La forme des Godolphin
lundi 04 septembre 2006

dettori-librettist
Lanfranco Dettori et Librettist - Ph. Sophie Marest

Décidément la réussite sourit à la famille Godolphin. Propriétaire du puissant Librettist, elle remporte deux semaines après le Jacques le Marois, le Prix du Moulin de Longchamp, un doublé réalisé pour la dixième fois de leur histoire commune.

En tête de la sortie des boîtes au poteau, Librettist a exécuté une véritable démonstration de force. Un cheval dur et courageux, voilà sa plus brève présentation. Piloté par l’extravagant jockey, Lanfranco Dettori, le fils de Danzig a offert aux visiteurs un spectacle digne de ce nom. Un groupe I à Longchamp servi sur un plateau d’argent. A 4 ans, Librettist compte sept victoires en huit sorties. Avant sa performance du Prix Jacques le Marois qui s’est déroulé à Deauville, l’élève de Saeed Bin Suroor était inconnu au bataillon français. Gagnant à deux ans des Middle Park Stakes, il avait encore tout à prouver sur nos terres. Après ses deux époustouflantes victoires de groupe I, son talent est désormais reconnu par tous et ses limites encore ignorées.

Si Librettist a laissé ses admirateurs bouche bée, le lot d’exception présenté ce dimanche n’est pas resté dans l’ombre. Le pensionnaire de Nicolas Clément, Stormy River a fait une excellente course. Dans les traces du vainqueur tout au long des 1 600 mètres, il s’est battu avec la classe qu’on lui reconnaît contre ses congénères et notamment contre le fabuleux coup de reins de Manduro. Sous la selle de Christophe Soumillon, le fils de Monsun est vite revenu sur ses leaders après être resté coincé, sans doute trop longtemps, dans le peloton pour faire la différence au passage du poteau. Une revanche à prendre alors pour Manduro déjà dauphin de Librettist au Prix Jacques le Marois, une petite déception pour Stormy River, le meilleur miler français, et un grand coup de chapeau pour le « Godolphin » en or.