La FNC : 60 ans et plus verte que jamais !
vendredi 05 décembre 2008

fnc8-dutoit-larcher-brugier
Marianne Dutoit, Gérard Larcher et Henri Brugier © Agence Albran

Avoir eu à la grande journée de son Assemblée Générale annuelle couplée d’un 60ème anniversaire, les deux assemblées parlementaires du pays, n’est pas la moindre des réussites de la Fédération Nationale du Cheval en ce mercredi 3 décembre…

Jacques Myard, Président du Groupe Cheval à l’Assemblée Nationale a représenté les députés en ouvrant les débats avec son éloquence habituelle, tandis que le Président du Sénat Gérard Larcher, manifestement heureux d’évoquer les tresses qu’il nouait dans les crins des Percherons de son père, puis ses années de praticien vétérinaire équin, devant un auditoire dans lequel il se reconnaît, du cheval de trait au cheval de sport, insistait plus sérieusement, sur la nécessité impérative d’une professionnalisation à tous les niveaux d’une filière complexe.

 

Vouloir rassembler un monde hétéroclite de prime abord, qui va du cheval de trait au cheval de course en passant par le sport avec les préoccupations des éleveurs et des « agriculteurs diversifiés »… n’est pas non plus la moindre des ambitions de la FNC, syndicat « cheval » de la grande FNSEA.

Du prix de l’équarissage… « Avant le poids d’un cheval lourd comptait à la vente aujourd’hui il nous pénalise à l’équarissage. »… aux difficultés d’ensemble d’une filière en crise, la nécessité d’une représentation fédérale forte ne laisse en effet pas de place à l’hésitation et au manque de professionnalisation. Issue du sérail, la Présidente Marianne Dutoit, connaît son sujet, ne cache pas qu’il faudra de la poigne, mais s’attache à convaincre comme elle l’est elle-même, que « l’élevage est une valeur sure qui mérite d’être défendu ».

En la présence de nombreux institutionnels (Ministère de l’Agriculture, HN, SHF…) et de nombreux éleveurs venus de toute la France, et à l’unanimité, les rapports d’activités et financier 2007 ont été adoptés. La confiance envers une nouvelle et dynamique équipe administrative de la FNC semble être acquise. En effet, marquée par l’artérite virale, l’année passée a vu une mobilisation énergique de la FNC sur de très nombreux sujets incluant notamment la défense du taux réduit de TVA à 5,5% (pour laquel il convient de rester très vigilant étant donnée la pression de Bruxelles), et plus globalement, l’intégration de l’activité cheval au sein du secteur agricole.

A la suite des rapports financier et d’activités 2007 le programme de la journée a ensuite été dense mais agréablement diversifié. Ainsi, le Guide très attendu « Créer et développer une entreprise cheval », a été officiellement lancé. Les fiches pratiques de cet ouvrage de référence sont prêtes à répondre aux questions les plus diverses de ce vaste sujet.

Puis vint la présentation d’un Livre Blanc, qui met à plat sans complaisance les principales problématiques et défaillances de la filière. Fruit de 60 années d’évolutions et de réflexions, la FNC veut tirer de ce recueil préfacé et signé devant tous par Gérard Larcher, le terreau indispensable pour faire face aux inquiétudes de l’avenir.

Vastes et terriblement divers, les sujets liés au cheval ont alimenté une séquence « Regards Croisés » avec trois Tables Rondes. L’évolution sociologique des éleveurs, les nouvelles techniques de la reproduction équine, et la médiatisation des sports équestres sont autant de sujets qui ont permis d’écouter et de questionner des intervenants de belle envergure.

Enfin, avant la conclusion d’une journée bien remplie, vint la signature des engagements mutuels RESPE /FNC, une coordination innovante et désormais indispensable avec le Réseau d’Epidémio-Surveillance des Pathologies Equines dont la retentissante épidémie d’artérite virale équine a prouvé la raison d’être.

Ainsi que l’a rappelé Henry Brugier, Secrétaire Général de la FNC, tout a commencé en 1947, lorsque les éleveurs de chevaux de trait ont éprouvé le besoin de s’unir. 60 ans plus tard, cette nécessité est plus que jamais d’actualité.Fidèle à ses racines syndicales et agricoles, la FNC a également dévoilé son nouveau logo, qui indique aussi sa volonté d’appréhender l’avenir avec détermination.

Et si les regards se sont croisés, ce 3 décembre, l’équipe de la FNC place désormais beaucoup d’espoir dans la capacité de la filière à suivre le conseil du Petit Prince de St Exupéry : « regarder ensemble dans la même direction »… « pour que la raison et l’esprit d’entreprise soutiennent la passion et l’emportent sur l’égo », préambule du Livre blanc dont tous devraient prendre connaissance, point de départ d’une série d’actions que la FNC a bien l’intention de mettre en œuvre.