plus grands poneys. Par ailleurs, depuis cette année, tous les 4 ans C et D disputaient leur compétition sur le Spring Garden, les poneys double sans-faute étant départagés par une note de style donnée par Jean d’Orgeix (ancien fameux cavalier international et tout aussi célèbre théoricien de l’équitation) et Alexandre Meybeck (attaché au Ministère de l’Agriculture). Quant aux poneys de 5 et 6 ans, leur résultat dans la première manche du samedi les orientait pour le lendemain soit, pour les meilleurs, vers la seconde manche courue sur le Grand Parquet soit, pour les autres, vers la consolante du Spring Garden. Dans l’une et l’autre de ces options, les 5 ans étaient départagés par leur temps dans la deuxième étape de la seconde manche et les 6 ans, par un barrage pour les double sans-faute. Les finales du Grand Parquet se déroulaient en même temps que les consolantes, ce qui ne facilitait pas le travail des organisateurs ni celui des spectateurs ! « C’est vrai que ce n’est pas pratique », admet Franck Lemestre, directeur technique de l’ANPFS, « mais ce sont des contraintes sur lesquelles nous sommes tombés d'accord avec la SHF ".

légende photo: Indienne de Montiege - Ph. Cosinus Prod

4 ans CKilina Aluinn (par Thunder du Blin et Orchid Aluinn par Grange Finn Sparrow), femelle Connemara baie née chez Sophie Bolze Chassigneux dans les Yvelines , montée par Annouck Scalabre et appartenant à Sébastien Maillet. Double sans-faute, note de style : 15,5

4 ans DKaristo de l’Aumont (par Shining Starr Aristo, New-Forest hollandais et Silverlea Martine, New-Forest par Silveralea Flash Harry), Etalon Français de Selle bai né chez Marc Bernardin dans la Manche à qui il appartient et monté par Philippe Rainteau. Double sans-faute, note de style : 16.

5 ans CJugeote dela Buqueuse (par Elevey Jarnac, Welsh B et Quebelle, origine inconnue de type poney), femelle Français de Selle grise née chez sa cavalière Melissa Tapon dans le Pas-de-Calais et appartenant à Bruno Laine. Double sans-faute, temps : 53’’97.

5 ans DJeans des Mauvis (par Knightwood Camelot et Rodlease April Glory par Luckington Ludo), mâle New-Forest bai brun né chez Annie d’Aprigny dans la Manche, monté par Sébastien Cottin et appartenant à Christian Simon. Double sans-faute, temps : 38’’60.

6 ans CIndienne de Montiège (par Thunder du Blin, Connemara et Perle de Montiège par Loulou), femelle Français de Selle baie née chez Estelle Le Moullec dans la Mayenne, montée par Régine Le Moullec et appartenant à Georges Le Moullec. Double sans-faute, sans-faute au barrage en 36’’02.

6 ans DIlton de la Tour (par Titan du Mougard et Alika II, Cheval de Selle par Hadj A, Anglo-arabe) hongre Français de Selle bai né chez Jean-Pierre Gaumain dans la Manche à qui il appartient et monté par Gwenaelle Anne. Double sans-faute, sans-faute au barrage en 83’’34.

Légende photo: Jeans des Mauvis - Ph. Cosinus Prod

Le système de qualification a changé cette année. En effet, auparavant un nombre de sans-faute minium à effectuer sur un nombre total limité de parcours ouvrait les portes aux finales de Fontainebleau. En 2002, un système de points a été mis en place : chaque concours bénéficiait d’un nombre de points égal à 10 fois le nombre de partants, que se partageaient équitablement les poneys sans-faute. C’est une méthode qui a permis de pallier des abus, certains poneys se qualifiant précédemment sur des concours où ils étaient régulièrement seuls avec un copain d’écurie ! Evidemment, ce nouveau système a rendu difficiles les qualifications dans les régions sinistrées en concours et en partants, d’autant plus que le seuil de points minimum (110 ou 125 selon les catégories d’âge) a été annoncé très tard en fin de saison. Aucun schéma n’est pas parfait, mais grosso modo, quand est un poney est régulièrement sans-faute sur un nombre de parcours minimum, il se qualifie sans surprise pour la finale.Même si le système de qualification pour Fontainebleau se rationalise, les épreuves qualificatives de la saison continuent de poser quelques problèmes et certaines tricheries paraissent inévitables et la plupart du temps discrètes. D’où quelques poneys dont les prestations dès le premier jour sur le Spring Garden ont laissé pantois…

Un éleveur de poneys Connemara s’est particulièrement fait remarquer pour les résultats des poneys nés chez lui dans les finales des 4 ans. Il s’agit de Sophie Bolze Chassigneux qui élève dans l’Indre-et-Loire…et bientôt en Sologne, et dont les quatre poneys Aluinn, tous par Thunder du Blin HN, ont réalisé quatre double sans-faute : trois de taille C, Kilina Aluinn (mère Orchid Aluinn par Grange Finn Sparrow), Keenagh Aluinn (mère Fahrenheit Baroeul par Knockadreen Holiday Cliff) et Kilkenny Aluin (mère Filkady Aluinn par Kilkady Darling) et une de taille D, Kinalea Aluinn (mère Drimcong Caroline par Kilgreaney Lad).

En la personne de Didier Domergue (chargé des achats et de la gestion des étalons nationaux) et de Geneviève de Sainte-Marie (directrice du Haras national d’Hennebont qui s’intéresse de près aux poneys de sport depuis plusieurs années ce qui lui a valu d’intégrer le comité d’experts poney de Guide des étalons de l’Eperon), les Haras nationaux ont suivi ces finales de jeunes poneys avec assiduité, en vue de détecter des mâles prometteurs. L’un d’eux a particulièrement attiré leur attention : il s’agit du 6 ans Ice and Fire d’Albran (par Dexter Leam Pondi et Underline of Laps par Fort Doolin). Ce étalon Connemara gris, malgré un score de 5 points dans la première manche et de 12 points dans la seconde qui ne fut pas révélateur de sa qualité, a beaucoup d’atouts : un modèle assez séduisant, un bon pedigree et un coup de saut qui rappelle étrangement celui de son père avec un meilleur style des antérieurs. Néanmoins, le naisseur-propriétaire Emmanuelle de Monléon Gantier ne semble pas décider à se séparer de sa vedette pour le moment.

Légende photo: Jugeote de la Buqueuse - Ph. Cosinus Prod